category icon

Production animale

La gourme chez les chevaux

La gourme est à l’origine de foyers épizootiques chez les chevaux et les ânes dans le monde entier. Pourquoi est-ce le cas et comment prévenir cette maladie ?

horse-g6704f7ed6_1920
(Photo: pixabay)

Publié le

Clinique de médecine équine, Faculté Vetsuisse, Université de Zurich

Maladie très contagieuse, la gourme est causée par la bactérie Streptococcus equi ssp. equi. En Suisse, les maladies infectieuses non soumises à déclaration obligatoire sont renseignées au moyen de la plateforme de dépistage et de déclaration Equinella. En 2021, 47 cas de gourme ont été déclarés, représentant douze foyers infectieux.

Symptômes

La gourme est décrite à tort comme une maladie respiratoire des jeunes animaux. En effet, l’immunité étant de courte durée après l’infection, même les animaux âgés et guéris peuvent retomber malades. Le premier symptôme est la fièvre (> 39 °C). Ensuite, les ganglions lymphatiques gonflent et présentent des abcès, le plus souvent au niveau de la tête ; ceux-ci percent et se vident. Dans de rares cas, des complications graves peuvent survenir, rendant une euthanasie nécessaire. La gourme ne doit donc pas être considérée comme une simple maladie infantile.

Diagnostic

Le vétérinaire diagnostique cette maladie sur la base des symptômes typiques ; il peut réaliser une endoscopie (fibroscopie) des poches gutturales si nécessaire. Il confirme le diagnostic par un examen bactériologique des sécrétions purulentes ou d’échantillons provenant d’un rinçage soit du nasopharynx, soit des poches gutturales. Une sérologie pour la recherche d’anticorps n’est pas utile, car les chevaux guéris de la maladie en possèdent fréquemment.

Transmission / voies de contamination

Le contact avec les sécrétions purulentes constitue la première source de contamination. Une contamination indirecte est aussi possible par les vecteurs suivants : seaux d’eau ou de nourriture, fourches, brouettes, instruments de nettoyage, chaussures, bottes ou vêtements.

Traitement

Bien qu’il s’agisse d’une infection bactérienne, un traitement antibiotique n’est, dans la plupart des cas, pas recommandé, car des complications peuvent alors survenir. Il est possible de soulager les symptômes des chevaux atteints avec des antipyrétiques. Parfois, les abcès doivent être ouverts chirurgicalement.

Mesures préventives

Si un vaccin existe bel et bien, aucun n’est actuellement disponible en Suisse. Quoi qu’il en soit, la vaccination ne protège pas entièrement contre la maladie. Le facteur le plus important pour prévenir cette dernière est de veiller à une bonne gestion de l’hygiène. Par ailleurs, il convient de mesurer la température corporelle de tous les chevaux une fois par jour (valeurs normales : 37,5 - 38,0 °C). Si un cheval présente de la fièvre, il est impératif de le placer dans un box de quarantaine ; un vétérinaire doit alors être sollicité pour procéder à des examens complémentaires.

Si la présence de gourme est confirmée, tout mouvement de chevaux vers et depuis l’exploitation concernée doit cesser : il ne faut pas qu’un animal (malade ou en bonne santé) entre en contact avec des chevaux tiers. Par ailleurs, il convient d’isoler les animaux atteints des autres animaux sains ainsi que de respecter des règles d’hygiène spécifiques.

Informations complémentaires : www.equinella.ch/fr/bacteries/gourme/

Articles les plus lues

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.