category icon

Production végétale

L’approvisionnement en engrais : une question de logistique

Lorsque l’engrais vient à manquer, les rendements sont plus faibles. Pour éviter toute pénurie sur le marché suisse, le fournisseur d’engrais Landor a beaucoup investi dans la logistique. C’est un gage de sécurité, surtout en période d’incertitude comme celle que nous traversons.

Grâce à son excellente infrastructure, le site de transbordement de Landor à Auhafen (BL) assure la liaison entre bateau, train et camion.

Grâce à son excellente infrastructure, le site de transbordement de Landor à Auhafen (BL) assure la liaison entre bateau, train et camion.

(màd)

Publié le

Depuis 2018, la Suisse ne produit plus d’engrais minéraux, ce qui la rend entièrement dépendante des produits étrangers. Les engrais sont des marchandises en vrac volumineuses. Pour les déplacer de l’usine de production jusqu’à la ferme, il faut disposer d’une logistique et d’une infrastructure performantes.

Importance des engrais azotés

En Suisse, l’élevage occupe une très grande place. C’est pourquoi 75 % des éléments nutritifs proviennent de l’étable, tandis que 25 % seulement doivent être importés sous forme d’engrais minéraux. Notre pays utilise principalement des engrais azotés, comme le nitrate d’ammoniaque. La plupart des fournisseurs d’engrais disposent d’un site au bord de l’eau, puisque le bateau est un moyen de transport efficace et écologique. L’entreprise Landor, active dans le commerce d’engrais, achète par exemple le nitrate d’ammoniaque à des usines aux Pays-Bas qui disposent d’un accès direct au Rhin.

En bateau, en train et en camion

Les bateaux du Rhin parcourent en une semaine les 800 kilomètres qui les conduisent au site de Landor à Auhafen (BL). Arrivée à bon port, la cargaison est déchargée par une grue et déposée en vrac dans les entrepôts. Si le transport fluvial fascine, il n’est pas sans risque : lors de longues périodes de sécheresse, le niveau de l’eau peut devenir insuffisant. Lorsque le tirant est faible, les bateaux ne sont chargés qu’à la moitié, voire à un tiers de leur capacité. Parfois, il faut même annuler le transport. Pour y remédier, on a rapidement investi dans l’infrastructure ferroviaire. Les engrais sont donc aussi acheminés par train complet, ce qui réduit la dépendance aux conditions fluviales. Le camion est surtout utilisé pour faire venir des produits proches de la frontière, comme les amendements calcaires.

L’agrandissement d’Auhafen porte ses fruits

Le site de transbordement d’Auhafen (BL) est au cœur de la logistique de Landor. Ses entrepôts de marchandise en vrac et de produits finis ont une capacité de stockage de 30 000 tonnes. L’approvisionnement des agriculteurs·trices en engrais est assuré grâce à une infrastructure performante composée d’installations de convoyage et de remplissage, d’entrepôts et de rampes de chargement. Ces cinq dernières années, 20 millions de francs ont été investis dans la modernisation et l’agrandissement du site. Ainsi, Landor a pu continuer à livrer ses principaux produits même pendant la crise sanitaire et depuis le début de la guerre en Ukraine.

Par ailleurs, le site d’Auhafen permet d’acquérir des engrais à des conditions avantageuses. Grâce à ses entrepôts, Landor a pu acheter suffisamment de marchandise à des prix raisonnables en 2021, ce qui a permis d’atténuer l’envol des prix au second semestre pour les agriculteurs·trices. Dans certains cas, les prix étaient nettement inférieurs à ceux pratiqués en Allemagne, où l’approvisionnement a eu lieu plus tard.

Acheter tôt = sécurité de livraison

Le parcours des engrais en Suisse s’achève par quelques kilomètres en camion. La marchandise est livrée soit directement à la ferme, soit dans le dépôt LANDI Agro le plus proche. Le stockage des engrais à l’échelle régionale par les dépôts Agro joue un rôle important. Il permet de tenir compte des spécificités locales dans l’assortiment.

Au vu des prix élevés actuels, faudrait-il de nouveau se fournir en engrais azotés de manière anticipée ? Pour le moment, il est impossible de se prononcer sur l’évolution des prix ou de la disponibilité de la marchandise. La situation est très incertaine et ne va pas s’apaiser de sitôt sur les marchés agricoles. Mieux vaut donc acheter des engrais suffisamment tôt en prévision de l’an prochain. C’est le seul moyen d’assurer votre approvisionnement. 

Articles les plus lues

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.