category icon

Production animale

Evaluer correctement l’aptitude au transport

L’aptitude au transport est un thème important et qui fait l’objet de nombreuses discussions. La loi définit clairement à quelles conditions un animal est apte au transport. En cas de doute, il vaut la peine de demander une attestation du vétérinaire, pour s’éviter des sanctions, que ce soit en tant que détenteur ou transporteur d’animaux.

Le couloir qui conduit au camion ne doit pas glisser niprésenter de voies de fuite

Le couloir qui conduit au camion ne doit pas glisser niprésenter de voies de fuite. 

(Anicom)

Publié le

Actualisé le

Concernant l’aptitude au transport, le principe suivant s’applique : seuls les animaux de rente pouvant supporter un transport sans risquer de se blesser peuvent être chargés. L’animal concerné ne doit pas subir de dommages ou de blessures supplémentaires et les dommages ou les blessures actuels ne doivent pas s’aggraver. Lorsqu’il est impossible de satisfaire ces exigences, tout transport est interdit. Le détenteur des animaux et le chauffeur du camion doivent décider avant le chargement si un animal de rente est apte au transport. Les directives de l’ordonnance sur la protection des animaux (OPan) donnent des indications à ce sujet.

« Tout chauffeur peut refuser de charger un animal. »

Milena Burri, PSA

Appréciation avant le transport

Afin d’évaluer si un animal est apte au transport, le détenteur des animaux doit informer le transporteur avant le chargement des éventuelles maladies ou blessures non visibles affectant l’animal concerné.

Par principe, seuls les animaux en bonne santé peuvent être transportés. Sont aptes au transport sans restriction les animaux capables de marcher, qui ne souffrent pas de blessures visibles, de fièvre et dont les délais d’attente (antibiotiques) sont échus. Sont considérés comme capables de marcher les animaux en mesure de monter d’eux-mêmes et de leurs propres forces dans le véhicule servant au transport. Les porcs souffrant d’hernie ombilicale sont aptes au transport sous certaines conditions. L’éleveur doit toutefois avertir le transporteur lorsqu’il lui annonce ses animaux. Au moment d’organiser les transports, il sera ainsi possible de prévoir qu’un animal doit être séparé de ses congénères.

Animaux inaptes au transport

Les dispositions légales interdisent le chargement et le transport d’animaux incapables de marcher et d’animaux souffrant de blessures ou de plaies visibles graves. Les fractures ouvertes et les plaies profondes ainsi que les animaux dont les organes internes (tels les intestins, l’estomac et la matrice) sont bien visibles de l’extérieur (au moins 10 cm) sont considérés comme étant affectés par des blessures graves.

Directives à l’abattoir

Il ne sert à rien de transporter des animaux qui ne peuvent finalement pas satisfaire aux exigences posées par l’abattoir. Dans ce dernier, seuls sont acceptés les animaux propres, sains et capables de se déplacer. Les délais d’attente des médicaments doivent être échus et un document d’accompagnement complet doit être présenté. Un vétérinaire assiste au déchargement des animaux à l’abattoir et procède au contrôle des animaux vivants en évaluant leur état de santé. Les animaux qui sont incapables de sortir du véhicule de transport sans aide externe ou les animaux qui souffrent de plaies ouvertes et autres blessures n’ont pas accès aux installations d’abattage normales. Ils sont abattus d’urgence, leur viande étant utilisée pour préparer des aliments pour animaux de compagnie ou éliminée de manière adéquate.

Remplir correctement les documents d’accompagnement

Un document d’accompagnement dûment rempli est un élément indispensable à tout transport d’animaux de rente. Dans le cas des animaux de boucherie, la vignette du label doit être collée sur le document d’accompagnement. En l’absence de cette vignette, il arrive que les animaux ne puissent pas être déchargés à l’abattoir. Concernant les bovins, chaque animal doit être mentionné avec son numéro de marque auriculaire. Dans ce cas, il vaut la peine de contrôler si l’historique animal est correct. Si ce n’est pas le cas, il s’ensuit des coûts inutiles. Au point 5 du document d’accompagnement, il faut indiquer si un animal est malade ou blessé. Outre le fait d’être obligatoire, le point 5 permet aussi à l’agriculteur de s’assurer d’être dans son droit en indiquant que des animaux à transporter souffrent de légères blessures ou que des porcs sont affectés par une hernie ombilicale.

Chargement correct

Les animaux voient, entendent et se déplacent différemment des êtres humains. Il s’agit d’un élément dont il faut tenir compte lorsque l’on planifie un transport d’animaux. Pour la plupart des animaux de rente, le chargement et le trajet en camion constituent une expérience inhabituelle, raison pour laquelle ils font preuve d’une prudence accrue et d’une plus grande propension à fuir. Pour éviter de prétériter l’aptitude des animaux au transport lors du chargement et pour que cette étape se déroule en ménageant au maximum les animaux, il convient d’observer les points suivants :

  • Aménagement approprié des couloirs de chargement.
  • Chargement et traitement correct des animaux.

Une bonne préparation permet d’économiser énormément de temps le jour où les animaux sont transportés. Pour ce faire, il convient de vérifier si les couloirs de chargement sont correctement aménagés. Un couloir idéal est censé être plat ou monter légèrement, protéger des blessures et ne pas être glissant pour les animaux tout en les obligeant à n’emprunter qu’un seul chemin, à savoir celui qui mène au camion. Sur la rampe de chargement du camion, une couche de litière provenant de l’étable d’où sont issus les animaux aide à cacher les odeurs auxquelles ils ne sont pas habitués et à éviter que la rampe soit trop glissante. Les animaux qui sont déjà sortis une fois de leur box monteront plus facilement dans le camion le jour du transport.

Droit de refuser des animaux

Le chauffeur est responsable des animaux qu’il transporte. S’il transporte sciemment un animal inapte au transport, la PSA (Protection suisse des animaux) constatera ce manquement lors d’un contrôle éventuel. Dans les cas graves, le chauffeur risque d’être dénoncé. « Le chauffeur a le droit de refuser de charger un animal. En cas de doute, il est du devoir du propriétaire de l’animal d’avoir préalablement demandé une attestation écrite à son vétérinaire », explique Milena Burri, de PSA.

Appréciation de l’aptitude au transport

A transporter en adoptant des mesures préventives ( compartiments séparés, litière adaptée, surveillance régulière par le transporteur ) pour : 

  • Les animaux souffrant de blessures moyennes à légères
  • Les animaux malades et affaiblis
  • Les animaux en fin de gestation
  • Les jeunes animaux dépendant de leurs parents

En cas de doute, il est vivement recommandé de demander une attestation écrite d’aptitude au transport au vétérinaire. C’est par exemple le cas pour : 

  • Les animaux qui réagissent de manière anormale à leur environnement
  • Les animaux souffrant d’infections graves de la mamelle ou des poumons
  • Les animaux souffrant de diarrhée
  • Les animaux très amaigris
  • Les animaux souffrant de déchirure de la corne

Les animaux suivants ne peuvent pas être chargés dans un véhicule de transport normal : 

  • Les animaux qui ne sont pas en mesure de monter de manière autonome et de leur propre force dans un véhicule ( exception faite des animaux qui peuvent être portés dans le véhicule de transport )
  • Les animaux qui souffrent de blessures et d’infirmités comme des fractures, des plaies importantes et profondes ou des saignements importants
  • Les animaux qui n’arrivent pas à se lever
  • Les animaux dont des organes internes sont visibles ( au moins 10 cm ) 
  • Les animaux qui sont très mal en point
  • Les animaux nouveau-nés

Ces animaux sont considérés comme inaptes au transport et doivent être soignés ou abattus sur place. Il est possible de déroger à ce principe uniquement si les conditions suivantes sont remplies : 

  • L’animal a été soigné par un vétérinaire et est devenu apte au transport
  • L’aptitude au transport a été confirmée par écrit par un vétérinaire 
  • L’animal est transporté dans un véhicule spécialement aménagé à cet effet
  • Aucun autre animal n’est transporté dans le véhicule
Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.