UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Production végétale 22.11.2017 11:50

Encore beaucoup de travail pour Swiss granum

Lors de l’assemblée des délégués, Fritz Glauser a fait une rétrospective sur une année de mandat exigeante en tant que président de swiss granum. Les défis futurs, les affaires conclues avec succès et le financement de l’étude variétale étaient les thèmes de l’assemblée des délégués.

Fritz Glauser, président de swiss granum, a mis en avant dans son allocution d’ouverture les récoltes de céréales disparates des années 2016 et 2017. Malgré des surfaces pratiquement identiques, une quantité de semence par ha et des soins culturaux similaires, les quantités récoltées différaient fortement. Il souligna : « Nous travaillons avec la nature ». Toutefois, grâce à une bonne collaboration, la branche a su trouver des solutions communes. 
Dans son allocution d’ouverture, quelques défis qui concernent la branche ont été thématisés. L’un d’autre eux est la réglementation alternative à la loi chocolatière, par laquelle la part de marché pour les producteurs, les meuniers et les transformateurs exportateurs doit être maintenue. Il faut en outre veiller à porter haut les couleurs du pain suisse afin de regagner des parts de marché perdues. Il souligna que la protection à la frontière est indispensable pour les cultures et leurs chaînes de valeur et invita le Conseil fédéral à retravailler sa future politique agricole dans ce sens.

Vue d’ensemble de l’année sous revue 2016 / 2017 
Le directeur, Stephan Scheuner, a informé les participants sur les activités de l’année écoulée et en cours. Concernant les aliments fourragers, il mit en avant l’intégration des sous-produits de meunerie comme fourrage de base dans le programme PLVH dès le 1.1.2018. Ainsi, grâce aux cycles de production fermés, une utilisation durable des ressources est rendue possible. Parallèlement, il souligna les efforts fournis par les partenaires du marché pour l’élaboration d’une stratégie de la branche pour le renforcement de l’approvisionnement indigènes en aliments fourragers. 
Après une année avec des importations supplémentaires, la récolte 2017 enregistra un excédent en céréales panifiables. Plusieurs mesures pour l’allégement du marché sont actuellement en discussion. Des discussions auront lieu au sein de swiss en décembre sur la future gestion des quantités des céréales panifiables. La solution pour la gestion de la protéine sera également examinée. Celle-ci reste encore une fois inchangée pour la récolte 2018. 
Swiss granum a de nouveau pu fournir des chiffres fiables sur la récolte ainsi que des estimations de la qualité de la récolte à la branche. Ces dernières ont été présentées le même jour à la Journée de la qualité. Les partenaires du marché se sont, en outre, accordés sur la reconduction des prix indicatifs de la récolte 2016 pour la récolte 2017. Ces données constituent la base pour la transparence sur le marché souhaitée par swiss granum. 
Dans l’année écoulée, swiss granum a approuvé les soi-disant exigences techniques pour le pain suisse. La branche plaide ainsi en faveur de la réglementation Swissness comme exigence minimale pour la provenance des matières premières et pour une transformation indigène à 100% pour le terme « pain suisse ». Ces exigences forment selon Stephan Scheuner la base pour la communication marketing de l’Association Pain suisse.

Objets statutaires 
Les objets statutaires n’ont pas suscité de discussion et ont été adoptés à l'unanimité par les délégués. Il a été décidé d’augmenter les cotisations pour le financement des coûts supplémentaires pour les essais variétaux menés avec Agroscope. Swiss granum va de plus participer financièrement à un projet de recherche CTI sur trois ans. Le projet vise une amélioration de la qualité du blé panifiable suisse.

source: Swiss granum
  • auteur
  •  Rédaction [RED]

    Email
Retour à l’aperçu