Gestion

Toute séparation a des conséquences

Dans le cadre du divorce, la décision de se séparer est l’étape la plus difficile. Il est alors très important de se donner du temps et de documenter par écrit les accords conclus.

Publié le

Le lancement de la procédure de divorce par l’un des époux ou la décision commune de divorcer conduit immanquablement à une situation exceptionnelle. Décider de se séparer est l’étape la plus importante et la plus difficile du divorce. Les époux passent par de multiples états différents qui vont de la colère au soulagement en passant par le doute, le désemparement, la peur et la tristesse. Dans ce contexte, il est primordial que les conjoints prennent le temps d’intégrer le processus lié au divorce et qu’ils n’agissent pas de manière irréfléchie. Un divorce par consentement mutuel n’est possible que si les partenaires concernés conservent des relations correctes et communiquent loyalement. Il faut continuer à dialoguer et résoudre le conflit lié au divorce en se montrant responsable. Les parties doivent se rappeler qu’il en va de leur avenir personnel et de celui de la famille, en particulier des enfants.

Première étape, la séparation

Dans un premier temps, la séparation signifie uniquement que les deux époux dissolvent le ménage commun. Rien ne change au niveau de l’état civil, les époux séparés étant toujours considérés comme mariés. Ils restent soumis à l’obligation de se soutenir mutuellement et conservent tous deux le droit de garde de leurs enfants.

Le droit de succession mutuel et les droits aux assurances sociales restent eux aussi inchangés pendant la période de séparation. Dans le cadre de la révision du droit successoral, des démarches sont entreprises pour que le droit de succession mutuel soit abrogé dès la séparation. Mais aujourd’hui déjà, en cas de séparation, les époux sont imposables séparément.

Documenter les décisions

Durant la période de séparation qui fait office de précédant ou de période test dans la perspective du divorce, plusieurs points doivent être réglés (voir encadré).Les décisions prises doivent être intégrées à la convention de divorce, qui peut revêtir plusieurs formes différentes :

  • Orale, sans convention écrite : déconseillée, car absence de preuve écrite en cas de doute ou de litige. 
  • Convention de divorce privée et écrite entre les époux. Il s’agit de la variante la moins onéreuse si les époux sont d’accord sur tous les points. 
  • Convention de divorce écrite approuvée par le tribunal (juge des mesures protectrices de l’union conjugale) : nécessaire lorsque des prestations étatiques, comme des recouvrements de pension d’entretien, des avances de pension ou des aides sociales, sont octroyées. 
  • Si le tribunal est saisi (ce qui a un coût), on distingue deux variantes :
    1. Les époux ont préparé conjointement une convention écrite de divorce et la font approuver par le tribunal.
    2. Les époux ne parviennent pas à s’accorder dans la convention de divorce et saisissent le tribunal pour régler les points litigieux dans le cadre d’une procédure de mesures protectrices de l’union conjugale.

Ce qu’il faut régler lors de la séparation

Habitation et mobilier 

  • Attribution de l’habitation du couple pendant la séparation 
  • Répartition des articles ménagers et des meubles

Enfants 

  • Accord sur le logement des enfants 
  • Répartition de la garde des enfants (garde au quotidien) 
  • Aménagement du droit de visite pendant la période de séparation 
  • Accord sur les pensions alimentaires à verser pour les enfants

Entretien 

  • Déterminer si l’un des deux conjoints a besoin d’une pension d’entretien

Impôts 

  • Informer la commune de la séparation pour qu’elle puisse procéder à une imposition distincte avec effet rétroactif au 1 er janvier de l’année de la séparation

Fortune 

  • Procéder à un examen individuel de la situation 
  • Modifier les procurations éventuelles

Ce à quoi il faut être attentif lors de la séparation

Dans certains cas, il arrive que des accords passés pour la phase de séparation soient repris ultérieurement lors du jugement de divorce. Lorsque l’épouse renonce par exemple au versement d’une pension alimentaire pendant la période de séparation, il lui sera difficile d’exiger le contraire au moment du divorce. S’il a été prouvé qu’elle est parvenue, pendant une période de séparation prolongée, à vivre sans bénéficier d’une telle pension, le tribunal se basera sur la situation effectivement vécue.

Les coûts d’entretien sont calculés en se basant sur le standard de vie actuel de la famille. Si les moyens financiers disponibles après la séparation ne suffisent pas à entretenir les deux ménages (en préservant un standard de vie équivalent au standard actuel), les deux parties doivent faire des compromis. Les dépenses privées mentionnées dans la comptabilité sont utilisées à titre de preuve pour estimer le standard de vie.

S’il existe un risque qu’un des époux dilapide la fortune commune pendant la période de séparation, il est conseillé de procéder à une séparation de biens immédiate.


Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Voyage de lecteurs en Sicile reporté à septembre 2021

11. - 18.09.2021

Voyage de lecteurs en Sicile reporté à septembre 2021

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.