UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Gestion 17.10.2017 09:24

Solution suggérée pour l’estivage de courte durée

La période de transition pour supprimer le règlement sur l’estivage de courte durée expire. L'Office fédéral de l'agriculture a chargé un groupe de travail d'élaborer une nouvelle solution. Celui-ci a présenté sa proposition cette semaine.

Un groupe de travail institué par la Société suisse d’économie alpestre et l’Union suisse des paysans et représentant un large public d’intéressés, s’est penché sur l'avenir de l’estivage de courte durée. L'objectif déclaré était de mettre sur de nouvelles bases les règles quelque peu désuètes applicables aux animaux laitiers estivés pour une courte période. Il convenait à cet égard d’appliquer le cadre réglementaire de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG), qui exige une égalité de traitement étendue entre les exploitations d’estivage et les animaux estivés.

Le groupe de travail a présenté sa proposition à l'OFAG cette semaine. Il prévoit de verser des cotisations d’estivage pour tous les animaux laitiers sur la base des pâquiers normaux et de soutenir les vaches laitières, les brebis laitières et les chèvres laitières avec une contribution variable. Le groupe de travail souhaite faire de cette contribution variable pour animaux laitiers une priorité pour les animaux laitiers estivés pour une courte période. Il est ainsi prévu de tenir compte des coûts plus élevés par animal et par jour. Le groupe de travail tient particulièrement à ce que les contributions destinées actuellement à la région d’estivage continuent d'y être utilisées. C'est la raison pour laquelle les 1,7 million de francs actuellement alloués par la Confédération pour l’estivage de courte durée doivent continuer à avoir cet effet de soutien. Le groupe de travail a également proposé de compléter ces fonds par un à deux millions de francs, qui ont été économisés en plafonnant les contributions à la promotion de la biodiversité dans la région d’estivage.

La balle se trouve maintenant dans le camp de l'Office fédéral de l'agriculture, qui s'est montré ouvert aux propositions. Les membres du groupe de travail espèrent que leur proposition sera prise en compte dans le prochain processus de modification de l’ordonnance et que cela renforcera ainsi l’estivage des animaux laitiers.

source: USP
  • auteur
  •  Rédaction [RED]

    Email
Retour à l’aperçu