category icon

Production animale

Cations et anions sous contrôle

Dans la composition des rations, on n’accorde souvent guère d’attention au bilan entre cations et anions. Il joue pourtant un rôle essentiel, surtout durant la phase de tarissement. Ce qui ne signifie pas qu’il faille le négliger pour les vaches en lactation.

Le bilan entre les cations et les anions devrait être surveillé avec attention, surtout durant la phase de tarissement. 

Le bilan entre les cations et les anions devrait être surveillé avec attention, surtout durant la phase de tarissement. 

(Photo: Fotolia)

Publié le

Actualisé le

Responsable du marketing, UFA AG

Le calcium (Ca), le phosphore (P), le magnésium (Mg) et éventuellement aussi le sodium (Na) sont les macroéléments les plus importants et les plus souvent mentionnés. On sait comment ces éléments sont absorbés par l’organisme, tout comme on connaît la plupart des conséquences d’une carence ou d’un excédent. Le potassium (K), le soufre (S) et le chlore (Cl) sont en revanche moins connus et moins souvent pris en compte. À tort ?

DCAB

Le DCAB (diatary cation anion balance) ou bilan acidobasique alimentaire en français permet de calculer la différence entre les cations (positifs) et les anions (négatifs). Il tient compte en premier lieu des cations forts, K et Na, et des anions forts, Cl et S. Le résultat doit être calculé pour chaque aliment. Dans le plan d’alimentation UFA W-Fos, le DCAB est calculé automatiquement.

Les valeurs indicatives ne suffisent pas

Quand on calcule le DCAB d’une ration, il ne faudrait en aucun cas se reposer sur les valeurs indicatives des tableaux, car les teneurs en cations et en anions sont soumises à de fortes fluctuations. Elles dépendent en effet du sol, du site, des précipitations, du peuplement végétal, du moment de la récolte et de la technique de conservation. Le DCAB de l’ensilage d’herbe peut ainsi varier entre + 300 et + 700 meq/kg Ms. Les analyses du fourrage grossier sont donc la clé du calcul du DCAB.

La formule d‘UFA 261 a été revue

Aliment de protection contre la fièvre du lait ayant fait ses preuves depuis longtemps, UFA 261 a vu sa composition modifiée cet automne.

La source de sels acides a été modifiée pour augmenter l’appétibilité. En cas de problème de fièvre du lait, UFA 261 est utilisé deux semaines avant le vêlage pour réduire le DCAB de la ration de tarissement.

UFA 261 contient désormais davantage de soufre disponible dans la panse et améliorant la fermentation. Les adaptations apportées permettent au produit d’afficher un DCAB de – 915 meq/kg plus faible que jamais. La distribution de deux kilos par vache et par jour permet de corriger la ration en conséquence et de réduire nettement le risque de fièvre du lait. UFA 261 ne doit pas être distribué aux vaches en lactation.

Valeurs du fourrage de base

En étudiant les résultats des analyses du fourrage de base des dernières années, on comprend pourquoi seuls les chiffres découlant des analyses doivent être utilisés. Le chlore affiche en effet une variabilité énorme. En étudiant les analyses de l’ensilage d’herbe, on constate que la valeur la plus basse est de 0,3 g et la valeur maximale de 25,6 g/kg Ms. La fourchette est tout aussi large pour le fourrage sec. Pour les trois autres éléments nécessaires aux calculs, les écarts sont un peu moins marqués. Pour le K, on obtient toutefois aussi des valeurs entre 13 et 50 g/kg MS. Le DCAB peut donc varier en conséquence dans des rations similaires. Le chlore est automatiquement mis en évidence par l’analyse professionnelle. Les autres chiffres sont également fournis lorsqu’on procède à l’analyse des minéraux. Le DCAB de la ration totale est également calculé à d’une analyse de la ration RTM .

Vaches taries

Durant la phase de tarissement, le DCAB a une grande influence sur l’occurence de la fièvre du lait. Selon les études, au moins un tiers des vaches taries, souffrent de fièvre du lait subclinique. Or, le risque de fièvre du lait dépend du métabolisme acidobasique de la vache. Des valeurs DCAB élevées, supérieures à 200 meq par kg de Ms provoquent une situation métabolique basique, qui entrave la réponse des os et des reins à l’hormone parathyroïdienne (parathormone), responsable de la libération du calcium dans le sang. En présence de valeurs DCAB élevées, ces mécanismes de régulation calcique ne fonctionnent pas comme ils le devraient, ce qui augmente le risque de fièvre du lait. Deux semaines avant le vêlage, il faudrait donc viser un métabolisme tendanciellement acide. La prise en compte du DCAB (calculé dans le plan d’affouragement pour la phase de tarissement UFA W-FOS) est précisément une obligation dans les exploitations à problèmes. Idéalement, il faut commencer par optimiser la ration totale avant de travailler avec des additifs.

Durant la phase de tarissement, l’alimentation idéale est donc non seulement basée sur un choix judicieux des composants de base, mais aussi sur le calcul du métabolisme acidobasique. Le DCAB de la ration totale devrait se situer entre – 100 et + 300 meq durant la première phase de tarissement et entre – 100 et + 150 durant les deux semaines précédant le vêlage. En atteignant ces valeurs idéales, on peut réduire nettement le risque de fièvre du lait. Outre le calcul du DCAB de la ration, il est également possible d’utiliser le pH de l’urine à titre d’outil de contrôle, le pH du sang et de l’urine étant étroitement corrélés.Le pH de l’urine d’une vache confrontée à une alcalose métabolique est supérieur à 8. En cas d’acidose métabolique, le pH de l’urine est inférieur à 7. Un DCAB supérieur à 150 meq/kg MS, soit la valeur à viser avant le vêlage, correspond à un pH d’urine de 7.5 à 7.8. Le pH de l’urine peut être contrôlé rapidement à l’aide de bâtonnets indicateurs de pH. Il faut éviter également une phase prolongée ou des valeurs plus faibles. La distribution en complément de sels anioniques aura tendance à dégrader le goût de la ration, ce qui peut réduire l’ingestion de fourrage. Un apport trop élevé de soufre peut par ailleurs avoir des conséquences toxiques.

Adaptation rapide

Le jour du vêlage, il faut modifier rapidement les apports de sels minéraux, en d’autres termes augmenter massivement les apports en macroéléments, essentiellement le calcium, pour couvrir les besoins. Les besoins sont couverts de manière optimale par des minéraux pour phase de démarrage avec une teneur augmentée en oligoéléments. Un affouragement conforme aux besoins implique par conséquent d’utiliser plusieurs minéraux différents.

Ration de tarissement idéale

Une ration de tarissement optimale pourrait être la suivante: 

  • 40 % de foin séché au sol 
  • 15 % de paille 
  • 20 % au maximum d’ensilage d’herbe, en fonction du DCAB 
  • 20 % d’ensilage de maïs 
  • Aliment pour phase de tarissement ou concentré protéique selon les besoins 
  • Minéraux pour phase de tarissement Minex 971 ou UFA 291 Immunity

Sur une exploitation de non-ensilage, il faut distribuer du fourrage sec de bonne à moyenne qualité, enrichi de minéraux pour phase de tarissement. La proportion de restes de crèche devrait s’élever au maximum à 30 %, sous peine de voir le DCAB augmenter fortement.

L’alcalose durant la lactation

Un faible DCAB durant la lactation et la phase de tarissement aurait des conséquences pour la santé des vaches. En premier lieu sur le métabolisme, puis sur la productivité laitière. C’est la raison pour laquelle on vise pour les vaches en lactation un DCAB nettement positif, idéalement situé entre + 250 et + 350 meq/kg Ms. Une alcalose métabolique (augmentation du pH sanguin) peut toutefois survenir quand le DCAB est trop élevé. La mesure du pH de l’urine donne une indication sur le DCAB. Mais si l’on considère la fourchette de variation de chaque élément entrant dans le calcul de ce dernier, les rations pour vaches en lactation peuvent afficher des fluctuations considérables. Lorsque l’on constate des symptômes de problèmes métaboliques, il faudrait non seulement avoir l’œil sur l’apport de fourrage structuré, mais aussi sur le DCAB. 

En bref

• Le phosphore, le souffre et le chlore doivent être pris en compte dans la composition de la ration

• Le DCAB de la ration influe sur la santé des animaux

• Seules des analyses des fourrages permettent de déterminer leur teneur réelle en cations et en anions

• Dans les troupeaux menacés par la fièvre du lait, la prise en compte du DCAB est impérative

• Il faut surtout veiller aux apports en macroéléments durant la période précédant et suivant le vêlage

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.