UFA REVUERevue UFA: La périodique spécialisé pour l'agriculture SuisseDetailseitenMaster

Archiv 2017 20.11.2017 08:33

Exploitation de poules pondeuses: cas de maladie de Newcastle confirmé dans le canton du Tessin

La maladie de Newcastle vient d’être confirmée au sud du Tessin. Il s’agit d’une maladie virale hautement contagieuse atteignant de nombreuses espèces d’oiseaux. Selon l’ordonnance sur les épizooties (OFE), toutes les poules pondeuses devront être mises à mort.

Ce diagnostic confirme que, malgré les mesures de surveillance, une épizootie peut réapparaître après plusieurs années. Le cheptel suisse de volaille est exempt de la maladie de Newscastle et le dernier cas d’exploitation de poule pondeuse remonte à 2011. Cette maladie virale est hautement contagieuse et la transmission s’effectue de manière aérogène ou par contact direct. Elle peut aussi être transmise de manière indirecte par l’intermédiaire de personnes, de produits de volaille ou de cartons à oeufs.

Toutes les mesures nécessaires afin d’empêcher une propagation de l’épizootie sont en train d’être prises par le canton: la mise à mort de toute la volaille de l’exploitation touchée ainsi que la délimitation d’une zone de protection et de surveillance autour de cette exploitation.

Pas de danger pour l’être humain

La consommation d’oeufs et de viande ne présente aucun danger pour l’être humain. Dans de rares cas, les personnes qui sont en contact direct et étroit avec des animaux malades peuvent développer une conjonctivite.

 

Maladie de Newcastle (ND)

La maladie de Newcastle touche principalement les gallinacés, mais également les oies, les canards, les pigeons, les oiseaux d'ornement et les oiseaux sauvages. Elle est considérée comme une zoonose, même si les infections chez l'homme sont rares – dans la plupart des cas chez des aviculteurs.

La maladie chez l'animal

L'infection peut évoluer de manière asymptomatique, mais également avoir de graves conséquences sur la santé des animaux infectés.

Les symptômes observés sont, le cas échéant, les suivants: diminution de la consommation de nourriture, élévation de la température corporelle, somnolence et soif. Les animaux malades se tiennent le plus souvent dans les coins sombres, le bec ouvert. Ils respirent avec un ronflement et éternuent souvent. Le degré de gravité de la maladie peut varier en fonction de la souche du virus. Dans la forme aiguë, le taux de mortalité est de 90 à 100 %.

En cas de problèmes dans un troupeau présentant une symptomatologie analogue à celle de la ND, mais en l'absence d'une forte suspicion, les vétérinaires ou le service de pathologie peuvent, en concertation avec le Centre national de référence pour les maladies de la volaille NRGK, prélever des échantillons en vue d'un examen dit «d'exclusion» (permettant d'exclure une infection par le NDV). Dans ce cas, aucune des mesures de police des épizooties prévues par l’art. 84 de l’ordonnance sur les épizooties ne s’impose.

Contamination et propagation

Le virus de la maladie de Newcastle (NDV) appartient à la famille des Paramyxoviridae. Le virus peut être introduit dans les troupeaux de volaille par le biais de volailles importées ou d'oiseaux sauvages.

Que faire ?

Les mesures d'hygiène sont particulièrement importantes. Il faut éliminer avec précaution les animaux qui ont péri et les déchets d'abattage.

La maladie de Newcastle est une épizootie hautement contagieuse. Elle est soumise à la déclaration obligatoire. Toute personne qui détient des animaux ou qui s'en occupe est tenue d'annoncer les cas suspects au vétérinaire de l’exploitation. 

Les infections chez l'homme sont rares et concernent en général les aviculteurs, le personnel de laboratoire et les vétérinaires. La contamination se produit par l'air ou par les conjonctives après contact direct avec la volaille infectée, en particulier les poules. Les personnes infectées présentent le plus souvent une conjonctivite unilatérale, parfois bilatérale. On observe fréquemment une enflure des ganglions lymphatiques situés devant les oreilles.

source: Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV
  • auteur
  •  Rédaction [RED]

    Email
Retour à l’aperçu