category icon

Production animale

Débuter rapidement l’alimentation solide

L’élevage de porcelets est un domaine sensible. Le passage de l’allaitement à l’aliment sec est particulièrement délicat. Commencer l’alimentation solide tôt est la base d’un sevrage réussi et d’un élevage rentable de porcelets.

Publié le

Responsable du programme de production porcine UFA

Spécialiste porcs, UFA AG

Durant les premières semaines de vie des porcelets, leur système digestif est naturellement axé sur le lait. La seule source de nourriture des nouveaux-nés est le colostrum. Celui-ci est décisif, car les porcelets naissent avec un système immunitaire non mature.

Garantir l’approvisionnement en colostrum

Un approvisionnement suffisant en colostrum durant les trois premières heures de vie fournit de l’énergie nécessaire pour maintenir la température corporelle et assure le développement de l’immunité passive. Après deux à trois semaines, les porcelets doivent former leur propre immunité. Cette immunisation active peut être soutenue par la vaccination. Il est recommandé de faire vacciner les animaux contre les circovirus et la bactérie Lawsonia. Les porcelets sont ainsi protégés des germes pathogènes durant la première phase. Suivant la situation de l’exploitation, il est judicieux de discuter du plan de vaccination avec le vétérinaire et, si nécessaire, de recourir à des vaccins spécifiques. Les réserves de fer des porcelets se limitant à quelques jours, une complémentation est impérative. Une carence en fer chez le porcelet entraîne un risque accru d’infections et de diarrhées, un manque d’appétit et un retard de croissance.

Commencer rapidement à distribuer des aliments

Les enzymes nécessaires à la digestion du lait maternel, à savoir la lactase (dégradation du lactose) et la lipase (fractionnement de la matière grasse du lait), sont naturellement présentes durant les premiers jours de vie (cf. graphique). Dans les aliments d’élevage pour porcelets, les céréales forment la base énergétique et protéique, sous la forme d’amidon et de protéines végétales. Le système digestif ne peut produire les enzymes ad hoc, soit l’amylase (dégradation de l’amidon) et la pepsine (dégradation des protéines), qu’après deux à trois semaines de vie (cf. graphique). Il est indispensable de commencer rapidement à distribuer des aliments, car cela stimule la production d’enzymes et favorise la santé des animaux.

Exploiter le comportement naturel

Dans la pratique, un mélange d’aliments de démarrage (Starter) ou de préparation de cette phase (Prestarter) avec de la terre à fouiller constitue un bon premier contact avec la nourriture solide. Le répartir au sol permet d’utiliser l’instinct de fouille des porcelets pour débuter l’alimentation solide. De petites portions, plusieurs fois par jour, permettent en outre de préserver l’appétibilité et contribuent à une bonne hygiène. Les deux types d’aliments précités devraient contenir une quantité minimale de blé ou de maïs expansé. Cela permet en effet aux enzymes digestives de se développer dans le tube digestif des porcelets et aux villosités intestinales de se former. Or celles-ci constituent la base d’une absorption optimale des nutriments dans l’intestin durant la phase d’élevage.

Eviter le stress

Lors du sevrage, les porcelets sont exposés à divers facteurs de stress : (1) stress social lié à la séparation de la mère ; (2) stress environnemental (nouveaux congénères et nouveau milieu) ; (3) stress nutritionnel dû à la cessation de l’alimentation lactée. Les hormones du stress et une mobilisation accrue d’énergie peuvent provoquer une réaction chimique appelée « stress oxydatif ». Les tissus (tissus conjonctifs, cellules nerveuses, fibres musculaires, cellules intestinales) peuvent alors être endommagés, perturbant les fonctions métaboliques. Ainsi, la digestion dysfonctionne, ce qui peut entraîner une déficience immunitaire et des diarrhées. Pour réduire les facteurs précités, il convient de fournir aux gorets des enclos nettoyés, désinfectés, secs et chauds, avec du matériel d’occupation destiné à satisfaire leur curiosité naturelle. Par ailleurs, dix jours avant le sevrage et jusqu’à une semaine après, la ration ne devrait pas être changée.

Elevage aisé

Une fois la phase délicate du sevrage maîtrisée, l’élevage des porcelets est plus serein : le tractus gastro-intestinal et ses fonctions complexes sont largement développés, le système immunitaire s’est bien mis en route et l’organisme produit activement des anticorps. Pour élaborer les mélanges, il est possible d’utiliser des matières premières appétantes et très digestes, mais aussi des composants moins transformés (p. ex tourteaux de soja), en mettant l’accent sur l’exploitation du potentiel de croissance. Durant cette phase, il s’agit aussi de maintenir l’intestin en bonne santé par l’intermédiaire de l’alimentation : prébiotiques, probiotiques, antioxydants naturels sous forme d’acides organiques ou de tannins notamment.

Elevage des porcelets dans les exploitations bio

  • La terre à fouiller UFA Terrapig Green associée à l’aliment de démarrage UFA 474 - 5 favorisent une consommation précoce de nourriture pour un bon développement de l’intestin.
  • Les additifs végétaux et les probiotiques contenus dans l’aliment UFA 476 - 7 contribuent à la bonne santé des porcelets durant le sevrage.
  • Les additifs naturels contenus dans l’aliment UFA 391 securo natur offrent une sécurité accrue durant la phase de sevrage.

Articles les plus lues

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.