category icon

Gestion

La prestation brute potentielle détermine le nombre d’UMOS

La qualification d'une entreprise comme activité agricole dépend de critères objectifs. Selon le Tribunal fédérale, sinon, les dispositions applicables aux exploitations agricoles pourraient être contournées.

Tribunal fédéral à Lausanne

Tribunal fédéral à Lausanne

(màd)

Publié le

A exploite un domaine agricole dans le canton de Fribourg, y produisant notamment de l’huile de colza. En 2020, il demande à l’autorité foncière cantonale de constater que son exploitation n’est plus une entreprise agricole. Les diverses instances cantonales ayant rejeté sa requête, A s’adresse finalement au Tribunal fédéral (TF).

Devant le TF, un des points litigieux porte notamment sur l’utilisation de la prestation brute réelle ou potentielle pour le calcul des unités de main-d’œuvre standard (UMOS). Les instances cantonales avaient auparavant estimé qu’avec sa production d’huile de colza, A pouvait réaliser potentiellement un gain brut de 195 000 francs. Avec un nombre d’UMOS fixé à 0,05 par tranche de 10 000 francs, il en résulte donc une valeur UMOS de 0,95, si bien que l’exploitation devait être qualifiée d’entreprise agricole. A contestait cette approche, car il n’a réalisé durant les années 2017 à 2019 qu’une prestation brute effective de 33 400 francs, si bien que la production d’huile de colza n’équivalait qu’à 0,167 UMOS.

Le TF a jugé à ce propos que pour déterminer s’il existe une entreprise agricole, il faut se baser uniquement sur des critères objectifs. Le degré d’utilisation réelle n’est en l’occurrence pas pertinent, car il pourrait permettre au propriétaire foncier de se soustraire à l’application des dispositions légales concernant l’entreprise agricole. C’est donc la prestation brute potentielle et non la prestation brute réelle qui est déterminante.

Le fait que la prestation brute réelle doit être inscrite dans la comptabilité financière n’y change rien non plus. Cette obligation est en effet uniquement destinée à garantir que l’on n’impute pas à l’exploitation n’importe quelle activité agricole, mais une activité effectivement exercée. Le potentiel de cette activité doit être estimé objectivement. Le TF rejette donc le recours de A, confirmant ce faisant le classement de son exploitation comme entreprise agricole.

Arrêt 2C_494 / 2022 du 12 décembre 2023

Activité de loisir

Activité de loisir

Au printemps, les activités de loisirs en plein air reprennent. Testez vos connaissances sur le droit d'accès libre, le droit foncier, les questions de responsabilité ou les offres et événements agrotouristiques à la ferme en participant au quiz agricole de la Revue UFA.

Vers le quiz
Quiz Agri: Le lisier - Un engrais de haute valeur

Quiz Agri: Le lisier - Un engrais de haute valeur

Testez vos connaissances en participant à l’Agri Quiz de la Revue UFA. Pourquoi est-il obligatoire de stocker le lisier en hiver ? Quel système d’épandage réduit le plus les pertes d’ammoniac ? 

Vers le quiz

Articles les plus lues

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous fournissant des informations sur la manière dont le site est utilisé. Pour plus d'informations, consultez notre politique en matière de cookies.

  • Les cookies nécessaires permettent la fonctionnalité de base. Le site ne peut pas travailler correctement sans ces cookies, qui ne peuvent être désactivés qu'en modifiant les paramètres de votre navigateur.