category icon

Production animale

Vitamines et oligo-éléments

Dans l’engraissement porcin, le succès passe aussi par la couverture optimale des besoins en vitamines et en oligo-éléments. UFA Bühl a analysé dans quelle mesure les quantités distribuées dans la pratique répondent aux besoins des porcs d’engraissement.

En phase de finition, les porcs d’engraissement ont besoin de moins de vitamines et d’oligoéléments que ce que l’on estim...

En phase de finition, les porcs d’engraissement ont besoin de moins de vitamines et d’oligoéléments que ce que l’on estimait jusqu’ici.

Publié le

Actualisé le

Ancien stagiaire, Marketing UFA

Responsable du ressort Recherche et Essais chez UFA SA

Résultats de la recherche

En production porcine, la distribution d’additifs contenant des vitamines et des oligo-éléments est considérée à juste titre comme indispensable pour favoriser une croissance rapide et une mise en valeur efficace des aliments. Chez les porcs d’engraissement, les besoins en nutriments et en substances actives évoluent au fur et à mesure que le poids vif et l’âge augmentent. S’il existe des indications pour l’énergie, la protéine et les minéraux, le livre jaune n’émet pas de recommandations spécifiques selon la phase d’engraissement pour les vitamines et les oligo-éléments. UFA estime que c’est surtout en fin d’engraissement que les animaux sont sur-approvisionnés. En fin d’engraissement, une diminution des quantités de vitamines et d’oligo-éléments distribuées réduirait les coûts de production tout en permettant une performance d’abattage identique. Cela contribuerait aussi à améliorer la gestion des nutriments.

Recherche à UFA Bühl

En 2016, UFA Bühl a réalisé un essai d’engraissement dans le but de déterminer si la réduction de moitié ou le renoncement aux vitamines et oligo-éléments en phase de finition influence les paramètres de performance des porcs. Jusqu’en début de phase de finition ( soit jusqu’au 56 e jour dans l’essai ), les porcs ont été alimentés de manière identique, selon les recommandations standards en vigueur concernant les vitamines et les oligo-éléments. Jusqu’au terme de la phase de finition, le groupe témoin a bénéficié d’un approvisionnement standard en vitamines et oligo-éléments. Dès le début de la phase de finition, les porcs du groupe 1 ont reçu seulement la moitié des deux pré-mixes d’additifs. Le groupe 2 n’a reçu aucune complémentation.

Indépendamment de l’apport en vitamines et en oligo-éléments, tous les groupes ont atteint des performances supérieures à la moyenne. Malgré la réduction de l’apport en vitamines et en oligo-éléments, aucune différence significative n’a été constatée entre les groupes en ce qui concerne le poids à l’abattage, l’accroissement journalier ou la mise en valeur des aliments. La part de viande maigre ( PVM ) se situait également dans la norme, dans tous les groupes. Les résultats de l’essai prouvent ainsi ce que l’on supposait, à savoir que les quantités réduites de vitamines et d’oligo-éléments distribuées pendant la phase de finition n’ont pas d’impact négatif sur les indices de performances des porcs. Cela confirme qu’au cours de la dernière phase d’engraissement, les besoins en vitamines et en oligoéléments sont moins élevés que ce que l’on préconise généralement.

alt_text

Barbara Eichenberger

Indépendamment des pré-mixes de substances actives distribuées, des écarts significatifs ont été constatés entre les sexes, à l’image de ce que d’autres essais ont démontré. Les animaux femelles considérés dans l’essai ont affiché une consommation d’aliment plus élevée, ce qui s’est traduit par de bonnes performances animales et des accroissements journaliers supérieurs. Il en découle des poids à l’abattage nettement plus élevés que ceux des animaux mâles. En moyenne, les animaux femelles ont été abattus environ deux jours plus tôt que les castrats et ont atteint un prix supérieur.

Tableau 1 : Résultats des essais pour les trois groupes alimentés différemment

Résultats à l’étranger

Les résultats de l’essai réalisé à UFA Bühl sont confirmés par ceux obtenus en France et aux Pays-Bas. Ces essais n’ont pas non plus permis de conclure qu’une réduction de l’approvisionnement en vitamines et en oligo-éléments en phase de finition a des effets significatifs sur les paramètres de performance.

Les résultats français indiquent qu’en cas de renoncement complet à une complémentation en vitamines et en oligo-éléments, les accroissements ont diminué de 6 % en moyenne à partir du 35 e jour d’engraissement ( préengraissement ). Dans le cadre d’une complémentation réduite de 50 %, les accroissements ont chuté de 4 %. Dans les essais néerlandais, la diminution des accroissements s’est limitée à 1 % seulement à compter du 70 e jour d’engraissement ( phase de finition ) en cas de renoncement total aux vitamines et aux oligoéléments.

On peut en conclure qu’une réduction des apports en minéraux et en oligo-éléments a un impact plus important sur les performances des porcs en phase de pré-engraissement qu’en phase de finition. Un renoncement complet aux vitamines associé à un apport normal en oligo-éléments n’a conduit à aucun écart significatif pour les accroissements journaliers et la mise en valeur des aliments, tant pendant la phase de pré-engraissement qu’au cours de la phase de finition.

Dans tous les cas de figure, il s’est avéré que les besoins en vitamines et en oligo-éléments étaient inférieurs en phase de finition.

Tableau 2 : Résultats des essais pour les animaux mâles et femelles

Adaptation des teneurs

UFA Bühl réalise des essais destinés à la pratique. Les résultats obtenus en Suisse comme à l’étranger montrent qu’il faut revoir les recommandations concernant les apports en vitamines et en oligo-éléments pendant la phase de finition. Il serait ainsi justifié d’appliquer des stratégies différentes d’approvisionnement en vitamines et en oligoéléments en fonction des phases d’engraissement dans la perspective d’une gestion optimale des nutriments. Pour favoriser un bon début d’engraissement et une bonne évolution des performances, il est en revanche absolument primordial d’assurer la complémentation en vitamines et en oligo-éléments pendant la première moitié de la période d’engraissement.

Les teneurs en vitamines et en oligo-éléments des aliments UFA ont été adaptées en se basant sur les résultats obtenus à UFA Bühl. UFA a par contre sciemment renoncé à exclure totalement les vitamines de la formulation de son aliment de finition. Cette façon de procéder permet à l’agriculteur d’opter, s’il le souhaite, pour l’aliment de phase de finition dès le milieu de la période d’engraissement, sans devoir subir des chutes de performance importantes chez les porcs. Au demeurant, il peut continuer à réaliser des performances équivalentes tout en étant plus efficace au niveau des coûts, l’aliment étant devenu moins coûteux. 

Auteurs   Cédric Furrer,  stagiaire marketing, 3360 Herzogenbuchsee,  Dr Barbara Eichenberger,  responsable du département Recherche et essais UFA SA, 3360 Herzogenbuchsee

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.