category icon

Production animale

Une réduction est possible

Divers projets visant une moindre utilisation des antibiotiques dans l’engraissement des veaux n’ont pas atteint les objectifs visés. Le vétérinaire Andreas Tschuor, de Zoetis, et Alfred Erni, d’UFA, ont alors lancé avec succès un projet combinant un meilleur élevage des veaux maigres dans les exploitations laitières, une surveillance des veaux plus poussée et une gestion plus précise des traitements dans l’exploitation

Le projet a permis de réduire l’utilisation d’antibiotiques de plus de la moitié.

Le projet a permis de réduire l’utilisation d’antibiotiques de plus de la moitié.

Publié le

Actualisé le

Chef de vente, UFA SA

Responsable, SMARTBOW, Zoetis Inc.

Utilisation d’antibiotiques

L’engraissement des veaux utilise trop d’antibiotiques. C’est ce qui a poussé UFA, Zoetis et le professeur Martin Kaske, du Service sanitaire bovin, conseiller scientifique, à lancer le projet Colorispotop. Un projet qui ne concerne pas en priorité les exploitations d’engraissement, mais surtout les exploitations de naissance. Souvent, le potentiel des veaux maigres n’est pas exploité en totalité par les exploitations laitières et ceux-ci ne font pas l’objet de l’attention nécessaire.

Exploitations de naissance mises à contribution

Qu’est-ce que le projet Colorispotop avait de différent? Sur les exploitations de naissance, les éleveurs ont appliqué cinq mesures pour soutenir la santé et la productivité des veaux, afin de leur permettre d’exprimer tout leur potentiel génétique: distribution immédiate (2 à 4 h) de colostrum (min. 3,5 l), augmentation du volume de la buvée et de la concentration de celle-là, utilisation de la préparation de substances actives UFA top-paleo, bon approvisionnement en fer et vaccination intranasale contre la grippe après sept jours de vie. La procédure détaillée a été décrite dans la Revue UFA 10/2016. Ces mesures devaient permettre de mettre à l’engrais des veaux maigres plus résistants et plus productifs, ayant besoin de moins d’antibiotiques. Un passeport a été établi pour chaque veau dans l’exploitation de naissance. On y a consigné le volume de colostrum, l’administration de fer, la vaccination, les éventuels traitements et les données relatives à l’animal. Ce passeport a suivi le veau dans l’exploitation d’engraissement. La traçabilité a ainsi été assurée et on a su pour chaque veau quand, comment et pourquoi il avait été traité. Le succès de l’élevage Colorispotop a été attesté par des gains journaliers élevés dans les exploitations de naissance: au moment de leur départ, les veaux maigres étaient en moyenne âgés de 35 jours et pesaient 74 kg. Le gain journalier s’est établi à plus de 850 g, ce à quoi on ne s’attendait pas avant le démarrage de l’essai.

Chiffres-clé de l’essai

  • 9,3 jours de traitement 

  • Pas d’utilisation d’antibiotiques à titre préventif 

  • 1400 g d’accroissement journ. (engr.) 

  • 850 g d’accroissement journ. (expl. de nais.) 

  • 225 kg de poids vif à 144 jours

UFA transmet ses connaissances et vous conseille

Si vous êtes intéressé(e) à élever ou engraisser vos veaux dans les conditions du projet Colorispotop et à exploiter ainsi pleinement leur potentiel génétique, vous pouvez vous adresser à votre conseiller UFA. UFA se fera un plaisir de partager les connaissances accumulées grâce à ce projet.

UFA recherche de nouvelles exploitations de naissance et son service technique vous accompagnera volontiers dans l’application des mesures.

Quatre exploitations d’engraissement

La deuxième phase du projet a commencé au début 2016. 133 veaux maigres d’environ 40 exploitations laitières ont été répartis entre quatre exploitations d’engraissement produisant conformément aux directives Coop Naturafarm. Une des quatre étables (entre 24 et 45 places) a été remplie complètement tous les quinze jours, en veillant à ce que cela se fasse en 24 h. Tous les veaux Colorispotop ont été transportés séparément, sans contact avec des veaux étrangers au projet. Ajoutée à la rapidité du transport, cette séparation a réduit le risque d’infections combinées.

Veau Coop Naturafarm  Coop veut des veaux d’engrais en bonne santé

L’utilisation des antibiotiques est régie par le principe suivant: aussi peu que possible, autant que nécessaire. Malheureusement, un état de santé critique des veaux maigres entraîne souvent un traitement antibiotique de groupe lors de la mise à l’étable. La réduction du recours aux antibiotiques dans l’exploitation d’engraissement suppose des mesures favorisant la santé des veaux dans l’exploitation de naissance et durant le transport.

Des exigences et des recommandations pour l’élevage sur les exploitations de naissance et le transport des veaux maigres Coop Naturafarm (CNf) ont donc été élaborées sur la base des résultats du projet Colorispotop. Elles reposent principalement sur la distribution rapide et suffisante de bon colostrum et de fer, la vaccination contre les pathologies respiratoires et le transport direct vers l’exploitation d’engraissement. Un suivi intensif après la mise à l’étable d’engraissement est également important. Le projet Colorispotop a réussi à réduire de plus de 50% les quantités d’antibiotiques. L’objectif de CNf est de produire en 2017 environ 2000 veaux dans les conditions du projet, afin d’obtenir des résultats quotidiens réalistes. Durant cette phase, les frais supplémentaires des exploitations d’engraissement seront compensés par un supplément par veau de boucherie. Si les résultats sont bons, les exigences seront reprises d’ici deux ou trois ans comme normes dans les directives Coop Naturafarm.

Adrian Iten, chef de projet Bien-être animal Coop

On recherche des exploitations de naissance supplémentaires élevant leurs veaux conformément aux exigences CNf. Les éleveurs intéressés peuvent s’adresser à Adrian Iten, chef de projet bien-être animal chez Coop (adrian.iten@coop.ch, 061 336 67 16) ou à un intermédiaire CNf agréé (Anicom, Arnold Viehhandel, ASF, Erwin Bühlmann [Ballwil], Gefu Swisskalb).

Examen lors de la mise à l’étable

Tous les veaux ont été examinés par un vétérinaire au plus tard le jour suivant leur mise à l’étable. L’examen comprenait la prise de température, l’auscultation de l’appareil respiratoire et du tractus gastro-intestinal, une palpation du nombril et l’évaluation du pelage et de l’état de santé général. Les animaux qui en avaient besoin ont été soignés. On a également distribué à tous les veaux une dose de fer et de sélénium. Au cours des deux premières semaines d’engraissement, les veaux ont fait l’objet d’un suivi intensif, avec prise de température deux à trois fois par semaine. Quand sa température dépassait 39,8° C, le veau a été traité. A cette fin, on a fait appel au vétérinaire de troupeau, qui a établi le diagnostic et prescrit le médicament adéquat. En principe, seuls des traitements individuels ont été effectués. Mais comme il avait fallu traiter de très nombreux veaux au début de l’engraissement après la première phase du projet (hiver 2015), il a été décidé sur les conseils des vétérinaires d’élaborer un système autorisant un traitement groupé dès que 40% des veaux d’un effectif étaient fébriles. Durant la deuxième phase, ce traitement de groupe a été appliqué dans une exploitation. Grâce à un nouveau modèle de traitement individuel et de vaccination, il a été possible d’élaborer un système compatible avec la pratique.

Objectif atteint?

Quels ont été les résultats de l’engraissement Colorispotop? A-t-il été possible de réduire l’utilisation d’antibiotiques? La réponse est clairement positive. Lors des rotations dans l’engraissement classique, on effectue généralement trois traitements médicamenteux de groupe durant six à huit jours chacun. Ce qui signifie 20 à 30 jours de traitement par veau et par rotation. Dans l’engraissement Colorispotop, les veaux ont été traités en moyenne durant 9,3 jours, ce qui a permis de réduire l’utilisation d’antibiotiques de plus de 50%! Le projet a donc été une grande réussite et a permis de montrer que l’on peut réduire nettement les quantités d’antibiotiques dans l’engraissement des veaux grâce à une bonne gestion dans les exploitations de naissance et d’engraissement.

La baisse du recours aux antibiotiques n’a toutefois pas été le seul motif de satisfaction. S’agissant de la performance d’engraissement, deux tiers des veaux Colorispotop ont en effet atteint une classe de charnure T et plus. Âgés en moyenne de presque 144 jours à l’abattage (dont 109 jours à l’engrais), ils pesaient 225 kg. Si l’on déduit les 74 kg de leur poids lors de la mise à l’étable, on obtient un gain journalier de 1400 g dans l’exploitation d’engraissement. Les deux objectifs premiers du projet étaient la santé des animaux et la mise sur pied d’un projet proche de la pratique. Des mises à l’étable supplémentaires de veaux maigres permettent actuellement d’accumuler de nouvelles expériences, tandis que la qualité des carcasses ne cesse de s’améliorer.

En raison de ces bons résultats, Coop a décidé de poursuivre le projet Colorispotop sous le label Coop Naturafarm (voir encadré)

AuteursAlfred Erni, responsable de l’engraissement des veaux chez UFA, 9501 Wil, www.ufa.ch Dr. Andreas Tschuor, Zoetis Suisse, 8052 Zurich

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.