UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Production animale 28.09.2017 11:42

Encore moins d’antibiotiques vendus en 2016

Pour la première fois en médecine vétérinaire, la vente d'antibiotiques appartenant à des familles critiques pour la médecine humaine accuse un recul important. Par ailleurs, la quantité totale des antibiotiques vendus à des fins vétérinaires continue de baisser en Suisse. Cette diminution des ventes indique une prise de conscience des milieux vétérinaires et des détenteurs d’animaux.

La vente d'antibiotiques destinés aux animaux est en constant recul en Suisse. Alors qu'en 2008, la quantité totale d’antibiotiques mise sur le marché atteignait encore 72’000 kg, elle s’est abaissée à 38’300 kg en 2016: cela représente une baisse de 45% en l'espace de neuf ans et un recul de 9% par rapport à l’année précédente. Cette diminution s'explique essentiellement par la réduction des ventes de médicaments vétérinaires administrés avec les aliments afin de traiter des troupeaux entiers d'animaux dans l'élevage du bétail de rente. Par ailleurs, après avoir fluctué pendant des années, la quantité d’antibiotiques critiques vendue en 2016 a également reculé de 23 à 25% par rapport à l’année précédente.

La diminution constante de la quantité totale d’antibiotiques vendue indique un changement des mentalités chez les vétérinaires et les détenteurs d’animaux. Les mesures mises en œuvre, comme par exemple l’interdiction de remettre à titre de stock des antibiotiques appartenant à des familles critiques ou des antibiotiques employés à des fins prophylactiques semblent porter leurs fruits. Le recul des ventes d'antibiotiques critiques a particulièrement d’importance, car ils sont utilisés de manière restrictive.

Un bon usage des antibiotiques est primordial
La quantité totale d’antibiotiques vendue ne permet aucune conclusion quant à l'utilisation effective des antibiotiques en médecine vétérinaire. Par contre, dès que la banque de données prévue pour début 2019, sera effective, il sera alors possible de connaître l’utilisation précise des antibiotiques et de se renseigner sur les traitements effectifs. Ces données permettront ainsi d’identifier les problèmes spécifiques, de les résoudre à l’aide d’informations et de mesures ciblées, et d’en mesurer les effets. L'objectif visé est toujours le même : assurer l’efficacité des antibiotiques à long terme, pour la santé de tous.

Stratégie Antibiorésistance (StAR)
Les antibiotiques constituent l’une des avancées les plus significatives de la médecine, car ils permettent de soigner des maladies bactériennes qui jadis pouvaient avoir une issue mortelle. Cependant, en raison de l’utilisation excessive et parfois inadéquate d’antibiotiques, de plus en plus de bactéries deviennent résistantes à ces médicaments. Les conséquences sont dramatiques et concernent aussi bien les êtres humains que les animaux, l’agriculture et l’environnement. Pour faire face de manière coordonnée au problème de la recrudescence des résistances, le Conseil fédéral a adopté en 2015 la stratégie nationale Antibiorésistance (StAR). L’OSAV établit, tous les deux ans, un rapport conjoint avec l’Office fédéral de la santé publique OFSP (Swiss Antibiotic Resistance Report – ARCH-Vet anresis.ch). Le prochain rapport sortira donc en 2018. L’OSAV publie aussi entretemps un bref rapport sur la vente d’antibiotiques.

source: OSAV
  • auteur
  •  Rédaction [RED]

    Email
Retour à l’aperçu