UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Archiv2015 16.09.2016 08:13

Utiliser son propre courant

Deux agriculteurs ayant franchi le pas, Solvatec SA a pu monter les premières installations photovoltaïques combinées avec des accumulateurs dans des exploitations agricoles. fenaco société coopérative s’en réjouit, car elle mise elle aussi sur le développement durable et l’efficience énergétique. Grâce à sa société-fille Solvatec, elle peut proposer à ses membres de nouvelles possibilités commerciales.
  • Die Anlage von Jürg Kägi kann am 24. September von 10.00 bis 13.00 Uhr besichtigt werden.

Produire autant que possible avec des ressources restreintes: c’est cela, l’efficience. Une efficience toujours plus importante pour les exploitations agricoles, surtout en ces temps de difficultés économiques. Une analyse permet de détecter les potentiels, notamment dans le domaine de l’énergie. Les bâtiments agricoles disposant de grandes surfaces de toiture, ils peuvent être recouverts de panneaux photovoltaïques. Il est aussi possible de stocker cette électricité pour l’utiliser durant les heures avec peu ou pas de rayonnement solaire. De cette manière, une installation photovoltaïque peut être économiquement intéressante même sans rétribution au prix coûtant du courant injecté. La Stratégie énergétique 2050 de la Confédération est un encouragement supplémentaire à investir dans les énergies renouvelables. Les exploitations agricoles seraient donc bien inspirées de se demander dès aujourd’hui quel potentiel elles peuvent exploiter de manière durable.

Investir dans l’avenir
Le développement durable est également une priorité chez fenaco. Le climat et l’énergie forment en effet un des sept thèmes prioritaires de la gestion durable de l’entreprise. Avec le commerce de granulés de bois et la prise d’une participation majoritaire dans Solvatec SA, constructeur suisse d’installations photovoltaïques, fenaco s’est lancée dans les énergies renouvelables. La décision du Conseil fédéral et du Parlement d’abandonner par étapes l’énergie nucléaire est importante pour fenaco, dont une partie des entreprises de production sont particulièrement énergivores, et pour les producteurs agricoles, qui doivent trouver des sources d’énergie alternatives.

Nouvelles possibilités
En se lançant dans l’énergie solaire, fenaco société coopérative offre de nouvelles possibilités commerciales aux agricultrices et aux agriculteurs. fenaco crée ainsi une  utilité supplémentaire en faveur de ses membres. «Nous souhaitons créer des conditions optimales pour les agriculteurs, en les amenant à devenir des producteurs d’énergie», explique Daniel Bischof, chef du département Energie de fenaco. Le potentiel que recèlent les toitures des exploitations agricoles est en effet important: selon AgroCleanTech, elles pourraient produire environ 1200 GWh (gigawattheures), soit à peu près la moitié de la production de la centrale nucléaire de Mühleberg. Mais cette estimation est considérée comme plutôt prudente. Les développements technologiques permettront en effet à l’avenir de produire davantage de courant par panneau solaire. Aujourd’hui déjà, les toits exposés au nord peuvent être utilisés pour la production d’électricité, comme le montre l’exemple de l’exploitation Blickenstorfer.

Stocker le courant
Depuis trois ans, Solvatec SA vend des accumulateurs, en combinaison avec des installations photovoltaïques. Ces accumulateurs permettent de stocker le surplus de courant produit et de l’utiliser durant les heures de faible ensoleillement. Pour les branches de production qui consomment beaucoup de courant, c’est un pas en direction de la rentabilité et de l’indépendance. Théoriquement, une exploitation équipée d’un accumulateur pourrait presque se passer du réseau électrique public.

Du conseil jusqu’à l’installation
La société-fille de fenaco assure l’installation et la surveillance générale de l’installation photovoltaïque et des accumulateurs. Le conseil revêt une importance particulière: Solvatec SA attache une grande importance à ce que ses clients retirent un maximum d’utilité de ses installations. «Les installations que nous vendons sont testées par nos soins et sont les -meilleures sur le marché», précise Kajetan Mazenauer, membre de la Direction. Solvatec ne vend pas la plus grande et la plus puissante installation possible, mais la solution adaptée à la consommation de l’exploitation. Elle se demande ainsi toujours quelle est la taille d’installation appropriée. L’exemple de l’installation photovoltaïque de Jürg Kägi montre qu’il peut être plus rentable de ne pas recouvrir l’intégralité de la toiture de panneaux solaires.

La LANDI comme partenaire
Les agricultrices et les agriculteurs intéressés peuvent s’adresser directement à leur LANDI. En fonction de la taille de leur projet et des possibilités de la LANDI, cette dernière assumera la coordination du projet ou la transmettra à Solvatec SA. Le but de Solvatec  est de vendre 100 Powerwall de Tesla d’ici à la fin 2016.  En collaboration avec fenaco, les exploitations agricoles peuvent se préparer pour l’avenir et utiliser les avantages offerts par leur propre production de courant. L’indépendance et la rentabilité: deux plus-values importantes pour l’agriculture.

 

Trois Powerwall de Tesla pour son propre usage
L’exploitation de Jürg Kägi, à Gutenswil (ZH), détient 70 vaches laitières et 40 génisses et bœufs à l’engrais. Les grandes cultures et l’entretien de surfaces extensives sont deux autres branches de production. Il y a quelques années, avec un voisin, Jürg Kägi a investi dans une installation de biogaz. Son intérêt pour les énergies renouvelables était manifeste.

Aujourd’hui, Jürg Kägi possède une installation photovoltaïque reliée à trois accumulateurs Tesla. En tant que président de la LANDI Zola SA, il connaît déjà très bien l’énergie solaire et Solvatec SA. Il y a environ 18 mois, la LANDI avait en effet posé une installation photovoltaïque sur le toit de son TopShop de Bauma (ZH). Jürg Kägi voulait à son tour utiliser ses propres toits. En plus de cela, la LANDI Zola SA est partenaire de distribution de Solvatec SA. L’installation de Jürg Kägi est désormais la première à avoir été vendue par la LANDI Zola. Sans RPC, l’installation photovoltaïque n’aurait pas été intéressante financièrement en l’absence d’accumulateurs de courant. «De toute façon, un investissement doit toujours être rentable», explique Jürg Kägi. C’est pourquoi il a décidé de consentir un investissement supplémentaire dans des accumulateurs.

L’installation de Jürg Kägi ne couvre qu’une partie du toit, car il n’a pas besoin d’autant de courant pour sa propre consommation. Pour diverses raisons, l’injection du courant dans le réseau n’entrait pas en ligne de compte: il aurait fallu renforcer la ligne utilisée pour l’injection et l’installation est exploitée sans RPC. Jürg Kägi a toutefois reçu une rétribution unique de la Confédération pour la construction.

Les sources de motivation de Jürg Kägi étaient multiples. L’installation est rentable et le rend indépendant. Avec le biogaz et le photovoltaïque, Jürg Kägi produit bien assez d’électricité pour ses propres besoins. Chez lui, Solvatec SA a utilisé des panneaux solaires à couche mince de CIS, dont la production annuelle est supérieure à celle des modules standards. Les panneaux à couche mince de CIS produisent en effet aussi avec de la lumière diffuse et pas uniquement avec du rayonnement direct. Il s’ensuit une production de courant plus régulière. L’installation photovoltaïque produit 30 kWp (unité utilisée pour l’énergie photovoltaïque), ce qui équivaut environ à la consommation à tarif élevé de l’exploitation. Les trois Powerwall de Tesla stockent le courant excédentaire (trois accumulateurs de 6,4 kWh chacun) et le libèrent en cas de besoin.  L’installation de Jürg Kägi est la première à combiner une installation photovoltaïque et des accumulateurs Tesla sur une exploitation agricole. Dominik Müller, président de la Direction de Solvatec SA, est satisfait: «Cette installation pionnière nous permet de démontrer à l’agriculture quel est le potentiel de tels dispositifs.»


Se protéger des coupures de courant
Ernst et Esther Blickenstorfer gèrent en commun depuis 1987 une exploitation agricole de 17 hectares à Dotnacht (TG). Ernst Blickenstorfer gère aussi un poulailler de pondeuses qu’il a repris en 2001. Aujourd’hui, il y garde 10 500 poules  pondeuses en suivant les programmes SST et ACE (aire à climat extérieur). Les œufs sont collectés quotidiennement par Eico, une société-fille de fenaco.

Ernst Blickenstorfer est président de la LANDI Berg. Lorsque fenaco demanda à cette dernière si elle avait des surfaces pour des installations photovoltaïques, Ernst Blickenstorfer profita de l’occasion pour se lancer: le toit de son poulailler était prédestiné à recevoir une telle installation. S’y ajoute le fait que la garde des poules est très énergivore. La ventilation doit fonctionner 24 heures sur 24, donc également durant la nuit, alors que l’installation ne produit pas de courant. Investir dans des accumulateurs allait donc presque de soi. De plus, sans accumulateurs, les Blickenstorfer n’auraient pas investi dans le solaire. «Cela n’aurait pas été rentable et à long terme, l’électricité ne sera pas moins chère. Or, nous voulons gérer notre exploitation de manière durable», explique Ernst Blickenstorfer. L’installation devrait être amortie en 10 ans. Il existait certes une incitation financière, mais elle n’a pas été la principale raison. «Dès que l’installation sera amortie, nous prendrons notre retraite», rigole Esther Blickenstorfer. Mais l’installation sera quand même une plus-value pour l’exploitation quand celle-ci sera vendue.

En installant des accumulateurs, l’objectif des Blickenstorfer est clair: se protéger des coupures de courant sans recourir au réseau public. Les accumulateurs leur donnent cette sécurité, car leur exploitation principale est à cinq kilomètres. En cas de panne de courant, il est certes possible de mettre en route un générateur de secours. Mais avec la distance à parcourir, les délais deviennent courts, explique Ernst Blickenstorfer. Avec leur accumulateur, ils sont protégés, car ils ont opté pour une installation sans interruption d’alimentation. Ils disposent de neuf accumulateurs intelligents de marque Zelos Energy, d’une capacité de charge de 2,1 kWh chacun. Les modules disposent d’une commande individuelle: en d’autres termes, les accumulateurs savent quand et combien de courant accumuler au minimum pour surmonter une coupure de courant. Ernst Blickenstorfer dispose ainsi de suffisamment de temps pour mettre en route le générateur de secours. D’après les calculs de Solvatec SA, ce sont annuellement 6000 kWh qui sont injectés dans le réseau. C’est moins que l’objectif du couple d’exploitants, mais c’est un petit revenu d’appoint. Petit, parce qu’ils ne sont pas rémunérés au prix coûtant. La Confédération les a toutefois soutenus en leur versant une rétribution unique pour la construction de leur installation, d’une puissance de crête de presque 30 kWp. Les accumulateurs ont également été subventionnés, ce qui est un cas unique en Thurgovie, si l’on en croit Solvatec.

Solvatec SA a installé les panneaux sur les deux pans du toit.  «Nous avons choisi des panneaux à couche mince CIS, car ils ont une meilleure productivité annuelle que les panneaux classiques», explique Kajetan Mazenauer, membre de la Direction de Solvatec SA. Ainsi, il était également judicieux d’équiper le pan orienté vers le nord, car ces panneaux produisent également avec de la lumière diffuse. «Les Blickenstorfer sont des pionniers, car c’est la première installation sans interruption d’alimentation que nous posons dans l’agriculture», complète fièrement  Mazenauer.

  • auteur
  • Gabriela Küng
  • Gabriela Küng [gk]
    Rédactrice
    Email
Retour à l’aperçu