UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Gestion 25.09.2017 16:23

Oui pour l’initiative «sécurité alimentaire»

La population suisse et les cantons soutiennent à une majorité écrasante l’inscription de la sécurité alimentaire dans la Constitution et, par conséquent, l’approvisionnement en denrées alimentaires en priorité par l’agriculture indigène. Le mandat donné au Conseil fédéral, au Parlement ainsi qu’à l’administration est clair : il faut mieux protéger les terres cultivables et prendre des mesures permettant aux exploitations familiales garantes d’une production durable d’en tirer un revenu suffisant.

Communiqué de presse du Comité «Oui à la sécurité alimentaire»

Avec un oui massif de près de 79 pour cent, le peuple suisse s’est exprimé aujourd’hui en faveur du nouvel article 104a qui inscrit la sécurité alimentaire dans la Constitution. Le très net résultat montre que les citoyens reconnaissent les défis à venir aux niveaux mondial et national. De ce fait, ils entendent apporter leur contribution aux efforts à mener pour les relever. La sécurité alimentaire n’est pas une évidence : des terres cultivables limitées et une production disposant de maigres ressources, telles que l’eau, doivent nourrir de plus en plus de personnes. S’y ajoutent des incertitudes croissantes, découlant du changement climatique qui pèsent sur la production. Afin de garantir la sécurité alimentaire, chaque pays doit veiller à une production durable et promouvoir son agriculture en conséquence. La Suisse est vraisemblablement le premier pays au monde à avoir fait ce pas. Il est temps désormais de concrétiser la volonté populaire.

Pour l'Union suisse des paysans (USP), le nouvel article doit servir dès maintenant de ligne directrice et d’objectif pour toutes les modifications futures de lois et d’ordonnance ayant une incidence sur le secteur agricole et agroalimentaire indigène. Il s’agit en particulier d’assurer les bases nécessaires à la production, notamment la préservation des terres cultivables. L’objectif formulé par le Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann devant les Chambres fédérales, consistant à garantir un million d’hectares de terres cultivables sur le long terme, sert de valeur indicative. Il est également question de relever les défis à venir en encourageant une production indigène efficiente dans l’utilisation des ressources, adaptée aux conditions locales et répondant aux demandes des consommateurs et aux exigences du marché. Une telle production vise à garantir que la population suisse puisse, à l'avenir également, bénéficier d’une autosuffisance alimentaire de plus de la moitié, tout en préservant le sol, l'eau, l'air et la biodiversité de manière durable. Le renforcement visé de la durabilité sociale et économique nécessite également d’accroître la valeur ajoutée pour les exploitations agricoles familiales du pays et de développer une coopération équitable à l’intérieur de toute la branche. Sans revenus décents, l’évolution structurelle se poursuivra et connaîtra même une forte accélération, à l'instar des exploitations laitières. La durabilité économique suppose de maintenir la protection douanière au niveau actuel. Il importe en outre d’inscrire des critères de durabilité dans les nouveaux accords commerciaux internationaux afin de promouvoir le commerce équitable et une production respectueuse de l'environnement à l’étranger également. Le fait de redonner à la nourriture sa juste valeur permet de réduire le problème du gaspillage alimentaire.

source: Comité «Oui à la sécurité alimentaire»
  • auteur
  •  Rédaction [RED]

    Email
Retour à l’aperçu