UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Gestion 24.11.2017 10:25

Un manifeste pour la mise en œuvre de la sécurité alimentaire

Réunis le 23 novembre 2017 en assemblée annuelle, les délégués de l’Union suisse des paysans ont adopté un manifeste pour la mise en œuvre du nouvel article constitutionnel 104a sur la sécurité alimentaire. La base paysanne a rejeté la Vue d’ensemble du développement de la politique agricole émanant du Conseil fédéral comme base de discussion.

L’inscription de la sécurité alimentaire dans la Constitution et la Vue d’ensemble du développement de la politique agricole du Conseil fédéral ont figuré au cœur des débats de la 85e Assemblée des délégués (AD) de l’Union suisse des paysans (USP) à Berne. Le 24 septembre dernier, le peuple suisse a exprimé de façon évidente et incontestable, par plus de 78% de «oui», son adhésion à l’agriculture suisse et l’importance de celle-ci pour un approvisionnement en denrées alimentaires issues d’une production indigène responsable et au moyen d’importations complémentaires, pour autant que ces dernières contribuent aussi à une agriculture durable à l’étranger. La base de l’USP, dont les activités ont participé dans une grande mesure à ce succès, s’est félicitée du résultat catégorique de la votation. Les familles paysannes de Suisse considèrent que la volonté exprimée sans équivoque par la population corrobore leurs attentes très claires envers le Conseil fédéral, l’administration et le Parlement. Afin de garantir la sécurité alimentaire à long terme, il appartient à chaque pays de veiller à une production durable et d’encourager sa propre agriculture dans ce sens. Les délégués ont tenu un débat à ce sujet et ont ensuite adopté un manifeste articulé autour des cinq lettres du nouvel article, avec des objectifs concrets pour chacune d’entre elles.

La colère gronde parmi les délégués depuis que le Conseil fédéral a publié, début novembre, sa Vue d’ensemble du développement de la politique agricole, dans le mépris le plus total du mandat visant à garantir la sécurité alimentaire, que le gouvernement s’est vu confier selon les principes démocratiques. Dans tous les scénarios, le Conseil fédéral envisage une réduction plus ou moins forte de la protection douanière des produits agricoles et une accélération du changement structurel. Ce dernier est déjà rapide aujourd’hui, tandis que les prix à la production subissent une pression énorme. En conséquence, les revenus agricoles restent bien en deçà des salaires dans les secteurs comparables. Les délégués se sont accordés à dire que la Vue d’ensemble est trop déséquilibrée pour servir de base de discussion. Ils l’ont donc rejetée. Ils sont toutefois prêts à poursuivre le développement de la politique agricole sur une base nouvelle et cohérente.

Les délégués ont avalisé les contributions à la surface actuelles pour le financement de leur faîtière et ont approuvé la nouvelle réglementation sur les contributions liées aux produits dès 2018. Cette décision s’est accompagnée d’une adaptation des statuts afin de flexibiliser le nombre de sièges au Comité de l’USP. La composition des organes de l’USP a de nouveau connu plusieurs changements. Lorella Pfirter (VD), Bernhard Fuchs (BE), Albin Fuchs (SZ), Josef Koch (AI) et Jürg Bärtschi (BE) font leur entrée à la Chambre suisse d’agriculture. Jürg Bärtschi accède aussi au Comité de l’USP en tant que représentant de la filière avicole. Les délégués ont liquidé les autres affaires à l’ordre du jour sans le moindre heurt : ils ont approuvé le procès-verbal de l’AD de 2016, le Rapport annuel 2016 ainsi que le Programme d’activités 2018. La prochaine AD de l’USP aura lieu le 22 novembre 2018 à Berne.

source: USP
  • auteur
  •  Rédaction [RED]

    Email
Retour à l’aperçu