category icon

Production animale

Première journée Volaille réussie

Avec les hybrides hautes performances, il n’y a plus de place à l’erreur. Pour éviter l’apparition de troubles comportementaux, tous les collaborateurs travaillant au poulailler doivent être sensibilisés à une détection précoce. Christianne Keppler explique les facteurs auxquels il faut être attentif.

Christianne Keppler est considérée comme une experte reconnue pour la volaille, dans toute l’Allemagne.

Christianne Keppler est considérée comme une experte reconnue pour la volaille, dans toute l’Allemagne.

Publié le

Actualisé le

Rédactrice, Revue UFA

Journée Volaille UFA

La première journée Volaille organisée par UFA SA s’est déroulée le 7 novembre 2018 et a été un succès. Plus de 200 avicultrices et aviculteurs ainsi que de nombreux acteurs du secteur y ont assisté. Paul Steiner, le président de la Direction d’UFA SA, a rappelé que les changements structurels placent l’agriculture face à de nombreux défis. UFA continue à s’impliquer en faveur de la production animale en mettant toutes ses compétences à la disposition des agriculteurs.

Rolf Steffen, chef de vente auprès du service technique Volaille chez UFA, a présenté la conférencière du jour, Christianne Keppler, experte renommée en aviculture qui étudie le comportement social des poules depuis près de vingt ans.

Son exposé s’intitulait : « Elevage respectueux des animaux en production avicole, à quoi faut-il veiller ? » L’experte a d’abord expliqué comment déterminer si un animal se sent bien ou non, étant d’avis qu’il faut impérativement observer les animaux avant de tirer des conclusions sur le mode d’élevage pratiqué. Ainsi, si la gestion du cheptel est inadéquate, même les poules d’un poulailler bio se porteront mal.

M-Tool

Christianne Keppler a participé au développement de M-Tool, un outil de gestion destiné à améliorer le bien-être et la santé des poules pondeuses. Cet outil propose des fiches d’évaluation, des listes d’enregistrement des données et des documents d’évaluation qui aident les producteurs et les conseillers à enregistrer et à traiter rapidement les changements affectant les animaux. Il s’agit d’identifier rapidement quelles en sont les causes et de prendre les mesures qui s’imposent.

Christiane Keppler a formé les spécialistes Volaille d’UFA à utiliser M-Tool. En cas de questions, adressez-vous directement à votre conseiller Volaille chez UFA.

www.mud-tierschutz.de

Comparaison avec le mode de vie de leurs ancêtres

Pour évaluer le comportement naturel des poules pondeuses, Christiane Keppler a rappelé que ces animaux sont originaires de l’est de l’Asie, où ils vivaient dans la jungle, au milieu des arbres et des bosquets. Les poules passent les deux tiers de leur temps à picorer pour s’alimenter, pour s’occuper ou à des fins sociales. Comparé aux poules à l’état sauvage, le comportement des races pondeuses hybrides n’a pratiquement pas changé, à l’exception d’une baisse de l’activité de couvaison et de l’aptitude à voler. Le niveau de performance des hybrides actuelles est en revanche très élevé, ce qui fait de l’affouragement un élément-clé. Sa composition et sa structure sont importantes. Leur bec n’étant plus épointé, les poules actuelles peuvent mieux sélectionner les aliments. La consommation de nutriments est donc moins équilibrée, même si les aliments sont de bonne qualité.

Il peut s’ensuivre un cercle vicieux, les carences favorisant le picage de plumes. Les dégâts causés par les becs non épointés augmentent alors, ce qui peut engendrer du cannibalisme.

Gestion

Pour assurer une bonne gestion, les facteurs suivants doivent être enregistrés et surveillés constamment :

Consommation d’eau, consommation d’aliment, qualité de l’air ( gaz nocifs, température, fluctuations de température, poussière ), lumière ( durée, intensité ), performance de ponte, pertes d’animaux, poids des animaux ( pesée à effectuer au moins une fois par semaine )

Elevage

Le passage du poulailler d’élevage au poulailler de ponte est stressant pour les poulettes et doit être organisé de manière à générer le moins de stress possible. Il faut que les poules pondeuses se sentent bien dans leur nouveau poulailler, ce qui peut se faire en optant pour un système identique ou similaire au précédent. Nourrir les poules aux mêmes heures qu’avant diminue aussi le stress.

La phase d’élevage est décisive pour la productivité future des poules. Dès le premier jour, les poussins doivent pouvoir picorer du grit de quartz ( cailloux de gésier ), pour que leur système digestif se développe au mieux.

Un plumage abîmé indique que la phase d’élevage ne s’est pas déroulée au mieux.

Troubles comportementaux

Comme évoqué plus haut, le comportement qui consiste à picorer ne permet pas seulement aux poules d’ingérer de la nourriture mais aussi de s’occuper. Il est donc assez logique que les poules qui se retrouvent dans un environnement peu stimulant commencent à piquer des objets ou à se piquer mutuellement. Dès que le picage occasionné par certaines poules sur leurs congénères engendre des blessures, les autres poules réalisent que le picage est une activité intéressante. Il faut donc immédiatement séparer du reste du cheptel toutes les poules qui souffrent de troubles comportementaux ou qui en sont victimes. Pour ce faire, il faut bien observer les animaux, y compris pendant la phase d’élevage. L’uniformité du cheptel est très importante : il faut veiller à ce que les poules n’affichent pas un gabarit totalement différent, sachant que lorsqu’elles pèsent toutes à peu près le même poids, elles ont la même force, ce qui limite les luttes hiérarchiques.

alt_text

Le mot de la fin est revenu à Rolf Steffen.

Chez les hybrides blanches, la cause exacte du picage des pattes n’a pas encore été identifiée. Comme c’est le cas pour le picage des plumes, les blessures ouvertes aggravent le problème. Il faut faire particulièrement attention à ce que les blessures des pattes ne soient pas dues à des objets ou à des installations au sein du poulailler.

La prévention, incontournable

Christiane Keppler estime que le fait de satisfaire les besoins comportementaux, notamment en mettant des pierres ou du sable à disposition, aide à prévenir le picage et le cannibalisme. Ajouter de la paille ou du foin dans les pondoirs peut également occuper les poules. Une faible concentration, une aire d’alimentation aussi largement dimensionnée que possible et une attention particulière pour les phases critiques telles que le transfert d’un poulailler à l’autre, le début de l’activité de ponte ou le pic de ponte sont d’autres mesures bénéfiques.

Dès que les troubles comportementaux dépassent un certain seuil, la situation devient irréversible. La seule possibilité consiste alors à limiter les dégâts.

Dès le départ, il faut donc tout faire pour éviter que de tels troubles apparaissent.Christianne Keppler souligne que la production avicole actuelle basée sur des poules pondeuses hautes performances et plus sensibles ne souffre aucune erreur. Qu’il s’agisse du mode d’élevage, de la gestion du cheptel et de l’alimentation, il faut veiller à ce que tout soit optimal. Tous les collaborateurs qui travaillent au poulailler, même ceux qui n’effectuent que des remplacements, doivent impérativement être formés à l’identification précoce des troubles comportementaux. L’observation ne doit jamais être négligée.

Outre le travail au poulailler, la saisie des données contribue à la bonne gestion des effectifs. Identifier les problèmes avant qu’il ne soit trop tard implique de consigner tous les paramètres de manière stricte ( voir encadré ).

Christiane Keppler a conclu sa présentation en ces termes : « J’adresse mes félicitations aux exploitations qui parviennent à maîtriser tous ces facteurs. Avec les poules hautes performances actuelles, cet objectif est en effet particulièrement difficile à atteindre ».

A la fin de cette première journée Volaille, Rolf Steffen a rappelé à son tour que l’élevage de poules pondeuses est une activité exigeante. « Détenir des poules hautes performances est une activité qui s’adresse à des professionnels, ce que vous êtes tous et ce que nous sommes aussi chez UFA », a-t-il déclaré pour terminer.

Auteure   Eva Studinger, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee

Photos   Eva Studinger

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.