category icon

Gestion

Enregistrer correctement ses données : gage d’efficacité

Un système de gestion d’exploitation comme Barto, par exemple, est bien plus qu’un calendrier des champs électronique. Pour un bon démarrage et pour pouvoir tirer le meilleur parti d’un système digital, il est important de prendre le temps d’enregistrer correctement les données de base et de procéder de manière systématique.

365 CropApp

Pour pouvoir saisir des données au champ au moyen d’un smartphone, il faut synchroniser celui-ci avec son PC. Pour cela, il faut télécharger l’application « 365 CropApp ». 

(Photo : barto)

Publié le

Actualisé le

Strickhof, service Digitalisation & Technique agricole

Lorsqu’on commence à utiliser un système de gestion d’exploitation digital (FMIS, « Farm Gestion Information System »), on se pose toujours la question de tout ce qu’il y a lieu de faire à l’aide de ce dernier. L’utilisation se limite-t-elle aux seuls relevés ? Les enregistrements doivent-ils aussi pouvoir s’effectuer de façon flexible à l’aide d’un smartphone ? Qui est censé documenter quoi ? Est-il judicieux d’effectuer un bilan de stockage automatique et est-il prévu de réaliser des analyses économiques des résultats ? Le système de gestion d’exploitation sera-t-il aussi utilisé pour planifier les passages du système d’autoguidage du tracteur ou pour établir des cartes d’application en vue d’une gestion spécifique des zones de la parcelle ? Autant de questions essentielles auxquelles il faut répondre au préalable, sachant que cela aura des conséquences déterminantes sur le champ d’application du FMIS et les données de base à enregistrer. La structure modulaire permet d’adapter le champ d’application du FMIS en optant pour des modules payants supplémentaires.

Structure modulaire de « Barto powered by 365 FarmNet »

Exigences envers le FMIS

Définir les modules nécessaires et les données de base indispensables pour pouvoir commencer.

Enregistrements généraux

Saisir les données de base, comme les limites de parcelle, le personnel travaillant sur le domaine, les machines et les agents de production (engrais, produits phytosanitaires et semences).

Relevés mobiles

Commander le module « Droits d’accès* », télécharger l’application « 365 CropApp » sur son smartphone et la synchroniser avec l’exploitation.

Bilan partiellement  automatisé des stocks

Commander le module « Base de stock* ». Les agents de production enregistrés lors de la saisie des procédés de travail sont déduits automatiquement des stocks.

Création et transfert des tâches machine pour les terminaux ISOBUS

Commander le module « Communication machine – ISO-XML* ». Ce module permet de créer des tâches pour le tracteur à l’aide d’un terminal ISOBUS et de transférer les tâches réalisées dans Barto.

Enregistrement automatique des heures de machine

Commander le module « ActiveDoc* », télécharger « Active App » et se procurer les Active-Box. Installer les ActiveBox sur les machines et les synchroniser avec l’application Active.

Plan de passage pour système d’autoguidage

Commander le module « LACOS Planification d’itinéraire* ». Les limites de parcelle exactes des surfaces travaillées doivent être introduites. Il faut veiller à ce que les bandes herbeuses situées le long des ruisseaux ou des routes ne soient pas comprises dans la surface cultivée.

Suivi de l’évolution de la végétation et création de cartes d’application

Module « Crop View* ». Permet d’illustrer l’indice de végétation des peuplements et de créer à partir de là les cartes d’application pour la fertilisation spécifique à la surface.

Analyse économique

Définir les coûts des agents de production, de personnel et de machine. Pour les coûts de machine, on peut par exemple se baser sur le rapport Coûts-machines d’Agroscope.

* = modules payants

Enregistrement consciencieux des données de base

L’introduction des données de base dans le FMIS est un élément fondamental pour son utilisation future. Il est donc d’autant plus important de bien prendre le temps pour la saisie et d’enregistrer les données de manière consciencieuse et exhaustive. En cas de saisie incomplète, les données de base doivent être complétées lors de l’enregistrement des processus de travail. Il s’ensuit toutefois une surcharge de travail inutile. Au moment de documenter un apport d’engrais, par exemple, cela impliquera d’enregistrer le semoir à engrais dans les machines et les engrais utilisés dans les agents de production.

Une machine peut être enregistrée de manière extrêmement détaillée. On peut même ajouter une photo de la machine concernée. Lors de la saisie des données, il est judicieux d’indiquer le descriptif de la machine avant la marque et le type, c’est-àdire « tracteur, marque et type ». Cette astuce facilite la sélection des machines au moment de la documentation.

Eviter de douter si les choses prennent plus de temps au début.

Importer ou dessiner les limites de parcelle

Les limites de parcelle peuvent être saisies de diverses façons. Dans les cantons romands, les agricultrices et les agriculteurs peuvent importer les limites des parcelle en utilisant le format « shape ». Ce format permet l’échange de données géoréférencées à partir du système de recensement des données Acorda. Le même principe s’applique dans les cantons recourant au système Lawis (BL, BS, LU, ZG, SH, TG, VS). Les agriculteurs des cantons utilisant le système Agricola (AG, ZH, SG, AR, AI, SZ, GL, GR, OW, NW, UR, TI) ne peuvent par contre pas utiliser le format « shape » pour télécharger les limites de parcelle dans le système. Ils peuvent en revanche les demander auprès de Barto. Le format de données ISO-XML permet aussi d’importer les limites de parcelle fournies par les systèmes d’autoguidage des tracteurs, pour autant que celles-ci y aient été enregistrées au préalable. Une autre alternative consiste à dessiner manuellement les limites de parcelle sur une carte graphique sur l’ordinateur. Lorsque les limites de parcelle sont utilisées pour planifier les tracés d’un système d’autoguidage, elles doivent uniquement englober la surface travaillée. Les bandes herbeuses bordant les chemins et les ruisseaux ne font pas partie intégrante de la surface travaillée. Lorsque l’on opte pour des traitements phytosanitaires ou des épandages de fumure avec gestion automatique de la largeur de travail (coupure de tronçons), cela permet d’assurer que les bandes herbeuses soient épargnées. Les parcelles affectées à la même culture et gérées de manière identique peuvent être regroupées au sein d’un groupe de parcelles. Lors de la documentation ultérieure, il ne reste alors plus qu’à cliquer sur le groupe de parcelles pour que le procédé de travail soit attribué automatiquement aux parcelles en question.

Cours d’introduction « Adapter son exploitation à Barto »

Des cours d’introduction à Barto sont organisés dans toute la Suisse avec le concours des centres de vulgarisation et de formation agricole.

Lieu du cours

Date

Inscription

Strickhof
www.strickhof.ch 

12.11.2020 le matin
et l’après-midi

En ligne : www.strickhof.ch 

BWZ Uri,
www.bwzuri.ch 

22.01.2021

Bauernschule Seedorf 041 875 24 91
ou bauernschule@ur.ch 

Arenenberg,
www.arenenberg.tg.ch 

27.11.2020,
13h15

Inscription directe auprès de Barto :
Support 0848 933 933 | info@barto.ch 

BBZ Natur und
Ernährung, Hohenrain,
www.bbzn.lu.ch 

21.01.2021 et
26.01.2021,
de 13h00 à 16h00

Secrétariat : 041 228 30 70 ou
en ligne sur www.bbzn.lu.ch 

Plantahof 
www.plantahof.ch 

02.02.2021, 13h00

Secrétariat : 081 257 60 63 ou
kurse@plantahof.gr.ch 

Ebenrain
www.ebenrain.ch 

13.01.2021,
de 13h00 à 16h00

Inscription : 061 552 21 21 ou
ebenrain@bl.ch 

Vous trouverez les dates des cours dans les programmes de cours cantonaux dès leur publication.

Barto propose également une formation en ligne en allemand ou en français pour les personnes intéressées de Suisse romande et pour tous ceux qui ne peuvent ou ne souhaitent pas suivre un cours sur place dans la situation actuelle.

Procédés de travail

Pour documenter les procédés de travail, on recommande d’ajouter les activités spécifiques à l’exploitation aux procédés de travail standard inclus dans le système. Pour l’activité « travail du sol », on peut ainsi définir le procédé de travail « labour ». Au sein de ce procédé, on peut enregistrer la charrue dans la liste des machines ainsi que le tracteur utilisé à cet effet. Par la suite, lors de la documentation, il suffira de sélectionner l’activité « labour » ainsi que la parcelle labourée et la personne concernée. Le « déchaumage » et le « hersage », par exemple, seraient d’autres procédés de travail possibles pour l’activité de base « travail du sol ». Un descriptif clair des activités aide à bien comprendre les procédés de travail, ce qui simplifie la documentation. 

alt_text

Représentation du domaine du Strickhof à Lindau sur « Barto powered by 365 FarmNet ». En Suisse, l’importation des données pour déterminer les limites de parcelle n’est pas encore réglée de manière uniforme. Dans certains cantons, les données concernées doivent être commandées séparément. 

(Graphique : Strickhof Lindau)

Les quatre points les plus importants

  • Avant de commencer à utiliser un système de gestion d’exploitation (FMIS), définir son champ d’application.
  • Ne pas sous-estimer le travail initial requis pour introduire les données de base. Pour cette raison, effectuer la saisie durant une période calme.
  • Enregistrement complet des données de base, comme l’affectation de toutes les parcelles et de tous les agents de production, tels les engrais, les semences et les produits phytosanitaires, ainsi que le personnel travaillant sur le domaine.
  • Ne pas s’inquiéter si tout prend plus de temps au début. L’utilité du système se révèle plus tard, lorsque la documentation et l’analyse s’effectuent plus facilement.

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici
Gâteau aux pommes de terre

 

Gâteau aux pommes de terre

Chutney de pommes

 

Chutney de pommes

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.