category icon

Production animale

Bien choisir les heures de repas

Outre le choix d’un aliment approprié, le nombre de repas et les quantités distribuées sont des éléments clés dans l’alimentation des volailles. L’aliment étant une source d’occupation pour les poules, on ne doit pas sous-estimer son impact sur leur santé et leur bien-être.

Un contrôle régulier du niveau des mangeoires aide à bien régler l’alimentation. 

Un contrôle régulier du niveau des mangeoires aide à bien régler l’alimentation. 

(Photo: Aviforum)

Publié le

Spécialiste volaille, service technique UFA

 

Les volailles ont un instinct de picage très marqué. Cette activité est par ailleurs vitale pour elles. Dans la nature, les volailles passent toute la journée à chercher de la nourriture. Lorsque cet instinct n’est pas satisfait, un besoin majeur ne l’est pas non plus et des troubles du comportement, comme le piquage des plumes, peuvent alors apparaître. L’aliment ne sert par conséquent pas seulement à couvrir les besoins alimentaires des poules mais aussi à les occuper.

Structure de l’aliment

L’aliment sous forme expansée ou sous forme de farine convient particulièrement bien pour occuper les poulettes et les poules pondeuses le plus longtemps possible. En comparaison avec l’aliment sous forme de pellets (cubes ou miettes), les poules consomment ainsi moins d’aliment par prise et l’ingestion alimentaire dure plus longtemps. Il est important que la structure de l’aliment soit homogène et constante. Cela permet de garantir que les animaux de rang inférieur qui mangent après les autres puissent eux aussi consommer une ration équilibrée contenant tous les nutriments et que les animaux de rang supérieur ne sélectionnent pas certains composants.

Un aliment sous forme de farine ou expansée occupe les poules plus longtemps.

Nombre de repas

Le nombre de repas dépend du système d’alimentation. Le nombre d’animaux présents et les quantités distribuées par repas décident du nombre de repas nécessaires pour que toutes les poules aient suffisamment à manger. Un nombre élevé de repas journaliers se traduit par une activité accrue au sein du poulailler, ce qui peut occasionner davantage de stress et de piquage des orteils, comme l’a montré un essai du Centre spécialisé pour la détention convenable de la volaille et des lapins à Zollikofen (ZTHZ) réalisé à l’Aviforum (Gebhardt 2020). La durée idéale et le nombre optimal de repas sont influencés par les facteurs précités et varient selon les exploitations. Chez les poules pondeuses, cinq à six repas à intervalles de deux à trois heures sont un bon système. Ces chiffres ne sont que des points de repère : une observation attentive des animaux aide à ajuster l’alimentation.

Alimentation du matin

L’heure du premier repas distribué le matin dépend de l’heure à laquelle a eu lieu le dernier repas le soir précédent. Après que l’éclairage a été enclenché, les poules ont besoin d’un peu de temps pour s’activer et commencer à chercher de la nourriture. Le premier repas devrait donc intervenir au plus tôt une demi-heure après que la lumière a été enclenchée. Si la mangeoire contient encore beaucoup d’aliment datant du jour précédent, on peut attendre plus longtemps. Distribuer la ration pendant la phase de ponte principale stresse les poules inutilement. Il faut par conséquent opter pour un intervalle plus long entre les repas le matin, pour que les poules puissent pondre en toute tranquillité. Distribuer deux repas avant d’ouvrir l’aire de sortie permet de garantir que toutes les poules aient déjà consommé leur ration de base.

Distribution des repas

Les poules n’utilisant pas simultanément, voire dans certains cas pas du tout, l’aire de sortie, la distribution des repas devrait s’étaler sur l’ensemble de la journée. Ainsi, les poules qui restent l’après-midi au poulailler sont occupées. S’il ne reste rien dans les mangeoires et que les poules ne mangent pas assez, il faut envisager d’augmenter les quantités d’aliment distribuées par repas ou le nombre de repas. Lorsqu’il y a toujours des restes dans les mangeoires et que les poules ne mangent pas assez, augmenter le nombre de repas est une mesure contre-productive favorisant le tri des composants. L’heure de la distribution du dernier repas en soirée dépend de l’heure d’extinction de l’éclairage. Après avoir mangé, les poules doivent avoir assez de temps pour trouver un endroit où dormir.

Les poules doivent finir les aliments

Une fois par jour, il est important que les poules finissent de manger ce qu’il y a dans les mangeoires. Ainsi, elles apprennent, dès la phase d’élevage, à ingérer les composants plus fins, ces derniers contenant des nutriments importants comme des vitamines. Cela permet aussi d’éviter que des composants fins s’accumulent dans les mangeoires, qui sont entièrement vidées en l’espace de trois à quatre heures. Les muscles de l’estomac faisant aussi office de réservoir de nourriture, les poules peuvent parfaitement passer plusieurs heures sans avoir accès à l’aliment. Le moment de la journée auquel les poules ont fini de vider leurs mangeoires diffère selon les exploitations. Idéalement, il faudrait que cela soit le cas quelques heures avant la tournée au poulailler. Ainsi, la ou le responsable de la tournée au poulailler pourra contrôler directement si les mangeoires sont vides. Le fait que les poules aient besoin de plus de temps pour vider les mangeoires peut indiquer que l’ingestion est insuffisante et que des mesures doivent être prises.

Pas trop d’aliment

Si l’installation d’alimentation est répartie sur plusieurs niveaux, chacun d’entre eux doit être contrôlé. Les poules étant rarement réparties de manière homogène sur les différents niveaux, les quantités d’aliment à distribuer par repas diffèrent selon les niveaux. Dès que la mangeoire est trop remplie, il peut arriver que l’aliment soit gratté dans la litière ou sur le tapis à fumier, ce qui augmente le gaspillage. En cas de distribution trop fréquente, il reste trop d’aliment dans la mangeoire. Par ailleurs, la structure de l’aliment s’affine à chaque nouveau repas. Les particules fines sont finalement moins bien consommées par les animaux et il peut arriver que l’ingestion diminue. La vitesse de distribution de l’installation d’alimentation a peu d’impact sur la taille des particules ou sur le tri sélectif des composants alimentaires, comme le montre une étude néerlandaise (voir graphique). 

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici
Gâteau aux pommes de terre

 

Gâteau aux pommes de terre

Chutney de pommes

 

Chutney de pommes

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.