UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Archiv2016 21.12.2016 13:42

Gestion des risques: pas de nouveaux instruments

L’agriculture suisse est en mesure de maîtriser les risques auxquels elle est exposée et n’a pas besoin, pour le faire, d’une nouvelle intervention de l’État dans le contexte actuel. Telle est la conclusion d’un rapport approuvé le 21 décembre 2016 par le Conseil fédéral, en réponse aux deux postulats déposés par Jacques Bourgeois sur la maîtrise des risques dans l’agriculture.

M. Jacques Bourgeois, conseiller national PLR, avait déposé deux postulats (14.3023 et 14.3815) pour demander, premièrement, de comparer les politiques agricoles de l’UE, des USA, du Canada et de la Suisse, et, deuxièmement, d’examiner les instruments de ces politiques sous l’angle de la maîtrise des risques.

Il ressort de ces comparaisons avec l’étranger qu’il est inadéquat d’aligner notre politique agricole sur celles des autres pays considérés, compte tenu des particularités que présente la Suisse en ce qui concerne les conditions naturelles et les aspirations de la société.

Le rapport met en avant le fait qu’il existe en Suisse, sous un régime privé ou public, tout un éventail de moyens de se prémunir contre les risques, de les maîtriser et de compenser les éventuels dommages. De plus, la protection douanière et les paiements directs produisent un effet stabilisateur sur l’agriculture, et les assurances privées permettent de couvrir suffisamment les risques pesant sur la production. Par conséquent, conclut le rapport, seules de fortes fluctuations sur les marchés, provoquées par une libéralisation accrue des échanges ou le changement climatique, donneraient lieu de reconsidérer la politique agricole à cet égard.

source: OFAG
  • auteur
  •  Rédaction [RED]

    Email
Retour à l’aperçu