UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Rubrik Newsarchiv 10.02.2014 11:03

Premier cas de résistance au glyphosate en Suisse

Pour la première fois en Suisse, une résistance à l’herbicide glyphosate (Roundup) a été confirmée par Agroscope. Cette résistance est apparue sur du ray-grass provenant d’une vigne de La Côte vaudoise.
  • Image: Agroscope

Dans le cadre de ses échanges réguliers de plantes suspectes et d’informations entre les partenaires extérieurs publics ou privés, Agroscope a pu confirmer un premier cas de résistance au désherbant total glyphosate en Suisse, apparu sur des ray-grass hybride (Lolium sp. multiflorum x perenne) d’une vigne de La Côte vaudoise. Cette vigne avait été traitée pendant environ quinze ans avec la même matière active, qui n’a plus montré d’efficacité herbicide ces derniers temps.

Les cas de résistance au glyphosate apparaissent habituellement sur des sites où son usage est répété. Comme les pratiques culturales varient moins dans des cultures pérennes, les cas de résistance s’y manifestent plus vite.

Le glyphosate est probablement l’herbicide le plus utilisé dans le monde.
Des ray-grass résistants au glyphosate sont signalés en Espagne depuis 2006. En Europe, les premiers cas se sont manifestés d’abord dans des vergers et vignes méditerranéens. Ce phénomène concerne cinq espèces d’adventices: l’érigéron crépu (Conyza bonariensis L), l’érigéron du Canada (Conyza canadensis L), l’érigéron de Sumatra (Conyza sumatrensis Retz), l’ivraie raide (Lolium rigidum Gaudin) et le ray-grass hybride (Lolium sp. multiflorum x perenne). De nombreux cas sont répertoriés dans la vigne en France voisine, mais aucun pour l’instant en Allemagne.

Plante annuelle ou bisannuelle, le ray-grass est allogame et se multiplie donc par fécondation croisée entre deux individus distincts. Le pollen est transporté d’une plante à l’autre par le vent et peut être une source de dissémination régionale.

Pour prévenir l’apparition de résistances dans les cultures, il est recommandé de changer régulièrement les herbicides en choisissant des matières actives différentes avec des modes d’action biochimiques distincts. Les moyens de lutte mécanique doivent également être envisagés.

Pour réaliser les tests de résistance, Agroscope cultive à partir du semis une population de plantes adventices et la traite ensuite avec l’herbicide incriminé à trois dosages différents. Outre une procédure de traitement témoin à l’eau, les plantes reçoivent des dosages qui vont jusqu’à quatre fois la norme homologuée, permettent ainsi d’estimer leur niveau de résistance vis-à-vis de l’herbicide.

source: Agroscope
  • auteur
  •   []

Retour à l’aperçu