category icon

Production végétale

Il faut produire plus de soja

Le soja cultivé en Suisse est très demandé. Les marchés bio et conventionnel sont tous deux concernés. Les surfaces cultivées devraient donc être étendues pour couvrir la demande actuelle. De faibles coûts de production ainsi qu’un prix en hausse rendent cette culture attractive pour la campagne 2022.

L'adaptation climatique comme facteur de stabilité fait partie intégrante de la sélection du soja.

L'adaptation climatique comme facteur de stabilité fait partie intégrante de la sélection du soja.

(Jean-Pierre Burri)

Publié le

Semences UFA, Conseil

fenaco GOF

        

Les producteurs·trices envisageant de cultiver du soja devraient tenir compte d’une règle d’or : le soja ne peut être envisagé que dans les régions où le maïs grains pousse aussi. Pour les régions avec moins de sommes de températures, il existe des variétés plus précoces mais qui ont un potentiel de rendement inférieur. La différence en termes de précocité est de dix à douze jours entre les variétés 000 (très précoce) et 00 (précoce). Les variétés précoces permettent de faire un soja en deuxième culture dans les régions précoces ou à une altitude plus élevée.

Inoculer les semences ou la ligne de semis

Il n’est pas nécessaire d’apporter de l’azote au soja car les nodosités fixent l’azote de l’air. Par contre, en bio et en conventionnel, il est impératif d’inoculer la semence avec un rhizobium adéquat. L’application de l’inoculum sur les semences juste avant le semis ou dans la ligne de semis avec le micro-granulateur est plus efficace que les semences qui sont pré-inoculées à l’usine. Dans certains cas, en conventionnel, il est envisageable d’apporter entre 20 et 50 unités d’azote. Il est conseillé d’utiliser par exemple l’engrais Landor PK + Mg 0.13.26 + 3Mg + 0,2 B + 6 S à une densité de 400 - 600 kg / ha avant le semis pour couvrir les besoins en phosphore, potasse et soufre.

Choisir l’implantation et le type de sol

La régularité du semis est une étape clé pour la réussite de la culture, tant pour la formation du rendement que pour la récolte. Que ce soit en conventionnel ou en bio, un interligne de 50 centimètres est optimal pour la gestion mécanique des adventices. Plus la variété est précoce, plus la densité doit être élevée. La densité est de 65 grains / m 2 pour les précoces et 55 grains / m 2 pour les variétés plus tardives.

Dans les sols lourds, il convient d’effectuer un labour en automne. Dans les sols battants ou à faible structure, le labour interviendra peu de temps avant le semis. Le lit de semence doit être aéré, fin et légèrement motteux en surface. Effectuer des faux semis est favorable car cela réchauffe le sol, favorise une levée homogène et rapide tout en réduisant la pression des adventices.

Etre prévoyant lors du semis

Le semis au semoir à céréales permet aux plantes de couvrir assez rapidement le sol. Pour faciliter la récolte des gousses à ras le sol, il faut anticiper dès le semis en nivelant au mieux la surface du sol, sauf en terre battante. Il s’agit d’être prudent en ce qui concerne les semoirs pneumatiques avec tête de distribution. Les semences de soja sont très sensibles aux chocs mécaniques qui provoquent des micro fissures aux semences, ce qui induit une perte de la capacité germinative. Les semis au semoir mo-no-graines sont les plus sûrs.

Notre conseil

Conseils rapides

– Eviter tout dégât au sol (tassements) depuis la récolte de la culture précédente jusqu’à la mise en place du soja 
– Le soja est un excellent précédent (PER max. 25 %) 
– Cure anti-adventices avec des faux semis 
– Il faut semer fin avril - début mai dans un sol réchauffé (8 °C) et quand il n’y a plus de risque de gel 
– Attention aux dégâts des corneilles et surtout des pigeons 
– La culture doit rester propre jusqu’à la récolte

Prix et perspectives

fenaco garantit aux centres collecteurs Maxi et LANDI un prix minimal de CHF 60.00 / 100 kg pour le soja de qualité Suisse Garantie (SGA) de la récolte 2022. Ce prix leur étant assuré, les centres collecteurs peuvent offrir un prix de reprise attractif aux producteurs·trices de leur région. En outre, le potentiel de production devrait continuer de croître pour le soja Suisse Garantie au cours des prochaines années.

Le marché bio est subdivisé en deux segments

La tendance vers une consommation réduite de viande ainsi que la popularité croissante du régime végane entraînent une demande accrue des transformateurs de denrées alimentaires pour le soja alimentaire bio (Bourgeon Bio Suisse).

Pour cette culture, la production est limitée par les contingents de plusieurs distributeurs. Un contrat de culture est obligatoire et les producteurs·trices doivent respecter des directives strictes concernant le choix variétal et la qualité des produits récoltés. fenaco garantit ici un prix minimal de CHF 210.00 / 100 kg aux centres collecteurs Maxi et LANDI disposant d’un contingent. Bio Suisse ne publie pas de prix indicatif.

Pour le soja fourrager bio Bourgeon et de reconversion, il n’est pas (encore) obligatoire de conclure un contrat de culture. Chaque année, Bio Suisse fixe un prix indicatif pour ce segment. Ce prix se situe à CHF 110.00 / 100 kg pour la récolte 2021, auquel s’ajoute une contribution d’encouragement de CHF 32.00 / 100 kg en raison de la situation de l’offre. Pour la récolte 2021 et 2022, les producteurs·trices peuvent donc escompter un prix effectif de CHF 142.00 / 100 kg.

Depuis que les directives de Bio Suisse exigent 100 % de matières premières indigènes dans l’affouragement des ruminants, le soja suisse connaît un intérêt croissant, à l’instar d’autres légumineuses à graines, telles que les féveroles, les pois protéagineux et le lupin doux. La pénurie de l’offre sur le marché des protéagineux fourragers indigènes est telle que même si on avait multiplié plusieurs fois la récolte de soja fourrager de 879 tonnes, le surplus aurait été absorbé sans aucun problème par le marché. Etant donné que cette légumineuse restera demandée ces prochaines années, de gros efforts sont déployés pour accroître sa production.

Bonne rentabilité du soja bio – même comparée au maïs bio

La comparaison directe des marges brutes du soja fourrager bio et du maïs grain bio montre qu’elles sont similaires. En partant d’un rendement de 75 dt / ha et du prix indicatif de CHF 82.00 / dt, le maïs grain bio atteint une marge brute (contributions incluses) de 5337 francs. En supposant un rendement de 25 dt / ha et un prix producteur de CHF 142.00 / dt, le soja fourrager bio atteint une marge brute (contributions incluses) de 5250 francs. Si le maïs s’en sort mieux en termes de revenus, le soja présente des coûts de culture et de prise en charge plus bas et donne droit à une contribution pour cultures particulières de CHF 1000.00 / ha. 

Articles les plus lues

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.