category icon

Production végétale

Des prix finaux nettement supérieurs à l’année précédente

L’an dernier, les rendements des cultures ont été très bas en Suisse en raison des conditions météorologiques particulières. A cela s’est ajoutée une période de récolte compliquée avec une part élevée de repousses dans les céréales panifiables. Résultat : la pire récolte de céréales panifiables depuis des années. Les prix finaux de fenaco pour les céréales panifiables et le colza sont donc bien supérieurs à ceux de l’an dernier.

En 2021, la quantité de céréales récoltées était nettement inférieure à celle des années précédentes.

En 2021, la quantité de céréales récoltées était nettement inférieure à celle des années précédentes.

(pixabay)

Publié le

fenaco Céréales, oléagineux et matières premières

En juin 2021, les estimations de l’organisation de branche swiss granum tablaient encore sur une récolte supérieure à la moyenne. Toutefois, avec un total de 304 000 t, les quantités de céréales panifiables récoltées n’ont plus été aussi basses depuis de nombreuses années. Les conditions d’abord sèches, puis fraîches et humides, ont entraîné une baisse de qualité pour tous les critères. La période de récolte, sans cesse interrompue par les caprices de la météo, s’est étirée en longueur. Il a donc fallu sécher de nombreux lots après la récolte. Les poids à l’hectolitre et le temps de chute étaient nettement inférieurs à ceux des années précédentes.

Sur la base des estimations, des préventes sont effectuées aux moulins afin de libérer des capacités de stockage dans les centres collecteurs durant la phase de récolte. En raison des nombreux retards, ces contrats n’ont pu que partiellement être honorés dans les délais convenus. Afin de garantir en tout temps l’approvisionnement des moulins, il a fallu recourir aux stocks stratégiques durant la phase de récolte déjà.

Garantir l’approvisionnement

Entre 2017 et 2020, les récoltes ont été bonnes, tant du point de vue de la qualité que de la quantité, ce qui a permis de constituer de grandes réserves. Au cours de la campagne actuelle 21/22, ces stocks stratégiques permettent de compenser une partie des pertes quantitatives et qualitatives. Ils risquent toutefois d’avoir été utilisés d’ici à la récolte 2022. Afin d’assurer l’approvisionnement dans la qualité souhaitée, les tranches libérées pour le froment (contingent d’importation n o 27) ont été modifiées. Les dates pour la libération des tranches ont aussi été adaptées. En plus de cela, la branche a déposé auprès de l’Office fédéral de l’agriculture une demande pour un contingent d’importation de froment supplémentaire.

Du prix du blé au prix du pain

Les prix des céréales n’ont qu’une faible influence sur le prix du pain. En moyenne, le prix de la farine ne représente que 13 % du prix du pain. Pour la fabrication de la farine, les coûts de la matière première (céréales panifiables) représentent environ 75 % du prix. En fin de compte, les céréales représentent donc moins de 10 % du prix du pain. Une variation de 10 % du prix des céréales entraînera ainsi un changement du prix du pain de 1 %.

Paiement final bio (Bourgeon et Bourgeon Reconversion)

Après déduction des coûts de commercialisation (TVA exclue), fenaco a payé les prix suivants pour les produits de la récolte bio 2021 aux centres collecteurs Maxi (qualité de base sans suppléments ni déductions pour 100 kg ; B = Bourgeon, BR = Bourgeon Reconversion) : – Céréales panifiables bio : blé panifiable B 102.25 francs (pas de prix indicatif), blé panifiable B 180 - 219 94 francs, seigle panifiable B 89 francs (prix indicatif : 89 francs), épeautre panifiable B 112 francs (prix indicatif : 112 francs), avoine à flocons B 80 francs (pas de prix indicatif) – Céréales fourragères bio B / BR et légumineuses à grains bio B / BR : prix indicatifs Bio Suisse valables pour la récolte 2021 – Oléagineux bio : colza B 205 francs*, colza HOLL B 205 francs*, tournesol LO B 145 francs*, tournesol HO B 148 francs*, soja « Tofu » B 210 francs*

* Les prix pour les cultures obligatoirement sous contrat s’appliquent uniquement aux quantités contractuelles attribuées.

Bilan mondial

Comparés à l’année précédente, les volumes de blé récoltés en Europe ont considérablement augmenté. Toutefois, au niveau mondial, les conditions météorologiques défavorables dans les régions productrices de blé et de maïs ont entraîné de mauvais rendements. La consommation mondiale devrait en outre continuer d’augmenter, ce qui aura un impact sur le bilan des volumes. Cette situation, couplée aux tensions géopolitiques, a généré une montée en flèche des prix des matières premières agricoles sur les marchés internationaux depuis août 2021.

Grâce au système flexible de protection douanière pour les céréales panifiables, la hausse des prix sur le marché international a été en grande partie neutralisée par des réductions des taxes douanières au 1 er octobre 2021 ainsi qu’au 1 er janvier et au 1 er avril 2022. Jusqu’à la fin septembre 2021, la protection douanière pour les céréales panifiables s’élevait à 23.00 fr./100 kg et, depuis avril 2022, elle ne se monte plus qu’à 5.60 fr./100 kg.

Prix nettement plus élevés pour les agriculteurs·trices

Globalement, les prix finaux de fenaco pour les céréales panifiables sont nettement supérieurs à l’année dernière. Ils se composent de la moyenne pondérée des prix de vente réalisés durant la campagne de commercialisation. Ils comprennent ainsi les préventes à des prix inférieurs et les prix de vente supérieurs des faibles volumes commercialisés après la récolte décevante. La baisse des coûts liée à la dissolution des réserves stratégiques a un impact positif sur le décompte. Les prix finaux moyens de fenaco aux centres collecteurs Maxi, après déduction des coûts de commercialisation, se montent à 53.50 francs pour la classe Top, à 52.25 francs pour la classe I, à 47.00 francs pour la classe II, à 50.00 francs pour la classe Biscuit A (contractuel), pour 100 kg, TVA exclue (voir graphique 2 : comparaison des prix). Associée à un déstockage précoce et à une diminution des déplacements, la diminution des volumes récoltés a eu pour effet de réduire les coûts de stockage, ce qui a été pris en compte. Cette année, les coûts de stockage s’élèvent en moyenne à 1.59 fr./100 kg pour le blé et à 2.47 fr./100 kg pour le seigle.

Ces coûts incluent les indemnités de stockage des centres collecteurs et les indemnités de stockage externes. Les décomptes individuels tiennent compte de la date de déstockage, des liaisons logistiques et de la qualité livrée.

Les centres collecteurs établissent le décompte final à l’intention des producteurs selon leurs spécificités. Le résultat peut différer des prix susmentionnés.

Moins de colza

Les prix finaux de fenaco pour le colza sont également nettement supérieurs à ceux de l’année précédente. La récolte de colza s’est élevée à 77 000 t, soit 11 000 t de moins qu’en 2020. La différence s’explique par les conditions météorologiques et une pression accrue des ravageurs. Avec un volume de colza sous contrat de 106 000 t, le volume de production est considérable.

Malgré une extension des surfaces, la récolte de tournesol, qui s’élève à quelque 11 100 t, est légèrement inférieure à celle de l’année précédente. En revanche, avec 5300 t, la récolte de soja enregistre une faible hausse. Tous les oléagineux présentent un grand potentiel de production.

Ces deux dernières années, les prix à l’importation des huiles végétales ont continué d’augmenter et, pendant la période de commercialisation de la récolte 2021, ils étaient nettement supérieurs à ceux de 2020. Les recettes tirées des ventes de tourteaux de colza ont un effet positif sur le prix final des semis.

Les prix finaux moyens de fenaco aux centres collecteurs Maxi, après déduction des frais de commercialisation, s’élèvent à 102.50 francs pour le colza HOLL, à 96.50 francs pour les variétés classiques de colza, à 93.50 francs pour le tournesol HO, à 91.50 francs pour les variétés classiques de tournesol et à 61.50 francs pour le soja, pour 100 kg, TVA exclue. En plus de ces prix, des indemnités de stockage ont été versées, lesquelles s’élevaient en moyenne à 1.72 fr./100 kg pour le colza et à 2.50 fr./100 kg pour le tournesol. Les stocks externes étant bas, elles ont été principalement versées aux centres collecteurs (voir graphique 3). 

Centres collecteurs Maxi

Lors de la séance d’information du 7 avril 2022 à Kirchberg (BE), fenaco GOF informera les centres collecteurs Maxi de la commercialisation de la campagne qui touche à sa fin ainsi que des futurs changements et défis à relever.

Articles les plus lues

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.