category icon

Production animale

Approvisionner les truies correctement

Il existe plusieurs façons d’alimenter les truies. Le management adopté par l’exploitation est souvent un élément déterminant qui régit également le système d’alimentation. Dans ce contexte, il est important de respecter les besoins des animaux au cours de chaque phase.

Les besoins de la truie diffèrent fortement entre la gestation et la phase d’allaitement

Les besoins de la truie diffèrent fortement entre la gestation et la phase d’allaitement.

(UFA SA)

Publié le

Actualisé le

Responsable du programme de production porcine UFA

Spécialiste des porcs, service technique UFA

Les besoins alimentaires des truies diffèrent fortement pendant la gestation et la phase d’allaitement. Au cours de la gestation, la ration doit afficher une teneur plus élevée en fibres brutes, pour atteindre un bon sentiment de satiété chez la truie. La formation de réserves corporelles se traduit par des besoins plus élevés en énergie qu’en protéines. Pendant la phase d’allaitement, la production de lait implique une ration plus riche en nutriments. Outre ceux de la truie, les besoins alimentaires de ses porcelets augmentent également. Les besoins alimentaires ayant tendance à varier considérablement selon le stade de production de la truie, l’alimentation par phase est la méthode d’alimentation la plus indiquée.

Réserves corporelles

Un bon état corporel est une condition incontournable pour que les truies affichent une production élevée et régulière. La truie doit former des réserves corporelles pendant la phase de gestation. En plus de cela, il faut que les ovules fécondés puissent se nidifier de manière optimale dans l’utérus, ce qui permettra de produire un grand nombre de porcelets, avec des poids élevés et réguliers à la naissance. Chez les truies présentant un bon état corporel, la courbe est réglée sur 31 MJ EDP. Pour évaluer l’état corporel des truies, on se base sur le Body Condition Scoring (BCS). Chez les truies à l’état corporel insuffisant, l’apport en énergie doit être augmenté à 40 MJ. Cette adaptation de l’apport en énergie permet à la truie de prendre du poids tout en soutenant la nidation des embryons et l’équilibre des portées au cours des 30 à 40 premiers jours. Par la suite, l’apport alimentaire peut être ajusté en fonction de l’état corporel de la truie. Il s’agit d’atteindre un BCS de 3,5 au 85e jour de gestation. C’est à partir de ce moment-là que les porcelets connaissent une croissance intensive. Pour y faire face, l’apport en énergie doit être accru de 10 à 20 %.

Suffisamment d’énergie

Après la mise bas, l’absorption d’énergie doit tripler en l’espace de quelques jours. Selon le nombre de porcelets, les besoins en énergie de la truie s’élèvent alors à 110 MJ EDP ou plus. Pendant la phase d’allaitement, la production laitière élevée se traduit par un fort accroissement des besoins en énergie. Couvrir ces besoins implique une ration hautement concentrée en nutriments, comme le permettent les aliments d’allaite ment. La distribution de trois repas par jour et une bonne appétence favorisent l’ingestion. Les cochettes qui n’ont pas encore totalement achevé leur croissance et qui ne disposent pas encore d’une grande capacité d’ingestion risquent de ne pas arriver à couvrir leurs besoins. Pour la première insémination, il faut donc veiller au développement et au poids de la cochette. Une truie qui ne reçoit pas l’énergie dont elle a besoin via la ration entamera ses réserves corporelles. La distribution d’un concentré énergétique contribue à réduire la perte de poids. Les problèmes de constipation aux alentours de la mise bas sont une cause importante de SDPP et de mise bas retardée. La distribution de fibres brutes aptes à lier l’eau aide à lutter contre ce problème : les fibres lient l’eau dans l’intestin et favorisent une activité régulière de ce dernier. Jusqu’au troisième jour suivant la mise bas, il est par conséquent judicieux de remplacer partiellement l’aliment de lactation par un aliment riche en fibres. Un changement alimentaire est toujours un défi. Les processus et les installations de la porcherie déterminent souvent le régime alimentaire des cochettes. Dès lors, plusieurs variantes alimentaires sont pratiquées. Chacune de ces variantes a ses raisons d’être. Les compromis sont par contre toujours un facteur de risque pour la santé des truies et pour leur niveau de performance. Indépendamment de la variante d’affouragement pratiquée, il convient de respecter les principes les plus importants en matière d’affouragement.

Préserver l’activité de l’intestin

En raison du péristaltisme intestinal avant la mise bas, le risque de constipation et par conséquent de SDPP augmente. La teneur en fibres élevée d’UFA 362 - 3 Prenatal préserve l’activité de l’intestin pendant la période qui entoure la mise bas, ce qui prévient le risque de constipation en fin de gestation tout en réduisant la charge que représente une trop forte prolifération des colibacilles et de leurs produits métaboliques, qui est un facteur déclencheur du SDPP.

Avant la naissance

Du point de vue de la rationalisation du travail, il est judicieux de passer de l’aliment de tarissement à l’aliment d’allaitement en même temps que les truies arrivent dans la porcherie de mise bas. Les changements de porcherie et d’aliment étant un facteur de stress pour les animaux, il est préférable que le changement de porcherie intervienne au moins cinq jours avant la mise bas. L’aliment d’allaitement riche en nutriments présente une faible teneur en fibre brute. Dans le cadre de cette variante, la distribution additionnelle d’un aliment de préparation à la mise bas riche en fibres est indispensable. La distribution de foin ou de regain est un autre moyen de favoriser l’activité de l’intestin et de prévenir le risque de constipation en fin de gestation.

Après la naissance

Si la gestion du cheptel le permet, il est préférable de différer le passage à l’aliment d’allaitement après la mise bas. Avec cette variante, le stress se limite au changement de porcherie et à la mise bas. La teneur plus élevée en fibres brutes dans l’aliment de gestation prévient le risque de constipation lors de la mise bas. Idéalement, le passage à l’aliment d’allaitement devrait intervenir trois à quatre jours après la mise bas, de manière progressive.

Aliment universel

Une autre solution consiste à utiliser un aliment universel. Ce type d’aliment constitue un compromis entre l’aliment d’allaitement et l’aliment de tarissement. Cette variante ne devrait être utilisée qu’au cas où il est impossible d’utiliser deux aliments à cause des installations à disposition à la porcherie. On parle de compromis parce que la concentration en énergie est trop faible pendant la phase d’allaitement et qu’un apport en fibres brutes est indispensable au cours de la phase de tarissement. Un déficit en énergie se traduit par une mobilisation excessive des réserves de graisse corporelle, ce qui a un impact négatif sur le cycle suivant. Dans le cas de cette variante, pour que la truie ingère malgré tout suffisamment d’énergie pendant la phase d’allaitement, il est indispensable de distribuer un concentré à haute teneur en énergie.

Conseil

Les principes fondamentaux de l’alimentation des truies

  • Réaliser le changement d’alimentation au bon moment
  • Pas de changement d’alimentation brusque
  • Distribuer assez de fibres
  • Eviter le stress
  • Approvisionnement en eau suffisant
Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.