category icon

Production végétale

3 questions à Hans-Joachim Nägele

La Revue UFA a posé à Hans-Joachim Nägele, directeur du groupe spécialisé en biotechnologie environnementale et en bioénergie de la ZHAW à Wädenswil, trois questions sur la manière dont les exploitations peuvent utiliser les engrais de ferme issus d'une installation de biogaz, quelle influence cela a-t-il sur les ingrédients et pourquoi n'y a-t-il que peu d'installations de ce type en Suisse?

Hans-Joachim Nägele, Direction du groupe spécialisé en biotechnologie environnementale et en bioénergie de la ZHAW

Hans-Joachim Nägele, Direction du groupe spécialisé en biotechnologie environnementale et en bioénergie de la ZHAW

(màd)

Publié le

Comment utiliser les engrais de centrales à biogaz ?

Le lisier méthanisé ayant fait l’objet d’une séparation donne deux produits : le fumier méthanisé (solide) et le lisier méthanisé séparé (liquide). Ce dernier contient de l’azote ammoniacal rapidement assimilable par les plantes, ce qui est bon pour les cultures agricoles ou maraîchères ainsi que les surfaces herbagères. De plus, très fluide, il est facile à épandre avec un pendillard. Pénétrant rapidement dans le sol, il permet de réduire les pertes de nutriments et les plantes sont moins « brûlées ». Quant au fumier méthanisé, il peut être épandu à l’aide d’un épandeur. Contenant de précieux composants organiques (azote [N], phosphore [P], potassium [K]), il se caractérise par la disponibilité prolongée de ses nutriments. Des études montrent une augmentation des rendements si l’on fertilise avec ces produits – une bonne gestion du lisier reste cependant essentielle. Utiliser ces digestats est également judicieux (et même requis) dans l’agriculture biologique. L’attrait de ces produits issus de la méthanisation réside dans le fait que l’on connaît leurs composants. Ceux-ci sont contrôlés de manière standard dans le cadre de l’inspection cantonale.

La méthanisation modifie-t-elle les composants des engrais ?

Ce processus ne modifie pas significativement les substances contenues dans les engrais de ferme : les quantités de nutriments tels que N, P et K sont préservées ; la teneur en matière sèche (MS) diminue et une partie du carbone (C) est dégradée en biométhane ainsi qu’en dioxyde de carbone (CO 2 ). Cependant, des études montrent que la quantité de C fournie reste à peu près équilibrée dans les digestats ainsi que les engrais de ferme stockés, et que ceux-ci présentent un bon effet d’humification. Par ailleurs, les composés organiques volatils (COV) sont dégradés, réduisant considérablement les émissions d’odeurs. De même, la capacité de germination des graines d’adventices diminue. Enfin, tant les études que les expériences pratiquent ne démontrent pas d’effet nocif sur les organismes vivants.

Pourquoi les centrales en question sont-elles si rares en Suisse ?

Le lisier d’une vache laitière permet de produire environ 2800 kWh par an. Considérant les structures d’exploitation qui prévalent (avec de petits cheptels), cette quantité est trop faible pour rentabiliser une installation de méthanisation. Ainsi, moins de 5 % des engrais de ferme sont actuellement valorisés dans 125 centrales à biogaz agricoles, dont la puissance moyenne est d’environ 150 kWel. Une version révisée de l’ordonnance sur l’encouragement de la production d’électricité issue d’énergies renouvelables (OEneR) devrait à l’avenir favoriser la construction de petites installations valorisant des engrais de ferme sans co-substrats. Dans cette optique, le projet « VP-Netz » vise à rechercher des stratégies permettant à plusieurs exploitations de s’associer pour gérer une installation en vue d’atteindre la quantité d’engrais de ferme nécessaire. Circuits fermés, services pour les systèmes d’exploitation de réseaux, création de places de travail, réduction des besoins en engrais minéraux et donc, économies de coûts ainsi que prévention des émissions (notamment de CO 2 ) : les centrales à biogaz offrent de nombreux avantages pour lesquels elles ne sont aujourd’hui malheureusement pas récompensées. Cependant, pour la jeune génération, intégrer une installation de ce type dans son activité peut constituer une nouvelle branche d’exploitation moderne, passionnante et pleine de défis.

Plus d'informations dans le guide "Produits issus de la méthanisation des installations de biogaz agricole"

Articles les plus lues

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.