UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Archiv2016 07.12.2016 08:33

Chez les abeilles mellifères, les ados accélèrent le vieillissement de leurs ainées

L’organisation au sein des colonies d’abeilles mellifère est complexe, mais aucun pouvoir central ne la régule. La façon dont les nombreuses tâches sont réparties entre les ouvrières n’est pas bien comprise. Une équipe de recherche a découvert que les jeunes ouvrières influencent ce processus en incitant leurs ainées à effectuer des tâches hors de la ruche, ce qui réduit leur durée de vie.
  • Une jeune ouvrière d’abeille mellifère émerge de
la cellule de cire dans laquelle elle s’est développée
(Photo: Vincent Dietemann, Agroscope)

Dans les colonies d’abeilles, l’unique reine pond des œufs desquels naissent des milliers d’ouvrières. Dans leurs premiers jours, les ouvrières s’occupent des larves puis construisent les rayons de cire et défendent la colonie. Elles quittent ensuite la sécurité du nid pour récolter de la nourriture. Ce grand pas dans leur vie d’abeille accélère leur vieillissement car le butinage les expose à de nombreux dangers, tels qu’infections par des pathogènes, prédateurs et aléas climatiques.

Malgré son titre, la reine ne décide pas qui fait quoi dans la colonie. La façon dont le travail est réparti entre les membres de la colonie n’est pas encore bien comprise mais des études antérieures ont montré que la communication entre individus joue un rôle important. Ainsi, la présence en nombre de butineuses freine le passage des ouvrières plus jeunes à cette tâche. Il est aussi connu que la présence de larves réduit l’espérance de vie des ouvrières qui élèvent ce couvain et qui butinent pour le nourrir. 

source: Agroscope, Université de Berne
  • auteur
  •  Rédaction [RED]

    Email
Retour à l’aperçu