UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Production végétale 09.11.2017 09:23

FSPC: une alternative claire à la loi chocolatière

Plus de 200 délégués et invités ont pris part à la 31ème Assemblée des délégués de la Fédération suisse des producteurs de céréales (FSPC) le 7 novembre 2017 à Chiètres. La partie statutaire a permis de présenter les défis à relever dans la suite à donner à la loi chocolatière et à son financement et de donner un signal clair au Conseil fédéral pour l’avenir de la politique agricole.

Le début du discours d’ouverture de Fritz Glauser, Président de la FSPC, a fustigé la position du Conseil fédéral pour le futur de la politique agricole par ces termes « Le Conseil fédéral signe clairement l’arrêt de mort des grandes cultures en Suisse, sans considération pour la souveraineté alimentaire votée dernièrement. C’est inacceptable, irrespectueux et irresponsable ! ». Fritz Glauser a ensuite tiré le bilan de la récolte 2017 et de l’évolution sur les marchés. En raison des bons rendements et d’une qualité très réjouissante, les excédents constatés sur le marché des céréales panifiables nécessitent des mesures de gestion de l’offre de la FSPC. Ces mesures sont couteuses et nécessitent une solidarité des producteurs entre-eux, mais également entre les échelons de la filière.

Dans la partie statutaire, les délégués ont pris les décisions majeures suivantes : 

  • Résolution à l’attention du Conseil fédéral pour l’avenir de la politique agricole : Les délégués de la FSPC s’opposent à l’unanimité à une réduction de la protection à la frontière, à une diminution des soutiens internes ainsi qu’à un accroissement de l’évolution structurelle, déjà aujourd’hui inacceptables pour des familles paysannes se trouvant dans une situation préoccupante. 
  • Augmentations des cotisations au fonds d’allègement de marché, afin de garantir une alternative à la loi chocolatière dès le 1er janvier 2019. Cette augmentation de cotisations sera en grande partie compensée par une contribution spécifique à la surface céréalière de Fr. 120.-/ha dès 2019, pour autant que le Parlement soutienne la solution mise en place par la filière. Cela permettra à la FSPC de poursuivre ses efforts dans la gestion du marché céréalier, garantissant aux producteurs des prix les plus élevés possibles. Cette décision a été acceptée à 148 voix pour, 5 voix avis contraires et deux abstentions. 
  • Elections au Comité : Martin Iseli (TG), Jean-Bernard Chavanne (JU) et Adrian Bucheli (LU) ont été élu au Comité, en remplacement d’Edwin Kunz (TG) et Jean-Marc Nagel (JU).

Lors des exposés finaux, l’accent a été mis sur l’utilisation de produits phytosanitaires. Stéphane Teuscher, Directeur de ProConseil, a présenté les résultats d’analyses de résidus de glyphosate dans les céréales et oléagineux suisses : aucun résidu de glyphosate n’a été décelé dans les matières premières suisses (blé et colza), ce qui n’est pas le cas pour les matières premières importées. L’agriculture suisse, par ses méthodes de production, respecte par conséquent l’environnement tout en garantissant aux consommateurs des produits de qualité.

Olivier Félix, de l’Office fédéral de l’agriculture, a ensuite présenté le contexte et les défis de l’agriculture suisse en relation avec le plan d’actions phytosanitaire. La pression médiatique augmente fortement et des mesures de communication et d’explications aux consommateurs seront nécessaires, afin de présenter les enjeux pour l’agriculture et pour les citoyens de l’utilisation des produits phytosanitaires, notamment en relation avec l’approvisionnement du pays, la qualité des matières premières et l’origine des denrées alimentaires. 

source: FSPC
  • auteur
  •  Rédaction [RED]

    Email
Retour à l’aperçu