UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Archiv2016 16.11.2016 09:27

L’huile de palme, une menace pour le colza suisse

La Fédération suisse des producteurs de céréales (FSPC), qui a tenu ses assises annuelles le 15 novembre à Chiètres (FR), s’est dite très préoccupée par l’ouverture des frontières sous la forme d’accords de libre-échange. Elle estime que cette «ouverture insidieuse constitue une grande menace pour les cultures de céréales et d’oléagineux en Suisse».

Selon la FSPC, l’accord de libre-échange avec la Malaisie, en ce qui concerne l’huile de palme, aurait pour conséquence en Suisse une diminution inquiétante de la production de colza et de tournesol. La concurrence directe de l’huile de palme provoquerait en effet une baisse importante des prix pour le colza, un manque de rentabilité pour les producteurs et donc une diminution des surfaces cultivées. Par effet boule de neige, cette situation prétériterait aussi les centres collecteurs qui se retrouveraient avec moins de volume à stocker et à transporter. Les huileries seraient également touchées et leur existence remise en question. Et c’est sans parler des pertes de places de travail à tous les échelons. La FSPC rappelle par ailleurs qu’une diminution des cultures de colza et de tournesol aurait aussi des répercussions négatives sur le plan écologique. Ces deux cultures disparaitraient en effet de la rotation alors qu’elles constituent un bon équilibre avec le maïs et les céréales pour assurer la fertilité des sols et diminuer ainsi la pression des maladies et des ravageurs.

Alerte à l’huile de palme…
A l’issue de la partie statutaire, la FSPC a donné la parole à Lukas Straumann et à Johanna Michel, respectivement directeur et responsable de campagne du Fonds Bruno Manser (FBM). Les deux orateurs ont présenté un exposé intitulé: «L’industrie de l’huile de palme et ses effets sur les populations locales et les forêts pluviales de Malaisie». Avec 20 millions de tonnes par année, la Malaisie, excepté l’Indonésie, est le plus gros producteur mondial d’huile de palme. Cette production, ont expliqué les représentants du FBM, a entraîné la destruction de zones forestières plus grandes que la Suisse. Les Nations-Unies considèrent d’ailleurs les plantations de palmiers à huile comme étant «la cause principale de la destruction des forêts tropicales en Asie du Sud-Est». Les orateurs ont par ailleurs rappelé que les entreprises malaisiennes actives dans la production industrielle d’huile de palme portent quotidiennement atteinte aux droits fondamentaux des populations autochtones, en particulier le droit de la terre et celui du travail. Enfin, selon les chiffres du FBM, la Suisse a importé 32’217 tonnes d’huile de palme en 2014, dont presque la moitié en provenance de Malaisie, pour une valeur de 16 millions de francs.

Rappelons pour conclure que la FSPC a signé la pétition que le Fonds Bruno Manser a remise en mai dernier au Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) demandant l’exclusion de l’huile de palme de l’accord de libre-échange visé avec la Malaisie.

source: FSPC
  • auteur
  •  Rédaction [RED]

    Email
Retour à l’aperçu