UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

fenaco-LANDI 08.05.2017 07:59

«Nous voulons nous occuper de la production»

fenaco Produits du sol est une unité d’activité stratégique (UAS) de fenaco société coopérative. Quelles sont ses activités et quelle relation entretient-elle avec les productrices et les producteurs? Markus Hämmerli, responsable de l’UAS fenaco Produits du sol, décrit la nouvelle organisation de cette UAS et explique que les producteurs ont désormais des attentes plus élevées envers la commercialisation.

fenaco Produits du sol est une unité d’activité stratégique (UAS) de fenaco. En sa qualité de partenaire des productrices et des producteurs, elle prend en charge le regroupement de nombreux produits agricoles et la commercialisation au sein du commerce de détail. L’UAS est organisée par groupes de marchandises: fruits à pépin/petits fruits/bananes, fruits à noyau, légumes, pommes de terre fraîches, pommes de terre destinées à la transformation et plants de pommes de terre.

Revue UFA: Monsieur Hämmerli, en quoi consiste selon vous le travail quotidien de fenaco Produits du sol?
Markus Hämmerli: Notre rôle consiste à planifier la culture des produits en collaboration avec les producteurs, à les accompagner et à les aider. A cela s’ajoute la prise en charge des produits, la transformation (soit le stockage, le conditionnement, l’emballage) et, finalement, la commercialisation au sein du commerce de détail et de l’industrie alimentaire.

Comment fenaco Produits du sol est-elle organisée?
M. Hämmerli: En 2011, nous avons restructuré notre unité d’activité et opté pour une organisation matricielle, dans le but de conserver une maîtrise complète sur le produit. Concrètement, cela se fait de la manière suivante: sur un axe de notre matrice, l’accent est mis sur nos cinq groupes de marchandises. L’autre axe se compose de l’infrastructure, c’est-à-dire de nos centres de prestations avec l’accent sur les processus, la technologie, l’efficience, un degré de qualité élevé, la fiabilité des processus, la sécurité des denrées alimentaires et la traçabilité. Cette organisation de conduite de l’UAS est intéressante en ce sens que souvent, plusieurs groupes de marchandises sont conditionnés sur un seul site.

Comment se déroule la collaboration directe avec les producteurs?
M. Hämmerli: Nous sommes quotidiennement en contact direct avec les productrices et les producteurs. En plus de cela, dans plusieurs secteurs, nous collaborons avec des organisations regroupant les souhaits et les exigences des producteurs régionaux. En voici deux exemples:
Dans le secteur des pommes de terre premium, nous collaborons avec succès avec l’Appnal. Les marques (p. ex. Celtiane, Amandine, Gwenne) sont la propriété de cette organisation. Nous sommes son partenaire pour le conditionnement, le stockage et la commercialisation. Les marques telles que celles que j’ai évoquées plus haut représentent une plus-value pour le consommateur d’une part, en raison les propriétés gustatives ou des caractéristiques de cuisson associées au produit, et pour le producteur d’autre part, qui bénéficie directement de la création de valeur. Nous collaborons également étroitement avec la coopérative GES (Gemüse Erzeuger Seeland). La «vision concentration de l’énergie dans le Seeland» est un résultat qui illustre parfaitement cette excellente collaboration: dans le cadre de ce projet, nous réfléchissons à quoi pourraient ressembler, à l’avenir, la production et la commercialisation des légumes dans la région des Trois-Lacs. Les réflexions à ce sujet sont basées sur des thèmes tels que la protection des plantes et le bilan CO2, sur la demande émanant de nos consommateurs ainsi que sur les exigences toujours plus élevées des pouvoirs publics. La «vision concentration de l’énergie dans le Seeland» s’efforce de trouver des réponses aux nombreuses questions qui se posent au sein du secteur agricole.

A vos yeux, quelles sont les attentes des producteurs envers votre UAS?
M. Hämmerli: Les agriculteurs d’aujourd’hui sont des entrepreneurs commerciaux. Ils exigent de savoir ce qui se passe avec leurs produits et souhaitent disposer d’un contact direct avec les acheteurs, c’est-à-dire avec nous dans le cas présent. Les producteurs planifient toutefois sur un horizon de plusieurs années et veulent sentir comment le marché fonctionne. Cela suppose de notre part une communication ouverte. Les exigences envers nous, en tant que commerçants, se sont également nettement accrues. Le producteur exige d’avantage de transparence et de confiance. C’est ce qui nous a permis de revoir ensemble des modèles de prix et des paramètres qualité, de définir des stratégies variétales et de développer des produits en fonction de la demande du marché.

fenaco a engagé au mois d’octobre dernier une collaboration avec Agroscope dans le domaine de la recherche (Revue UFA, édition 11/16). Cette collaboration vise à lancer des produits innovants et compétitifs issus de l’agriculture et de l’industrie alimentaire suisses. Dans quelle mesure fenaco Produits du sol bénéficie-t-elle de telles collaborations?
M. Hämmerli: Ce genre de collaborations est essentiel pour nous. De manière un peu provocante, on pourrait dire que pendant 15 ans nous avons veillé à disposer des plus beaux emballages et des plus belles étiquettes pour les produits que nous commercialisons. Nous estimons être arrivés au point où nous devons nous préoccuper encore davantage de l’évolution de la production et de la manière dont nous pouvons apporter une aide dans ce domaine. C’est une des raisons pour lesquelles nous avons engagé une collaboration avec Agroscope. Nous constatons par ailleurs que les fruits et les légumes sont à la mode. L’aspect «santé» ne suffira toutefois pas à lui seul. Nous devons développer les systèmes de culture de façon à produire de manière durable. La numérisation, le smart farming et le precision farming nous y aideront beaucoup. Nous devons développer ensemble des processus de production qui tiennent compte des générations de consommateurs à venir.
Ces générations seront moins étroitement liées à l’agriculture, car la population suisse a tendance à devenir de plus en plus urbaine et sa connaissance de l’agriculture se résume toujours plus souvent à l’image véhiculée par les spots publicitaires. L’agriculture suisse se distingue déjà par des standards élevés, qu’il s’agit de continuer à développer. Nous y parviendrons en unissant nos efforts.

Comment faites-vous pour identifier de nouvelles variétés intéressantes pour les producteurs?
M. Hämmerli: Dans ce domaine, le fait de disposer d’un réseau international revêt une importance centrale. Comme nous sommes une entreprise solidement ancrée en Suisse, notre marché est bien le marché local. Il convient par contre de rappeler que la sélection, la recherche et la technologie s’effectuent souvent en grande partie à l’étranger. Il s’agit d’une réalité indéniable. Nos productrices et nos producteurs sont par ailleurs une source d’innovations. Ils nous font part d’idées que nous pouvons lancer sur le marché. Les producteurs font preuve de beaucoup d’esprit d’innovation, ils disposent de réseaux solides et cherchent à s’impliquer. Ensemble, nous pouvons contribuer à ce que ces idées puissent être commercialisées. Les asperges suisses, les patates douces, la salade Flower Sprout et de nombreuses nouvelles variétés de fruits à pépins et de fruits à noyau font partie des idées émises par les producteurs et ayant été mises en pratique.

Planifiez-vous ou développez-vous des nouveaux produits?
M. Hämmerli: Nous nous efforçons de promouvoir la culture de certains légumes frais qui sont actuellement importés. Les pommes destinées aux personnes souffrant d’une allergie, les pommes à chair rouge, le développement des variétés de baies premium ainsi que les snacks à base de carottes (voir encadré) et d’autres produits d’apéritifs ayant un impact favorable sur la santé sont d’autres projets auxquels nous nous consacrerons à l’avenir. 

source: Sarah Sinn, Communication d’entreprise fenaco, 8401 Winterthour
  • auteur
  •  Rédaction [RED]

    Email
Retour à l’aperçu