category icon

Production animale

Soudain, les silos grouillent de vie

Au fil du temps, il arrive que des résidus se forment dans les silos d’aliment. Les aliments peuvent alors se dégrader en raison de l’humidité et de la chaleur, ce qui prétérite leur qualité. Pour éviter une aggravation de la situation, il faut procéder à un contrôle et à un nettoyage régulier.

Un aliment pas vraiment appétissant. En regardant de plus près, on aperçoit des larves de mouches.

Un aliment pas vraiment appétissant. En regardant de plus près, on aperçoit des larves de mouches.

Publié le

Actualisé le

UFA-Beratungsdienst

Hygiène des aliments

Les performances et la santé des animaux diminuent de manière insidieuse: voici à quoi ressemble généralement la situation en cas de problème d’hygiène. La propreté des silos n’est souvent pas le premier facteur incriminé alors que c’est par là qu’il faudrait commencer. Les dépôts qui se forment dans les silos et les dispositifs de transfert entre le silo et les DAC (distributeurs automatiques de concentré) sont un milieu nutritif idéal pour les levures, les moisissures et autres bactéries et ravageurs. Quand on utilise des aliments secs, on a tendance à croire que le risque de formation de dépôts et de souillure est très faible. L’exposition permanente aux précipitations et aux fluctuations de température engendrant la formation de condensation, les silos situés à l’extérieur sont toutefois particulièrement menacés par ce problème.

Dépôts à l’origine du problème

Il est impossible d’éviter que des dépôts alimentaires se forment dans le silo. Plusieurs facteurs influencent toutefois notablement la formation de résidus d’aliments. L’humidité contribue à la formation de dépôts dans les silos. L’humidité ne provient généralement pas de l’aliment luimême mais de l’air ou de zones non étanches dans le silo. Les particules d’aliment collent entre elles, constituant ainsi un milieu nutritif idéal pour les levures, les champignons, les bactéries, les coléoptères, les mites ainsi que les acariens, qui ont tous besoin d’humidité, de nourriture et de chaleur. Le risque augmente fortement pendant les périodes de transition au cours desquelles les journées sont chaudes et les nuits plutôt froides. En été, lorsqu’il fait chaud, il arrive que la température de l’air contenu dans la partie vide du silo dépasse 50° C. L’air se charge alors de l’humidité ambiante et l’absorbe. Pendant la nuit, l’air se refroidit à nouveau rapidement et se vide de l’humidité absorbée pendant la journée. L’humidité se dépose à la surface des aliments ou sur les parois du silo non recouvertes par des aliments.

Associés aux dépôts alimentaires, ces quantités d’eau (qui s’élèvent parfois à 1 ou 2 l) suffisent pour former un terreau idéal pour les spores fongiques. Une fois que les champignons ont commencé à se développer, il est très difficile de stopper leur prolifération. Les champignons prélèvent l’énergie nécessaire à leur croissance dans les aliments et produisent à cette occasion de la chaleur, du CO2, des substances toxiques et de l’humidité. Pendant l’été, la pression liée aux champignons continue d’augmenter. « L’avalanche déclenchée par les champignons » est hors de contrôle et les aliments moisissent. Des durées de stockage moins longues aident à réduire les risques.

Larves et aliment moisi

Une exploitation d’élevage porcin a été confrontée à une situation difficile: les porcelets sevrés étaient de plus en plus souvent touchés par des problèmes de diarrhée et affichaient de mauvais accroissements journaliers. Après discussion avec le spécialiste porcin d’UFA, on a soupçonné le silo/l’installation d’aliment. Le contrôle de l’installation a rapidement permis d’identifier la racine du problème: des restes d’aliment et de la condensation s’étaient déposés sur les spirales des vis d’alimentation, entraînant la formation d’un dépôt solide. L’humidité induite par la condensation avait favorisé la prolifération de micro-organismes nuisibles, voire de larves d’insectes, et dégradé la qualité de l’aliment. Le nettoyage et la désinfection approfondie du silo et des vis d’alimentation a permis d’améliorer notablement les performances et la santé des porcelets. Le cas cité plus haut démontre qu’il est primordial de contrôler et de nettoyer régulièrement les silos et les dispositifs d’amenée.

Aliments moisis consommés par les animaux

Les dépôts d’aliments solides où des germes se sont développés peuvent se détacher de temps à autre et parvenir dans le DAC avec l’aliment. Les animaux qui consomment des restes d’aliments moisis peuvent être affectés par des problèmes de fertilité, de digestion et d’onglons. On sait également que la valeur nutritive des aliments moisis est réduite, ce qui se traduit immanquablement chez les animaux concernés par des accroissements journaliers inférieurs et une moins bonne valorisation du fourrage. Tant que des dépôts d’aliment continuent à se former à l’intérieur du silo, les aliments livrés se contaminent et le problème ne peut pas être résolu.

Briser le cercle vicieux

Toutes les conséquences négatives précitées pourraient pourtant être évitées si le silo ainsi que le dispositif de reprise et de convoyage étaient régulièrement contrôlés et nettoyés. Avant chaque nouveau remplissage, il faut donc inspecter le silo et veiller à ce que ce dernier soit nettoyé de manière irréprochable. Dès que des dépôts solides se sont formés, il faut procéder à un nettoyage humide. Les résidus de graisses et les spores fongiques ne peuvent pas non plus être éliminés à l’aide d’un nettoyage à sec et il est alors indispensable d’utiliser un produit de nettoyage adapté. Selon les ravageurs présents, il est parfois nécessaire de compléter le nettoyage humide par une désinfection, pour obtenir des résultats durables. Les éléments servant au transfert des aliments entre le silo et le DAC doivent bien entendu également être nettoyés (voir Encadré « Larves et aliment moisi »). Avant le prochain remplissage, le silo doit pouvoir sécher complètement. Si ce n’est pas le cas, le risque que des dépôts se forment est programmé. Le cycle évoqué précédemment recommence et tout le travail de nettoyage n’aura servi à rien. Des entreprises spécialisées nettoient les silos de façon professionnelle et en recourant à une technique moderne. Suivant le système utilisé par l’entreprise de nettoyage, le silo ne doit pas être nécessairement équipé d’ouvertures de nettoyage, les orifices de l’ouverture de distribution et du dispositif de remplissage des aliments servant alors de voie d’accès.

Déchargement préservant les aliments

Dans les silos contenant des aliments secs, la déstructuration est un gros problème. A cette occasion, la structure de l’aliment et le type de construction du silo/la technique jouent un rôle important.

La déstructuration est favorisée lorsque l’aliment est propulsé à grande vitesse dans le silo: les particules d’aliment de plus grande dimension se déposent alors plus rapidement que les particules fines qui sont soufflées sur les parois du silo et qui se déposent le long de ces dernières avant de se poser sur l’aliment. Le phénomène de déstructuration des aliments a un impact négatif sur le stockage, la distribution et la qualité des aliments. Plus le camion peut se rapprocher du silo et plus le déchargement ménagera les aliments, la charge mécanique exercée sur la structure des aliments étant plus faible. Le tuyau qui sert à souffler les aliments dans le silo doit être propre, exempt d’arrêtes visibles, ne pas comporter d’angles à 90° C et être conçu de manière à ce que l’aliment soit réparti régulièrement dans le silo et qu’il ne soit pas soufflé contre une paroi en particulier. L’aliment déstructuré glisse moins bien et des restes peuvent adhérer à la surface du silo. Le diamètre du tube de remplissage a un rôle décisif et devrait au moins afficher la taille des tuyaux de remplissage utilisés habituellement. Lorsque ce n’est pas le cas, un rétrécissement peut exercer une charge mécanique sur la structure de l’aliment.

Utilisation d’un cyclone

alt_text

Il faut procéder à un nettoyage annuel.

Séparer l’air et l’aliment soufflé en créant un cyclone contribue à empêcher la déstructuration de l’aliment. Il est également possible d’agir au niveau de la technique de distribution de l’aliment. Les sorties des éléments de transfert des aliments devraient être conçues de manière à ce qu’aucune pression supplémentaire ne s’exerce sur l’aliment à la sortie du silo et que tout l’aliment qui se trouve à la sortie du silo soit évacué de façon régulière vers les vis d’amenée.

Vider le sac à poussière

Le sac à poussière devrait être vidé immédiatement après chaque remplissage du silo. Les sacs à poussière sont un milieu de vie et de prolifération idéal pour les ravageurs. Les sacs à poussière doivent par conséquent être systématiquement vidés et conservés au sec. Le sac à poussière doit être remplacé ou lavé à intervalles réguliers, pour éviter que des spores s’y forment et que l’air ne puisse plus s’évacuer. 

AuteursDaniel Wieland, responsable assurance qualité et sécurité chez UFA SA, 3360 Herzogenbuchsee

Michael Minnig, spécialiste porcin auprès du service technique UFA; 3052 Zollikofen

Tout commence à l’achat

Plusieurs critères doivent être respectés à l’achat du silo. Il faut tout d’abord veiller à ce que le silo soit absolument étanche, ce qui peut paraître évident mais qui implique d’être prudent à l’achat d’un silo d’occasion, sachant que les microfissures ne se voient pas toujours à l’œil nu. Les trappes de service, les vis servant à fixer les échelles, les cadres de support et les dispositifs de remplissage sont effectivement pourvus de joints mais ces derniers se détériorent avec les fluctuations de la température et les rayons du soleil. Suite aux vibrations générées lors du remplissage, il arrive que des vis se desserrent et que de l’eau de pluie parvienne dans le silo. Il faut donc contrôler régulièrement l’état du silo. Un couvercle/ouverture de service est indispensable pour pouvoir effectuer ces contrôles. Les silos d’aliment doivent aussi être équipés d’un dispositif d’évacuation d’air (situé au point le plus haut) permettant d’évacuer l’air humide et l’air chaud. Sachant que l’air chaud monte, les tuyaux d’évacuation d’air dirigés vers le bas qui équipent fréquemment les silos ne sont pas adaptés pour évacuer l’air chaud !

La surface intérieure du silo devrait être aussi lisse que possible. Idéalement, un silo devrait être d’une seule pièce et ne pas comporter de vis qui dépassent à l’intérieur, pour éviter la formation de dépôts d’aliment. En ce qui concerne les silos installés à l’extérieur, la couleur et le matériel utilisés sont un facteur important pour éviter les fluctuations de température: les couleurs claires reflètent les rayons du soleil et se réchauffent moins. Il en va de même pour les silos en plastique: alors que le plastique conduit moins bien la chaleur, les silos en métal se réchauffent par contre rapidement.

L’emplacement d’un silo extérieur doit être mûrement réfléchi. Il convient d’opter pour un endroit situé à l’ombre et plutôt au nord du bâtiment. Grâce à cela, les variations de températures seront plus faibles et la formation de condensation pourra être réduite. La taille du silo doit être adaptée en fonction des quantités commandées. La poussière s’accumule rapidement sur les parois des silos. Lorsque le silo est entièrement rempli, l’aliment nettoie les parois au fur et à mesure que son niveau descend. Il vaut la peine de contacter son conseiller en affouragement avant d’acheter un silo.

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.