category icon

Production animale

Approvisionnement ciblé de la remonte

On oublie souvent à quel point l’approvisionnement minéral des génisses est important. Selon l’endroit où se trouve l’exploitation et la qualité du fourrage de base, l’approvisionnement en calcium, en phosphore et en magnésium est plus ou moins bien couvert avec le fourrage de base. Une complémentation en sodium et surtout en oligoéléments est nécessaire pour empêcher des carences.

Publié le

Etant en pleine croissance, les remontes d’élevage ont des besoins plus élevés en minéraux. Des carences peuvent avoir des conséquences graves. Les génisses ne sont alors pas capables de mettre à profit leur potentiel de croissance et leur système immunitaire est affaibli. Une carence en minéraux peut aussi avoir un impact négatif sur la formation des onglons. En fin de phase d’élevage, un déficit en minéraux n’a pas seulement des conséquences sur la génisse et son niveau de production laitière à l’âge adulte, mais également sur le veau auquel elle donnera naissance. Il faut par conséquent veiller à ce que les génisses d’élevage bénéficient d’un approvisionnement correct et adapté en minéraux.

Complémentation avec des pierres à lécher

Les pierres à lécher UFA 999 sont particulièrement adaptées en présence d’un fourrage de base équilibré. Elles permettent de couvrir correctement les besoins individuels des animaux.

Les Cake Bloc Natur Herbaplus conviennent bien pour lutter contre la pression liée aux parasites. Herbamix, le mélange d’herbes aromatiques qu’il contient, soutient la résistance contre les parasites (en particulier contre les vers gastro-intestinaux).

Le Basifeeder UFA est idéal pour distribuer, au pâturage et à l’étable, plusieurs types de sel comme des pierres à lécher, du sel bétail et du sel minéral. Les aliments sont protégés des souillures et de la pluie. Ce dispositif comprend trois compartiments.

Identifier les symptômes

Les symptômes de carences en minéraux ne se manifestent pas toujours de manière claire. On constate fréquemment que les génisses lèchent leurs mangeoires ou les parois. Ce comportement montre clairement que l’approvisionnement minéral n’est pas correct et qu’il faut agir. Un poil terne indique également une carence en minéraux.
En lien avec l’approvisionnement en minéraux, les parasites exercent aussi une influence négative. Les animaux qui sont contaminés par des vers gastro-intestinaux ont une ingestion plus limitée et affichent des besoins plus élevés en minéraux. Des animaux amaigris et au poil terne sont le signe d’une infestation par les vers. Il convient alors de les vermifuger et d’augmenter l’approvisionnement en protéines. Dans les exploitations biologiques, les additifs naturels à base d’herbes aromatiques conviennent bien à cet effet.

Le sel bétail est toujours indispensable

Dès que les veaux sont passés au fourrage solide, leur approvisionnement dépend du fourrage grossier. Si le fourrage grossier disponible est de bonne qualité et lorsque les animaux pâturent, les besoins en macroéléments comme le calcium (Ca), le phosphore (P) et le magnésium sont généralement couverts.
Les animaux ne sont pas à même de stocker le sodium : cet élément doit par conséquent toujours être ajouté à la ration. Tous les fourrages grossiers présentent un déficit en sodium qu’il s’agit de compenser. Il est primordial de proposer du sel bétail ad libitum, même au pâturage.

De l’herbe jeune

L’herbe de printemps et la jeune herbe d’automne présentent souvent de faibles teneurs en magnésium. Outre une teneur basse en magnésium, cette herbe se distingue souvent par une teneur élevée en sodium. Ce dernier est un antagoniste du magnésium et entrave son absorption. La teneur en sodium de la jeune herbe de printemps et d’automne accroît donc le risque de mauvaise absorption des quantités déjà faibles de magnésium, ce qui peut occasionner une tétanie. L’apport d’un aliment minéral riche en magnésium est donc judicieux au printemps et en automne, en fonction de la teneur en magnésium du fourrage.

Approvisionnement minéral des génisses d’élevage

  • Toujours proposer du sel bétail à volonté.
  • Complémentation en sélénium toute l’année. Primordial en particulier pour les génisses gestantes.
  • Lorsqu’on distribue de grandes quantités d’herbe jeune au printemps et en automne : aliment minéral riche en magnésium.

Approvisionnement en sélénium du veau

Dans les fourrages de base, les teneurs en oligoéléments varient parfois fortement. Ce sont souvent les teneurs en sélénium qui sont basses, les sols suisses étant plutôt pauvres en cet élément. L’approvisionnement en sélénium est essentiel pour la génisse et pour son veau à naître. Une carence en sélénium se traduit par exemple par un prolongement de la mise-bas et des veaux manquant de vitalité ou ne buvant pas assez. Les génisses devraient par conséquent bénéficier toute l’année d’un sel minéral riche en sélénium.

Avant la mise-bas

Juste avant que la génisse ne mette bas, il y a lieu d’adapter l’approvisionnement en minéraux. Non seulement chez les vaches, mais aussi chez les génisses, durant cette période, on recommande une alimentation pauvre en calcium pour prévenir le risque d’hypocalcémie après la misebas. Un approvisionnement pour phase de tarissement contribue à recharger les batteries de l’animal, alors que la teneur réduite en calcium fait office d’entraînement calcique.

Troubles en cas de carence en minéraux

Ca

Os fragiles, troubles de la croissance et du métabolisme, boiteries

P

Troubles de la fertilité ou de la croissance, perte d’appétit, fractures osseuses, maladies métaboliques, tendance à lécher

Mg

Tétanie d’herbage et troubles de la croissance, troubles de la fertilité, pertes d’appétit, problèmes d’onglons

Na

Baisse des performances, perte d’appétit, crampes, tendance à lécher, troubles de la fertilité

Zn

Dépressions de croissance, troubles de la fertilité, problèmes d’onglons

Mn

Troubles de la fertilité, boiteries, développement insuffisant du squelette

Se

Troubles de la fertilité, maladie du squelette (maladie du muscle blanc chez les jeunes animaux)

Cu

Tendance à lécher, perte de poids, consommation réduite de fourrage, anémie, baisse de la reproduction

La distribution doit être simple

Une mélangeuse facilite la distribution des minéraux à l’étable. En l’absence d’une telle machine, la distribution doit pouvoir s’effectuer facilement malgré tout, pour éviter tout risque d’apport insuffisant dû à une charge de travail trop importante. Les pierres à lécher sont un bon moyen de mettre à disposition, de manière simple et peu contraignante, les éléments minéraux nécessaires. Une autre alternative consiste à mélanger les minéraux avec le sel bétail et de les proposer ensemble, ce qui permet de réguler la consommation. 

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.