UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Archiv2015 21.12.2015 14:18

Monitoring mycotoxines du maïs grain de la récolte 2015

La contamination du maïs grain en mycotoxines déoxynivalénol et zéaralénone était faible en 2015. La vigilance est cependant de mise pour les fumonisines, qui ont été détectées plus fréquemment que les années précédentes.

Swiss granum surveille, dans le cadre d’un monitoring en collaboration avec Agroscope, la contamination du maïs grain en mycotoxines après la récolte.Les échantillons prélevés auprès d’un réseau national de 20 centres collecteurs ont été analysés à l’aide de tests ELISA, afin d’évaluer la présence en mycotoxines déoxynivalénol (DON), zéaralénone (ZEA) et fumonisine (FUM).

DON
Après une contamination exceptionnellement élevée en DON en 2014, des résultats réjouissants avec dans l’ensemble de faibles teneurs en DON ont été recensées en 2015. Sur un total de 37 échantillons de maïs grain analysés de la récolte 2015, 51 % étaient exempts de DON ou avaient une contamination inférieure à la limite de détection (DON <0.2 ppm resp. mg/kg). Seul 6 % présentaient une teneur supérieure à 1 DON mg/kg. La teneur mesurée la plus élevée se situait à 1.5 DON mg/kg. Cette bonne situation s’explique par les conditions météorologiques sèches et les températures élevées pendant et après l’apparition des soies respectivement de la floraison du maïs cet été.

ZEA
En raison de la faible contamination en DON du maïs grain, la teneur en ZEA n’a été mesurée que sur 10 échantillons. Sept échantillons présentaient des concentrations allant jusqu’à 0.132 mg/kg.

FUM
En revanche, les fumonisines (FUM) ont cette année été détectées dans pratiquement chaque échantillon. Les fumonisines sont surtout produites par les espèces fusarioses F. verticillioides et F. proliferatum. En comparaison à F. graminearum, elles apparaissent souvent lors de conditions météorologiques sèches et de températures élevées, comme ce fût le cas cette année. Le stress physiologique des plantes et les dégâts d’insectes peuvent aussi favoriser leur apparition. 11 % des échantillons analysées présentaient une contamination en FUM inférieure à la limite de détection (<0.2 ppm resp. mg/kg). 19 % avaient des teneurs supérieures à 2 mg/kg, dont 5 % supérieurs à 5 mg/kg. La teneur mesurée la plus élevée se situait à 5.2 mg/kg.La vigilance est ainsi de mise pour le maïs entrant dans la composition des aliments complémentaires et complets pour les animaux, car les valeurs d’orientation dépendent de l’espèce animale à affourager. Les valeurs d’orientation pour le secteur des aliments fourragers peuvent être consultées sous swiss granum.

source: swiss granum
  • auteur
  • Verena Säle [vs]
    Redaktorin
    Email
Retour à l’aperçu