category icon

Gestion

Une solution qui satisfait toutes les parties

Les personnes affectées par un handicap peuvent être un réel enrichissement pour une exploitation agricole. Il faut par contre bien réfléchir à quoi devrait ressembler une telle collaboration. Les familles intéressées peuvent être soutenues par la fondation « Landwirtschaft und Behinderte ».

Adrian en train de dater les œufs

Adrian en train de dater les œufs.

(Laura Keller)

Publié le

Actualisé le

ancienne rédactrice Revue UFA

Le domaine agricole de la famille Egli est situé à Bichwil (SG) dans le Toggenburg. Outre le chef d’exploitation, Rolf Egli, les parents de ce dernier, Vreni et Karl, travaillent également sur le domaine. Cette équipe est secondée par une personne un peu différente : Adrian Burri vit depuis bientôt 20 ans sur le domaine des Egli. A ce titre, il fait quasiment partie de la famille. Originaire de Lucerne, Adrian Burri est affecté par un handicap cognitif. Sur ce domaine bio qui compte des vaches mères, 3000 poules pondeuses et 180 arbres haute-tige, il apporte une aide efficace.

Formation d’employé agricole

Tout a commencé il y a un peu plus de 20 ans lorsque la chambre d’agriculture du canton de Saint-Gall a organisé une manifestation à Wattwil pour promouvoir l’offre de la fondation « Landwirtschaft und Behinderte » ( LuB ) auprès de plusieurs communes. Finalement, la famille Egli a été la seule à répondre à l’appel de la fondation. Auparavant, les Egli formaient déjà des apprentis.

Adrian fait partie de la famille, comme l’expliquent Vreni et Karl Egli, et habite sur le domaine depuis le mois d’août 2000. Avant d’intégrer l’exploitation agricole bio de la famille Egli, Adrian a suivi une formation d’employé de ferme sur un autre domaine.

alt_text

La famille Egli : ( de g. à dr. ) Karl et Vreni Egli, Adrian Burri et Rolf Egli. 

(Laura Keller)

Conditions pour les familles intéressées

  • Les rapports de famille doivent être bien structurés et intacts
  • Etre ouvert aux personnes souffrant d’un handicap cognitif
  • Charge suffisante en travaux utiles
  • Organisation claire de la journée
  • Etre conscient que le suivi doit être assuré 24 h sur 24
  • L’aspect financier ne doit pas être prioritaire

La famille doit être motivée

La LuB est une fondation indépendante qui existe depuis 25 ans et dont le centre administratif se trouve à Brugg. Susann Steiner dirige cette fondation depuis plus de quatre ans. Six personnes supplémentaires travaillent également pour la fondation. Trois d’entre elles exercent une activité de conseil, deux autres assurent le suivi des antennes de la fondation et une personne s’occupe du secrétariat.

Une grande importance est accordée à la collaboration entre la LuB, les familles paysannes et les personnes affectées par un handicap. Cette collaboration fonctionne d’ailleurs très bien. Au total, la LuB suit 95 personnes souffrant d’un handicap, dans 14 cantons. La LuB soutient les familles hébergeant une personne handicapée. Une formation spécifique ou une expérience dans l’accompagnement de personnes souffrant d’un handicap n’est pas obligatoire. « Ce qui est important, c’est la disponibilité des familles et le temps qu’elles sont prêtes à investir », explique Susann Steiner.

Les familles qui s’occupent d’une personne handicapée sont dédommagées convenablement par la LuB. Le collaborateur reçoit une petite rétribution pour son travail. « Les personnes souffrant d’un handicap prennent de l’assurance lorsqu’elles remarquent que l’on a besoin d’elles », précise la gérante de la LuB.

Une offre diversifiée

Outre un placement à long terme, la LuB propose aussi des formations professionnelles. La formation d’employé de ferme dispensée au Strickhof ( formation sur deux ans ) est la plus prisée. Les cours ont lieu une fois par semaine et complètent la formation professionnelle pratique à la ferme. Ensuite, les personnes concernées peuvent opter pour plusieurs solutions : un placement de longue durée, une place sur le marché du travail primaire ou une formation sous la forme d’une attestation fédérale de formation professionnelle, par exemple.

La LuB propose des programmes de vacances et de week-ends accompagnés. Les personnes souffrant d’un handicap peuvent passer entre quatre et six semaines de vacances accompagnées par an, ce qui leur permet de se retrouver entre elles. Les familles qui les hébergent peuvent alors se reposer.

Développement personnel

Karl Egli explique qu’Adrian a beaucoup évolué depuis qu’il travaille à la ferme. Aujourd’hui, soit 20 ans plus tard, le jeune homme timide et plutôt calme qu’il était n’est plus qu’un lointain souvenir. A 40 ans, Adrian est très bien intégré dans la famille Eggli et dans le village. Tout le monde le connaît et l’apprécie. Le datage des œufs, le nettoyage des aires de sortie et le paillage des logettes figurent parmi ses activités quotidiennes. Le travail au verger et les coups de main lors de la récolte des fourrages grossiers font également partie de ses attributions. « Adrian aime beaucoup travailler », précise Karl Egli. Le domaine de la famille Egli est très bien adapté aux personnes souffrant d’un handicap. Sur l’exploitation des Egli, il y a en outre suffisamment de travail à faire à la main. Bien qu’Adrian ait le droit de conduire le tracteur, une exploitation trop mécanisée serait moins bien adaptée.

Adrian habite chez Vreni et Karl Egli, sur un des sites de l’exploitation, à Bichwil. Rolf Egli, qui habite sur le second site à Magdenau, a toujours souhaité perpétuer la collaboration avec la LuB. Adrian a sa chambre à lui dans la ferme. En plus de cela, les Eggli hébergent aussi un locataire qui sert de personne de référence en cas de problème, lorsqu’ils sont en vacances.

Présence à chaque fête

Adrian adore la période de Carnaval et est un membre actif de la Guggen « Konfettifäger » à Schwarzenbach. « Adrian est de toutes les fêtes », précise Vreni Egli. Les machines agricoles sont une autre de ses passions. Adrian passe une semaine sur deux dans sa famille à Lucerne ou dans une des deux antennes au sein desquelles la fondation LuB propose des programmes de loisirs. 

Fondation « Landwirtschaft und Behinderte »

La fondation « Landwirtschaft und Behinderte » ( LuB ) met en contact les personnes souffrant d’un handicap et les familles paysannes. Les personnes handicapées bénéficient d’un logement et d’une place de travail. Les familles paysannes disposent quant à elles d’un collaborateur. S’occuper d’une personne nécessitant un suivi spécifique leur permet aussi de disposer d’une branche d’activité supplémentaire. La fondation créée en 1993 les soutient dans cette perspective. Actuellement, la LuB suit 95 collaborateurs souffrant d’un handicap, dans 14 cantons.

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici
Gâteau aux pommes de terre

 

Gâteau aux pommes de terre

Chutney de pommes

 

Chutney de pommes

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.