category icon

Production végétale

La date de récolte est primordiale

Le moment de la récolte est décisif pour obtenir un ensilage de qualité et la fermentation souhaitée. Seule une détermination précise du taux de matière sèche permet de récolter l’ensilage au stade optimal.

La date de récolte a un impact décisif sur la qualité de l’ensilage

La date de récolte a un impact décisif sur la qualité de l’ensilage

(UFA-Revue)

Publié le

Actualisé le

Responsable de secteur, UFA-Samen

La date de récolte pour un maïs ensilage peut varier principalement selon la précocité de la variété, la date de semis et la somme de température cumulée depuis le semis. Les spécialistes en alimentation du bétail préconisent un taux de matière sèche ( MS ) entre 32 et 35 %, car c’est à ce stade que les teneurs sont idéales pour l’animal et que la conservation est la moins délicate ( meilleur tassement ).

Maturité du maïs ensilage

Les températures élevées au cours des dernières périodes estivales ont contribué à une accélération du processus de maturité sur juillet à septembre avec plus de 1 point de matière sèche par jour. Les résultats d’essais ont montré qu’une récolte au-delà des 35 % de matière sèche peut entraîner une augmentation de 0,5 à 1 t de matière sèche par hectare. Toutefois, ce gain s’accompagne d’une baisse de la valorisation de l’amidon dans le rumen et d’une baisse de la digestibilité des tiges et des feuilles.

Date de récolte

Semences UFA met à disposition une grille pour déterminer facilement et rapidement le bon stade de récolte. Il s’agit dans un premier temps d’estimer le pourcentage d’épi par rapport à la plante totale. Une culture dite normale doit se situer aux environs de 50 %.

L’étape suivante doit permettre de déterminer le pourcentage de MS des tiges et des feuilles. On obtient une estimation en tordant la tige. Si cette opération permet de constater l’absence d’humidité avec des feuilles de couleur marron, on pourra considérer que la teneur en MS sera de 27 % voire plus. Dans le cas où la torsion provoque l’écoulement de jus avec des feuilles encore vertes, on se situe vers 21 % de MS. Finalement, on recherchera le pourcentage de MS de l’épi en déterminant la ligne de lait dans le grain. Lorsque cette dernière atteint les ²⁄ 3 du grain, qui correspond à une quasi absence de lait et un grain encore facilement rayable à l’ongle, on se situe à 50 % de MS ( l’apparition du point noir indique un taux de MS de 60 % ).

Le tableau permet de déterminer la teneur en matière sèche du maïs plante entière en intégrant les trois valeurs identifiées.

La qualité de la coupe et de l’ensilage

On recommande de soigner sa récolte en vérifiant la qualité de la coupe. Prévoir de diminuer la longueur de coupe avec l’augmentation de la matière sèche afin d’améliorer la conservation et l’ingestion du fourrage par les animaux.

L’utilisation d’agents conservateurs disponibles auprès des Landi peut s’avérer utile dans certaines situations pour prévenir les post-fermentations. 

Avec les variétés « Stay-Green », le stade de maturité doit être contrôlé tôt

Fritz Leuenberger est conseiller en production végétale chez Semences UFA. Il explique ce à quoi il faut être attentif lors de l’ensilage.

Revue UFA : Monsieur Leuenberger, quand conseillez-vous de contrôler la teneur en MS pour planifier la date de récolte du maïs ensilage ?

Fritz Leuenberger : La maturité du grain devrait être contrôlée à partir du stade maturité pâteuse ou lorsque les feuilles inférieures de la plante de maïs jaunissent. Dans un premier temps, on évalue la proportion d’épis et le pourcentage de matière sèche des grains et des feuilles/tiges. On détermine ensuite la date de récolte optimale à l’aide d’un tableau ( voir en page 38 ). Le calculateur conçu par Agroscope pour estimer la maturité du maïs ( www.agroscope.ch services soutien aliments pour animaux conservation des fourrages ) est un bon outil à cet effet.

Avec les variétés « Stay-Green » pourquoi faut-il être particulièrement vigilant lorsqu’on estime la teneur en MS ?

F. Leuenberger : Dans le cas des variétés « Stay-Green », on cherche à ce que les feuilles restent vertes le plus longtemps possible, pour que la photosynthèse continue et que la digestibilité du non grain soit le plus élevé possible. Il convient de rappeler qu’à ce moment-là, les feuilles sont encore vertes mais que les grains commencent déjà à mûrir. Pour ne pas rater le stade de récolte optimal et éviter que le maïs plante entière affiche une teneur en matière sèche trop élevée, le stade de maturité doit être contrôlé assez tôt.

Comment le maïs ensilage doit-il être récolté pour assurer un compactage approprié et une bonne conservation ainsi qu’une qualité irréprochable lors de la reprise dans le silo ?

F. Leuenberger : Dans le silo tranché, il faut réaliser un tassement optimal. Le processus d’ensilage doit certes intervenir rapidement mais pas à une vitesse exagérée. Accumuler des immenses montagnes de maïs à ensiler, mais n’attendre que la fin de la récolte en multipliant ensuite les passages de tracteur pour tasser ainsi l’ensilage ne donnera pas les résultats escomptés ! Il convient également de rappeler que plus la teneur en MS est élevée au moment de la récolte, plus la longueur de coupe devrait être courte.

Dans le cas du maïs Schredlage il faut être particulièrement attentif à la qualité du compactage, en raison de la longueur de coupe supérieure.

F. Leuenberger : Il faut éviter de laisser les silos-tours ouverts plus de 24 heures et bien les fermer à l’aide d’une presse à eau.

Lorsque les conditions sont défavorables, il vaut la peine d’envisager l’utilisation d’agents de conservation d’ensilage, pour éviter les fermentations indésirables.

Que recommandez-vous de faire pour obtenir une excellente qualité d’ensilage ?

F. Leuenberger : Il est très important d’abaisser le plus rapidement possible le pH de l’ensilage à une valeur de 4 à 4,5, pour que l’ensilage puisse se stabiliser. En présence de conditions favorables, je conseille d’utiliser un agent de conservation naturel, par exemple Ecosyl. Les bactéries lactiques qu’il contient optimisent le processus de fermentation et contribuent ainsi à une bonne qualité d’ensilage. Outre les points susmentionnés, la logistique est un élément dont il faut aussi tenir compte : le silo doit être propre et le bon fonctionnement de la chaîne d’ensilage doit être assuré.

Verena Säle, Revue UFA

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.