UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Gestion 07.02.2019 13:08

Et Rolina devint une star sur Instagram

Marina Boller a toujours son portable à portée de main pour photographier ses vaches. Elle publie ses photos sur la plateforme Internet Instagram et suscite l’enthousiasme de milliers de fans dans le monde entier. Marina Boller souhaite ainsi contribuer à ce que les vaches jouissent d’un meilleur statut.
  • LID

La vidéo présente Rolina, une vache tachetée rouge, qui se fait masser pendant de longues minutes par une brosse et ressort toute guillerette de cette expérience. 7500 personnes ont apprécié cette vidéo de trente secondes sur la plateforme en ligne Instagram. Elle a été téléchargée 260000 fois dans le monde entier. 500 personnes lont commentée. Brittneybegood, une utilisatrice anglophone dInstagram, a par exemple rédigé le commentaire suivant: «Génial! Cest extraordinaire de voir des vaches aussi heureuses». Ce petit film a même étéévoqué par le journal agricole britannique Farmers Guardian. Il a rendu la Suissesse Marina Boller «célèbre» du jour au lendemain tout en lui assurant de nombreux fans dans le monde entier. Désormais, plus de 5000 personnes suivent la paysanne argovienne sur Instagram. A titre de comparaison, Bio Suisse dispose de 1800 followers et IP Suisse en compte 450. 

Présenter la vie à la ferme
Marina Boller est présente sur Instagram depuis le mois d’août 2016. Sous le patronyme «
hofhabsburg» elle y publie surtout une chose: des photos de ses vaches. Ces photos sont prises den haut, den bas, de profil, au pâturage, en stabulation ou en salle de traite. Il sagit parfois de gros plans sur un dos ou un museau de vache, de temps à autre d’une photo d’un veau nouveau-né, voire d’une vache polissant ses naseaux à l’aide de sa langue. Marina Boller joue avec la lumière, la perspective et la mise au point. Elle crée ainsi des photos enjouées, pleines de vie et authentiques. Ces dernières présentent les vaches comme des êtres vivants curieux et sensibles et pas seulement comme une branche de production animale. A travers ses photos, Marina Boller souhaite présenter la vie à la ferme. Ce qu’elle aimerait toutefois montrer par-dessus tout, c’est à quel point les vaches sont des animaux dignes d’affection. «La production animale devrait jouir dune bien meilleure considération», souligne cette paysanne, qui rappelle notamment que les vaches accomplissent des performances incroyables. «Je suis tombé amoureuse de ces créatures» explique Marina Boller, qui avait préalablement effectué un apprentissage demployée de commerce et qui a fait la connaissance du monde agricole à l’âge de 30 ans seulement.  

Prendre du temps
Marina Boller publie en moyenne une à deux photos par semaine sur Instagram. La charge de travail ne doit pas être sous-estimée. «
Il ne suffit pas de faire le tour du pâturage et de réaliser des photos», explique la jeune femme de 33 ans en précisant quil faut aussi passer du temps avec le troupeau. Il arrive bien sûr que Marina Boller réalise des photos spontanées. Mais elle ne publie que celles qui incitent à la réflexion. De ce point de vue, la paysanne, passionnée de photo depuis son plus jeune âge, prend cette activité au sérieux. «Jai des exigences et je souhaite les conserver». Marina réalise toutes ses photos avec le smartphone quelle garde toujours sur elle dans sa poche. Une fois ses photos prises, elle les retouche et rédige un petit texte à leur sujet. Elle écrit en anglais car beaucoup de ses fans habitent à l’étranger. En moyenne, Marina Boller consacre environ deux heures à une publication sur Instagram. Les photos réalisées par Marina Boller reçoivent un écho très favorable de la part de ses fans. Ces derniers sont nombreux à «liker» ses photos de vaches de la ferme Habsburg et rédigent des commentaires. Par le passé, Marina Boller réagissait aux commentaires négatifs. Désormais, elle les efface immédiatement et bloque les personnes concernées. «Cest mon profil et c’est moi qui décide ce qui y est publié», précise la paysanne. Quand on lui demande si elle na pas peur d’être à court dinspiration, la photographe passionnée de vaches répond avec un large sourire «quen ce qui concerne les vaches, les possibilités de mise en scène sont quasi-illimitées».

 

source: Revue UFA 02/2019
  • auteur
  •  Rédaction [RED]

    Email
Retour à l’aperçu