category icon

Gestion

Reconnaître les signes avant-coureurs et agir

Selon une étude réalisée par Agroscope, plus de 11 % des agricultrices et des agriculteurs présentent des symptômes de burnout. Comment remarque-t-on que l’on est affecté par un burnout et comment prévenir ce danger ?

5025527_image_5_11.jpg

Publié le

Actualisé le

Burnout

Les agricultrices et les agriculteurs sont souvent soumis à une énorme charge de travail. Des défis plus ou moins importants et des travaux de routine gourmands en temps et pénibles les attendent à tous les coins de l’exploitation. A cela s’ajoutent des mauvaises surprises liées aux caprices de la météo, des directives administratives, voire des conflits au sein et en dehors de la famille. Une telle pression devient rapidement insupportable pour ceux qui la subissent, avec des conséquences qui peuvent être potentiellement graves: une exposition permanente au stress peut ainsi être une source de burnout. Ce risque ne doit pas être pris à la légère sachant qu’un burnout non traité peut entraîner une dépression assortie d’une longue période d’incapacité de travail et d’un risque de suicide.

Signes avant-coureurs

Les personnes concernées sont souvent considérées comme « exemplaires » et ayant du succès. Elles travaillent plus que la moyenne. Les attentes associées à l’image idéale que l’on se fait de « l’agriculteur suisse » sont très élevées. Pour satisfaire à cet idéal, beaucoup d’agriculteurs en font trop mais n’en sont pas conscients. Selon un sondage réalisé par Agroscope Tänikon, 11,6 % des agriculteurs présentent des symptômes de risque de burnout. Les signes avant-coureurs sont multiples et sont surtout alarmants lorsqu’ils s’accumulent et qu’ils deviennent permanents. Les symptômes corporels vont de la fatigue constante aux maux de tête, d’estomac et de dos chroniques en passant par une capacité de concentration réduite et de profonds troubles du sommeil. D’un point de vue émotionnel, cette surcharge de travail se traduit par une certaine apathie, un manque de motivation, un désengagement social et le sentiment diffus que rien n’a de sens et que son propre travail est sans effet.

Lutter contre ce phénomène

Une fois que le burnout a tissé sa toile, seules des mesures médicales appropriées et psychothérapeutiques peuvent apporter une aide. Dans ce genre de cas, les personnes concernées ou leurs proches doivent immédiatement s’adresser à leur médecin. Il est préférable d’opter pour des mesures préventives contre le burnout lorsque la charge de travail est encore considérée comme supportable. Par exemple: 

  • Redéfinir et consolider ensemble les objectifs personnels, familiaux et professionnels 

  • Etoffer son réseau social, la multiplicité des contacts assurant une protection efficace 

  • Identifier et éliminer les facteurs de stress (travaux gourmands en temps, travaux peu appréciés, contexte hostile, exigences irréalistes, etc.) 

  • Veiller à un sommeil et à des loisirs suffisants en respectant un plan 

  • Réduire ou arrêter la consommation d’alcool, de nicotine ou d’autres substances addictives 

  • Apprendre des techniques de détente (yoga, méditation, training autogène, etc.) et les mettre en pratique régulièrement. 

Toute la série de prévention du stress peut être téléchargée sous www.revueufa.ch Service des lecteurs Téléchargement.

Auteur   Ueli Straub, collaborateur au sein du groupe de travail Exploitation, famille, diversification; Agridea, Lindau, www.agridea.ch  Cartoon  Michael Knipfer, graphiste, Agridea, Lindau, www.agridea.ch

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.