UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Archiv2015 27.11.2015 14:16

Tout un foin à Berne

Plus de 10’000 paysannes et paysans ont répondu à l’appel de l’Union suisse des paysans et sont venus mani-fester à Berne. Ils ont défilé pacifiquement à travers la vieille ville, avant de faire retentir des cloches sur la Place fédérale pour exiger du Conseil fédéral et du Parlement qu’ils abandonnent les projets d’économies aux dépens de l’agriculture: les prestations commandées doivent être payées et l’enveloppe financière pour 2018-2021 maintenue !

Plus de 10’000 paysannes et paysans de toute la Suisse ont convergé aujourd’hui à Berne pour protester contre les coupes massives dans le budget agricole. La proposition du Conseil fédéral de réduire de 800 millions de francs les enveloppes financières destinées à l’agriculture pour la période 2018-2021, alors que les prestations rétribuées restent les mêmes, aura été la goutte de trop ! D’autant que le gouvernement avait déjà pénalisé les familles paysannes pour les années 2015, 2016 et 2017. Jusqu’à présent, le Parlement avait rejeté ces projets. Pour illustrer leurs revendications, les manifestants ont déposé à la Chancellerie fédérale à l’attention du Conseil fédéral une fourchette, symbole de l’approvisionnement en denrées alimentaires, et une fourche, représentant le travail et les prestations des familles paysannes, qui produisent les aliments indigènes. En sa qualité de représentant du Parlement, le président du Conseil des Etats, Claude Hêche, a reçu les requêtes du monde paysan, ainsi qu’un panier de produits agricoles, en remerciement pour le soutien du Parlement jusqu’à présent.
La manifestation s’est terminée par un concert de cloches de deux minutes, qui a rappelé au Conseil fédéral ses promesses répétées. Auparavant, différents intervenants ont expliqué comment les projets du Conseil fédéral arrivaient au plus mauvais moment : les revenus des familles paysannes sont bien plus bas que dans des secteurs d’activité comparables, cette année ils accusent des pertes de 11 % en moyenne, et sur différents marchés importants, les prix sont au plus bas et ne couvrent plus les coûts. En ces temps difficiles, les paysannes et les paysans devraient au moins pouvoir compter sur le gouvernement : celui-ci doit payer les prestations commandées ! Les montants fixés par l’arrêté fédéral pour la période 2018-2021 doivent correspondre à l’enveloppe financière pour la politique agricole 2014-2017.

source: Schweizer Bauernverband
  • auteur
  • Sandra Frei [fs]
    Redaktorin
    Email
Retour à l’aperçu