category icon

Gestion

Un gage de sécurité

Trois agriculteurs de Winznau (SO) ont créé une communauté d’exploitation pour mieux faire face à la pression économique qui pèse sur le marché du lait. Outre une sécurité financière accrue, cette collaboration entre exploitations laitières est aussi un gage de flexibilité pour toutes les parties.

Centrale de commandement avec vue sur le troupeau : le bureau d’étable n’est pas seulement l’endroit où peuvent être consultées toutes les données conce...

Centrale de commandement avec vue sur le troupeau : le bureau d’étable n’est pas seulement l’endroit où peuvent être consultées toutes les données concernant la production laitière. C’est aussi ici que les associés, Remo Grob, Jörg Näf et Patrick Grob (de g. à d.), prennent leurs décisions.

(Photo: Agriteam)

Publié le

Rédacteur Revue UFA

Tout a commencé en 2012 autour d’une bière, à un moment où Patrick Grob, assis à la même table que Jörg Näf, était confronté à un choix difficile : poursuivre son activité agricole ou se lancer dans une activité complètement différente. L’étable n’était plus aux normes. En plus de cela, l’implantation de cette dernière au centre du village gênait le voisinage et n’offrait donc pas de perspectives. « Avec 35 vaches dans une étable non conforme au centre du village, notre exploitation n’aurait plus été viable », se souvient Patrick Grob. Son collègue, Jörg Näf, gérait quant à lui tout seul une exploitation laitière située à l’extérieur de la commune et avait trop de travail : avec 20 vaches à traire et 22 ha de surface agricole utile, travailler sept jours sur sept était devenu la norme. En été, il aurait même souvent souhaité que la semaine compte un jour de plus. Il ne lui restait donc que peu de temps pour sa famille, dans un contexte économique difficile pour la production laitière.

« Les personnes qui envisagent une collaboration doivent accepter que leurs intérêts ne priment pas toujours sur ceux des autres. »

Patrick Grob, agriculteur

Un objectif ambitieux

Sans avoir de plan précis en tête, Patrick Grob s’adressa ce soir-là à son collègue, Jörg Näf, et lui lança : « Et si nous nous associons ? » Six mois passèrent après cette entrée en matière très directe et le moment arriva enfin où Patrick Grob et Jörg Näf se retrouvèrent pour discuter. Mais cette fois-ci, le frère de Patrick, Remo, était aussi de la partie et l’endroit un peu moins bruyant. Les trois futurs associés abordèrent le sujet de la communauté d’exploitation, avec à la clé une nouvelle étable communautaire permettant une production plus rationnelle, une meilleure efficacité et des horaires de travail plus flexibles.

L’objectif était le suivant : produire de manière rentable, même à un prix de 50 centimes par kilo de lait. Un tel projet était par ailleurs indispensable pour que les frères Grob puissent poursuivre et développer leur second pilier d’activité, le commerce de pellets et de bois de chauffage ainsi que l’entretien des chemins naturels. Les associés avaient prévu que ce serait plutôt Patrick Grob qui se chargerait de ces activités annexes.

Pour Jörg Näf, ce projet offrait l’opportunité de mieux combiner vie de famille et vie professionnelle, tout en réduisant les pics de travail en été. « Lorsque l’on travaille seul et que l’on a un problème à l’étable, on perd très vite les pédales », se souvient Jörg Näf en se remémorant sa situation avant la création de la communauté.

Etable ultra-moderne

Huit ans plus tard, Patrick Grob et Jörg Näf sont en pleine discussion devant leur stabulation entièrement automatisée en dehors de Winznau. Derrière eux, le chariot de l’installation d’affouragement automatique répartit l’une des 20 rations fraîches distribuées quotidiennement. A l’autre extrémité du bâtiment ouvert, on entend le grésillement des vérins du robot de traite occupé à fixer les gobelets sur les trayons de l’une des 75 vaches laitières du troupeau. Les couloirs sont nettoyés régulièrement par deux racleurs. Le troupeau est très calme et le travail se fait comme par magie. Depuis que la nouvelle stabulation est entrée en service, l’élevage des veaux a été transféré sur le domaine de Jörg Näf.

Organisation plus flexible

L’époque où la traite rythmait encore la journée est désormais révolue pour la communauté d’exploitation Agriteam à Winznau. Suite à la fusion de leurs exploitations laitières respectives, les associés peuvent organiser de manière plus flexible les travaux d’étable, ce qui les aide aussi à mieux planifier les travaux des champs. Depuis la création de l’association, les week-ends, les vacances, le temps passé en famille et les moments consacrés à la vie associative ne tiennent plus du rêve. D’un point de vue légal (droit de construction et droit foncier), l’étable a été implantée sur le domaine des frères Grob, qui en sont et en resteront propriétaires à l’avenir.

La toiture du rural a été louée à une entreprise électrique qui y produit de l’électricité photovoltaïque. « Cette collaboration avec une entreprise électrique nous a aidés à réduire les coûts de raccordement au réseau », précise Patrick Grob.

Profil d’exploitation

Branches d’exploitation : production laitière, grandes cultures, travaux pour tiers

Animaux : 75 vaches laitières, élevage (au total 100 UGB)

Surface agricole utile : 60 ha

Cultures : maïs ensilage (9 ha), blé d’hiver, orge d’hiver (6 ha chacun), colza (5 ha), prairies artificielles (10 ha), prairies naturelles / surface de compensation écologique.

Forme juridique : communauté d’exploitation selon CO 530 ss

Un bon test pour la coopération

La phase de construction n’a toutefois pas été qu’une partie de plaisir. « En fait, la construction a été une épreuve de force majeure », confient Jörg Näf et les frères Grob, qui ont relevé ce défi à trois en creusant, bétonnant, soudant et vissant des mois durant, parfois jusque tard dans la nuit. Ce chantier les a d’ailleurs poussés plus d’une fois à bout, sachant qu’ils devaient parallèlement continuer à gérer leurs exploitations laitières respectives. Pendant la phase de construction, les machines de chantier n’ont d’ailleurs pas été les seules à monter dans les décibels, se souviennent les associés. « Cette période a cependant aussi été un test pour la pérennité de notre collaboration », constate Patrick Grob, en précisant : « Les personnes qui envisagent de s’associer doivent être prêtes à ne pas toujours faire primer leurs intérêts et à rechercher des compromis ».

Depuis, les associés ont également pris conscience qu’ils avaient chacun leurs points forts. Alors que Jörg Näf est responsable de l’étable, Patrick Grob se qualifie lui-même de spécialiste de l’optimisation. Il s’occupe plutôt du bétail lorsque ses associés ont congé et durant les périodes de pointe. Remo Grob s’implique quant à lui à fond dans les travaux des champs, assurant ainsi les soins aux grandes cultures et aux cultures fourragères. Les questions d’ordre stratégique sont débattues entre les trois associés.

Vue d’ensemble

Ce mode d’organisation implique de prévoir régulièrement des séances de planification et des discussions approfondies avant toute prise de décision, même une fois la phase de construction terminée. Les trois associés ne remettraient pas pour autant en cause leur collaboration. « Il est particulièrement important de déterminer la valeur ajoutée de la collaboration pour l’ensemble des membres », affirme Patrick Grob, qui est parfaitement conscient des avantages et des défis d’une telle collaboration, et ce depuis son plus jeune âge. Avant de remettre son domaine à ses deux fils, le père de Patrick Grob gérait en effet lui-même l’exploitation avec son beau-père.

Presque parfaite

Tout ce qui a trait à la répartition des parts, aux rapports de propriété et aux responsabilités est mentionné dans le contrat d’association. Ce document règle aussi la situation en cas de dissolution. Au sein de l’association, chaque exploitation dispose d’un droit de vote. Pour couvrir leurs dépenses courantes, les associés reçoivent chacun un acompte sur leur salaire mensuel. Le décompte définitif s’effectue une fois que le bouclement comptable a été établi. Chaque partie règle ses questions de prévoyance professionnelle et d’assurance de manière indépendante. Interrogés pour savoir s’ils procéderaient à nouveau de la même façon si c’était à refaire, les membres de l’association sourient : « Non, pas exactement. Lorsque nous avons commencé à livrer sur un seul site la totalité du lait produit précédemment dans nos deux exploitations respectives, la paye du lait a logiquement été versée sur un seul compte bancaire. Nous aurions dû penser plus tôt à ce cas de figure », conclut Jörg Näf en se remémorant la nervosité de leur comptable au moment d’établir la première comptabilité de la communauté d’exploitation. 

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici
Gâteau aux pommes de terre

 

Gâteau aux pommes de terre

Chutney de pommes

 

Chutney de pommes

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.