category icon

Production animale

Un concept clair contre la Mortellaro

La Mortellaro, une maladie des onglons, s’est muée en un problème toujours plus important ces dernières années. Dans les exploitations laitières suisses, cette maladie engendre des coûts élevés et il est difficile de la combattre en l’absence d’un concept ciblé. Les douleurs et les boiteries affectent considérablement le bien-être animal.

La maladie, dans le cas présent sous sa forme active (M2), survient souvent à l’arrière des onglons.

La maladie, dans le cas présent sous sa forme active (M2), survient souvent à l’arrière des onglons.

Publié le

Actualisé le

Responsable du marketing, UFA AG

Département de médecine vétérinaire clinique, Wiederkäuerklinik

Réduire la pression liée aux maladies

alt_text

La maladie se mue souvent en forme chronique (M4). 

Sous sa forme active, la Mortellaro est une maladie très douloureuse. Elle est causée par plusieurs espèces de tréponèmes, une bactérie. Il s’agit d’une maladie contagieuse qui se transmet entre les animaux, par contact. Pour que cette maladie survienne, les facteurs suivants doivent être réunis: humidité, état de la peau (peau abîmée ou affaiblie) et faible taux d’oxygène. Une fois que cette maladie infectieuse des onglons s’est propagée dans un troupeau, il est très difficile d’en venir à bout, surtout en stabulation.

Formes active et passive

La spécificité de la Mortellaro réside dans le fait qu’elle apparaît sous deux formes (active et passive). Le stade actif et contagieux M2 est la forme clinique la plus connue de la Mortellaro, qui est alors très douloureuse et qui doit impérativement être soignée. Après traitement, la maladie guérit généralement en l’espace de quelques jours. En passant de la forme active à la forme passive, la bactérie entre en dormance. Durant cette période, il est impossible de procéder à un traitement direct. L’adoption de mesures préventives contribue néanmoins à éviter que la maladie se déclenche à nouveau. En présence de conditions favorables à leur développement, ces bactéries peuvent à nouveau proliférer et entraîner la résurgence de la Mortellaro.

Concept

Ces dernières années, le Service sanitaire bovin (SSB) et UFA ont accumulé, indépendamment l’un de l’autre, de nombreuses expériences avec la Mortellaro dans les exploitations laitières suisses. Diverses expériences démontrent que la plupart des exploitations ne disposaient jusqu’à maintenant d’aucun concept pour réduire l’occurrence de la Mortellaro. Bien que cette maladie soit un sujet récurrent ces derniers temps, les connaissances fondées font souvent défaut. Il est rare que des pédiluves soient installés. Lorsque c’est le cas, l’installation n’est souvent pas adéquate. Ces constatations nous ont incité à tester et à mettre en œuvre diverses mesures dans les exploitations. Les enseignements qui en résultent sont clairs: lorsque les mesures destinées à lutter contre la Mortellaro sont correctement appliquées, le taux de contamination diminue sensiblement. Sur la base des expériences réalisées, le SSB et UFA ont décidé de développer conjointement un concept sanitaire destiné à lutter contre la Mortellaro.

Concept sanitaire

Ce concept sanitaire englobe cinq mesures (prévention et traitement direct). Pour réduire l’occurrence de la Mortellaro, ces mesures doivent être appliquées simultanément.

1. Hygiène:En raison des déjections qui se trouvent dans les couloirs, les logettes et sur les vaches, l’hygiène est le facteur le plus important. Il existe par conséquent un lien direct entre le niveau d’hygiène et la propagation de la Mortellaro. Dans les troupeaux à problème (>10% d’animaux affectés), plus le niveau d’hygiène est mauvais et plus le taux de contamination est important. Les racleurs devraient fonctionner plusieurs fois par jour (au moins six fois). Il faut également s’assurer que les racleurs évacuent toutes les déjections. Les couloirs transversaux et l’aire de promenade doivent également être parfaitement propres. L’aire de repos doit être aussi sèche et confortable que possible, pour que les vaches restent couchées au moins 12 heures par jour. La pâture pratiquée dans de bonnes conditions (sèches) contribue également à réduire la pression des maladies.

2. Parage des onglons:Le parage régulier des onglons revêt une importance centrale, d’une part pour que les vaches posent leurs pattes correctement et d’autre part pour contrôler l’évolution de la Mortellaro au niveau du troupeau. En documentant les maladies et les changements que celles-ci induisent sur les onglons, l’éleveur maîtrise l’évolution et la propagation des maladies des onglons.

3. Pédiluve:Le pédiluve est un bon moyen pour prévenir efficacement l’apparition de la Mortellaro et plus particulièrement de sa phase passive au niveau du troupeau. Les lésions actives de type M2 ne doivent pas être soignées à l’aide d’un pédiluve. Il est primordial que le pédiluve affiche des dimensions correctes, soit au moins 3 m de longueur, 50 à 60 cm de largeur et une profondeur d’entrée de 25 cm (12 cm de liquide). Avant le passage à travers le pédiluve, les onglons devraient être le plus propre possible, pour que la solution se fixe sur la peau et non sur les souillures. Selon la pression exercée par la Mortellaro, le pédiluve doit être utilisé une seule fois ou pendant deux, voire trois semaines. Selon le degré de souillure, la solution devrait être changée après environ 150 passages.

4. Soin individuel des animaux:Les lésions actives (M2) tout comme les stades M1/M4.1 doivent être soignés immédiatement. Avant le traitement, l’onglon et l’espace interdigité doivent être nettoyés et séchés en profondeur. Pour soigner la maladie, il est par exemple possible d’utiliser Intra Hoff Fit Gel ou le spray Intra-Repiderma. Le recours à un pansement augmente les chances de guérison. Le pansement en question doit par contre être changé au plus tard cinq à sept jours après avoir été posé.

5. Affouragement:Un affouragement équilibré a un impact décisif sur la santé du troupeau et par conséquent sur la santé des onglons des vaches laitières. Un affouragement conforme aux besoins de la panse selon UFA W-FOS est un jalon important pour disposer d’onglons sains. Un approvisionnement déséquilibré peut se traduire par une mauvaise qualité des fèces, ce qui a un impact négatif sur l’hygiène d’étable tout en augmentant le risque d’infection.

Le système immunitaire joue lui aussi un rôle déterminant. Plus le système immunitaire est solide, meilleures sont la santé animale, la qualité de la peau et, par conséquent, la résistance aux infections. Dans ce contexte, l’approvisionnement en minéraux et en substances actives revêt une importance décisive. Les oligoéléments tels le zinc, le manganèse et le cuivre ont un impact sur le système immunitaire ainsi que sur la santé des onglons et la qualité de la peau. Ces éléments doivent donc être distribués sous une forme organique facilement mobilisable.

Réduction de la Mortellaro

En appliquant les cinq points du concept sanitaire, les exploitations concernées peuvent réduire durablement l’occurrence de la Mortellaro. Plusieurs expériences démontrent que les exploitations affectées par une forte proportion de Mortellaro (plus de 60%) peuvent nettement réduire ce problème en appliquant les mesures précitées de manière stricte et dans la durée (voir lien Film Revue UFA). Dans les troupeaux concernés, il est pour l’instant impossible d’éradiquer totalement la Mortellaro. Il est par contre tout à fait réaliste de réduire nettement les problèmes de Mortellaro.

Miser sur l’élevage

Les bovins qui ont déjà été affectés par la maladie de Mortellaro pendant la phase d’élevage ont nettement plus de chances d’en souffrir après le vêlage. Le parage régulier des onglons aide à identifier précocément les animaux concernés et à réduire le risque d’un nouveau déclenchement de la maladie lorsque des animaux sont intégrés au groupe en lactation. Le renforcement de la défense corporelle est une mesure prophylactique importante. Tout commence par l’affouragement de la vache tarie. Les vaches qui sont correctement affouragées durant cette phase donnent naissance à des veaux en bonne santé. Il s’agit ensuite d’appliquer correctement la programmation métabolique. Le colostrum, l’approvisionnement en fer et en sélénium ainsi qu’une concentration élevée en nutriments sont non seulement importants pour la croissance, mais également pour le développement de l’intestin. Ce dernier revêt une importance centrale dans la défense immunitaire de l’animal.

Le système d’étable, l’hygiène et un affouragement conforme aux besoins associé à un approvisionnement approprié en minéraux et en substances actives ont un impact déterminant sur l’état de santé de la remonte.

Les oligoéléments apportent une aide

Le zinc, le manganèse et le cuivre jouent un rôle essentiel pour la préservation de la santé des onglons, ainsi que pour la défense immunitaire, la qualité de la peau et la guérison des blessures. Dans les exploitations où la Mortellaro est un problème, UFA et le SSB recommandent d’utiliser des sels minéraux Availa Plus contenant des oligoéléments additionnels. En plus de cela, deux nouveaux produits ont été sciemment développés pour soutenir le système immunitaire, soit UFA 291 Immunity pour la phase d’élevage et de tarissement et Minex 977 Immunity pour les vaches en lactation, dans le but de favoriser la santé des onglons et de soutenir le processus de guérison. Les exploitations à problème doivent impérativement distribuer des oligoéléments pendant 365 jours par an, et donc également pendant la phase de tarissement.

Exploitations exemptes de Mortellaro

Les exploitations exemptes de Mortellaro seraient bien inspirées de tout mettre en œuvre pour que cela continue à être le cas à l’avenir. La Mortellaro est souvent introduite à l’étable par des animaux achetés. Lorsqu’il achète des animaux, l’éleveur doit donc impérativement contrôler les animaux concernés en les passant au congrain. Les bovins qui reviennent de l’alpage ou de l’exploitation d’élevage devraient eux aussi être contrôlés avant d’intégrer le troupeau. A la moindre suspicion de Mortellaro, ces animaux devraient être soignés de façon approfondie pour éviter tout déclenchement supplémentaire de la maladie. La bactérie responsable de la Mortellaro peut également se transmettre dans le cadre d’expositions et arriver à l’étable par cette voie. Il est également important d’attirer l’attention des pareurs d’onglons sur le fait que cette maladie peut aussi se transmettre par des congrains mal désinfectés. 

AuteursHansueli Rüegsegger, responsable UFA Bétail laitier, 3360 Herzogenbuchsee Dr méd. vét. Claudia Syring, Service sanitaire bovin, 3001 Berne.

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.