UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Archiv2016 25.11.2016 11:46

Drosophile du cerisier: gestion des risques

Ces dernières années, la drosophile du cerisier a causé de lourds dommages économiques. Outre les conditions météorologiques, les stratégies de prévention et de lutte jouent un rôle crucial dans le développement de la population de ce ravageur. Un nouveau projet d’Agroscope et de l’EPF de Zurich prévoit d’analyser les stratégies déjà en place dans la production fruitière et d’en dégager de nouvelles recommandations pour la lutte contre la drosophile du cerisier.

La drosophile du cerisier Drosophila suzukii a été identifiée pour la première fois en Suisse en 2011 et s’est depuis propagée dans toutes les zones de cultures fruitières et viticoles du pays. Ces dernières années, elle a causé de lourds dommages économiques. Outre les conditions météorologiques, les stratégies de prévention et de lutte jouent un rôle déterminant dans l’ampleur des dommages. C’est pourquoi il est primordial de prendre les mesures correctes pour la production fruitière et pour les secteurs situés en aval. 

Continuer à optimiser la gestion des risques
Un projet mené en commun par l’EPF de Zurich et Agroscope a pour but d’étudier les facteurs qui ont incité à opter pour telle ou telle stratégie de gestion de risques et d’analyser quels dommages se manifestent. Les chercheurs-euses demandent aux producteurs fruitiers d’estimer le risque, l’efficacité des différentes stratégies et d’évaluer l’application des mesures, ainsi que les propriétés de l’exploitation. L’objectif est de quantifier les dommages et de mieux comprendre les stratégies choisies afin de développer des instruments de décision pour les agriculteurs.

Des enquêtes répétées sur trois ans
Ces trois prochaines années, dans le cadre d’une série d’enquêtes, les pertes et les stratégies de gestion des risques appliquées jusqu’ici seront enregistrées dans l’espace et dans le temps pour quatre cultures menacées (petits fruits, cerises, pruneaux et raisins), et ce dans toute la Suisse. Le projet se caractérise par son caractère très interdisciplinaire. Les chercheurs-euses des domaines de l’économie et de l’entomologie travaillent en étroite collaboration avec la vulgarisation et la production. Un groupe de suivi réunissant des représentants de la vulgarisation, de la filière, de la recherche et des autorités soutient le projet. La réunion de lancement du projet a eu lieu le 21 novembre 2016. 

Recherche dans le cadre de la Task Force nationale Drosophile du cerisier 
Ce projet qui met l’accent sur les aspects économiques complète les travaux en cours d’Agroscope dans les domaines de l’entomologie et de la technique de production. Il est soutenu par l’Office fédéral de l’agriculture par le biais de la Task Force nationale Drosophile du cerisier.

Informations complémentaires 
Site Internet de ce projet «Determinanten des Risikomanagements in der Schweizer Landwirtschaft am Beispiel von Drosophila suzukii (DROSOPHRISK)» (Facteurs dé- terminants de la gestion des risques dans l’agriculture suisse à partir de l’exemple de Drosophila suzukii (DROSOPHRISK)) www.aecp.ethz.ch/research/drosophrisk.html

source: Agrocscope
  • auteur
  •  Rédaction [RED]

    Email
Retour à l’aperçu