category icon

Production animale

Assurer un fonctionnement irréprochable

Pour fonctionner de manière irréprochable, les DAL (distributeurs automatiques de lait) de Förster-Technik doivent être entretenus et réparés par des spécialistes. Les spécialistes du service de maintenance d’UFA sont quotidiennement en route et font de leur mieux pour que les veaux puissent toujours boire, 24 heures sur 24.

DAL

Pour que chaque veau puisse boire à tout moment de la journée, un DAL doit fonctionner de manière irréprochable.

(UFA SA)

Publié le

Actualisé le

Employé marketing, UFA AG

Pour pouvoir consommer tout le lait dont ils ont besoin, les veaux d’engraissement et d’élvage doivent se rendre régulièrement aux DAL, ce qui implique que ces derniers fonctionnent de manière irréprochable. C’est d’autant plus vrai en présence de grands lots de veaux. La gamme des DAL Förster est très large. Samuel Huber travaille pour le service de maintenance d’UFA. Il est notamment chargé d’installer les automates, d’effectuer les réparations sur place et de réaliser les services d’entretien, parfois en atelier. Les techniciens sont formés sur les différents systèmes proposés par Förster-Technik et bénéficient d’un savoir-faire important. « Dans le cadre du cours de formation continue qui nous est dispensé une fois par année à l’usine Förster-Technik, à Engen, nous pouvons choisir des thèmes de cours qui nous tiennent à cœur et donner des conseils intéressants pour le développement des automates », explique Samuel Huber. Ces cours permettent aussi aux techniciens d’étoffer régulièrement leurs compétences techniques. Grâce à cela, les techniciens chargés des services restent informés des dernières innovations technologiques, qui requièrent des compétences accrues, dans le domaine informatique également.

« Ce qui est le plus gratifiant dans mon travail, c’est la reconnaissance et l’estime manifestés par les clients lorsque je remets en service un automate. »

Samuel Huber, service de maintenance d’UFA

Que faire en cas de problème ?

Lorsqu’un automate tombe en panne, le conseiller pour les veaux fait office de personne de référence. Les éleveurs contactent donc en premier lieu leur conseiller et lui exposent le problème affectant leur installation. Selon l’endroit où se situe l’exploitation concernée et le degré d’urgence, le conseiller prend une décision et coordonne l’intervention du technicien chargé du suivi des installations dans la région. Connaissant lui-même les DAL, le conseiller pour les veaux parvient parfois même à résoudre certaines pannes par téléphone, en collaboration avec l’agriculteur. « Bien souvent, les exploitations ne disposent malheureusement pas des pièces de rechange nécessaires. Dans ces conditions, il est souvent difficile de réparer les DAL de manière optimale et durable », affirme Samuel Huber. Il estime par ailleurs que les DAL deviennent des machines de plus en plus complexes et qu’en cas de panne, les problèmes ne sont souvent pas seulement de nature mécanique mais électronique. Les réparations telles que le remplacement d’un boiler ou la résolution d’un court-circuit requièrent souvent l’intervention d’un collaborateur du service de maintenance. « Ce que je trouve le plus gratifiant dans mon travail, c’est la reconnaissance manifestée par les clients lorsque je remets en service un automate », explique Samuel Huber. Pour éviter des interventions ultérieures, Samuel Huber contrôle précisément chaque DAL lorsqu’il procède à une réparation. Lorsqu’il constate qu’une pièce ne fonctionne plus correctement, il la change immédiatement, ce qui permet d’éviter des services périodiques. En plus de cela, Samuel Huber contrôle les réglages du DAL lors de chaque visite.

En bref

  • Un collaborateur du service de maintenance d’UFA se charge des nouvelles installations, des réparations et de l’entretien des DAL.
  • Le conseiller UFA pour les veaux est toujours la première personne de contact lorsqu’un DAL ne fonctionne pas.
  • Le DAL devrait être installé dans un endroit peu exposé à la poussière et à l’humidité.
  • Le DAL doit impérativement être nettoyé régulièrement.

Que peut faire l’agriculteur ?

alt_text

Samuel Huber en train de procéder à des contrôles et des réparations à l’aide de son ordinateur portable.

(UFA SA)

« L’agriculteur peut contribuer dans une large mesure au bon fonctionnement de son DAL », insiste Samuel Huber. Selon lui, l’endroit où le DAL est installé doit faire l’objet d’une réflexion approfondie avant l’achat, car il s’agit d’un critère important. L’emplacement réservé à cet effet doit être exempt de poussière et sec, la poussière et l’humidité affectant les composantes électroniques, qui y sont très sensibles. Idéalement, l’automate devrait être installé dans un local spécialement réservé à cet effet. Le nettoyage régulier est un autre aspect important. Pour garantir un dosage précis et des accroissements journaliers élevés, la sortie du doseur de poudre et du doseur d’additifs doit être nettoyée correctement. « L’agriculteur peut remplacer lui-même certaines pièces d’usure comme la tétine et les tuyaux allant de l’automate à la station où le veau vient téter », estime Samuel Huber. Les tuyaux et les tétines doivent être remplacés périodiquement en fonction de leur état et de leur niveau de propreté.

Collaboration étroite

Le fait que l’usine de Förster-Technik soit située à proximité de la Suisse permet une bonne collaboration. Förster-Technik teste souvent ses nouveaux modèles de DAL en Suisse pour évaluer leurs aptitudes dans la pratique. Förster-Technik est ainsi rapidement informé des améliorations à apporter et procède aux adaptations nécessaires.

Conseils des techniciens en charge de l’entretien des DAL

  • Veiller à une bonne hygiène via un nettoyage quotidien par le système de lavage : Les automates récents peuvent être équipés d’un système de lavage automatique. Sur les automates plus anciens ou sur les automates distribuant du lait à volonté, le circuit de lavage doit être enclenché manuellement quotidiennement.
  • Le lait doit être de bonne qualité : La qualité du lait distribué au DAL devrait être identique à celle du lait commercialisé. Un lait propre et exempt de résidus de paille contribue au bon fonctionnement du DAL.
  • Contrôle régulier de la température : La température constante de la buvée est une condition incontournable pour que le veau digère bien. Les nouveaux automates sont équipés de plusieurs sondes de température qui contrôlent en permanence la température de la buvée.
  • Utiliser les solutions digitales disponibles sur les nouveaux DAL : Sur les automates équipés de détecteurs de collier, il est conseillé de connecter le DAL à Internet (Calf App), de manière à pouvoir accéder à l’automate via son smartphone. La liste des veaux et de leur consommation est présentée de manière claire. Les veaux peuvent ainsi être contrôlés de manière précise.
  • Eléments à prendre en compte lors de l’achat : L’achat d’un automate est rentable à partir de cinq veaux environ. UFA vend ou loue des DAL. Pour fonctionner, un DAL n’a besoin que d’une conduite d’eau et d’une prise électrique. Dès que c’est le cas, le lait peut alors être distribué automatiquement.
Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.