category icon

Production végétale

Partage d’expériences avec des collègues

Les plateformes d’essais de fenaco sont des points de rencontre pour les spécialistes de la production végétale. Des essais en plein champ présentent notamment des variétés de céréales en culture intensive ou extensive, divers modes de travail du sol et des variantes en matière de fumure.

Sorgho ou maïs, telle était la question à Märstetten.

Sorgho ou maïs, telle était la question à Märstetten.

Publié le

Actualisé le

Plateformes d’essais 2017

alt_text

Mike Bauert a montré avec quelles espèces une prairie peut être valorisée en prairie de qualité écologique.

Fenaco Protection des plantes organise chaque année des plateformes d’essais et des visites de cultures dans tout le pays. Cette année, elles ont eu lieu à La Rippe (VD), Bünzen (AG), Hochfelden (ZH), Humlikon (ZH), Bünzen (AG), Märstetten (TG) et Ersigen (BE). Dans chaque région, les agriculteurs ont pu observer sur le terrain diverses cultures, variétés et méthodes culturales.

alt_text

Andreas Bärtschi a exposé l’efficacité de divers herbicides sur la betterave sucrière.

alt_text

Plusieurs sites ont accueilli des essais variétaux de blé.

Désherbage mécanique

La plateforme d’essais de Suisse romande a eu lieu cette année à La Rippe. Un des points forts était consacré au désherbage mécanique. Conseiller en production végétale, Antonin Etter a présenté diverses variantes avec une herse étrille et une houe rotative. La manifestation a également abordé d’autres points: diverses variétés de blé, les engrais verts, le profil pédologique et les analyses de sol, ainsi que l’impact des produits phytosanitaires sur l’environnement. Une exposition de machines Claas complétait le tableau.

alt_text

Après une brève mais violente averse, le soleil est revenu sur les parcelles d’essai d’Ersigen.

Contrôle des adventices dans la betterave sucrière

A Humlikon et Bünzen, Andreas Bertschi, du Centre betteravier suisse, a donné des informations sur diverses variétés de betterave et la protection des plantes. La nouvelle variété ALS a éveillé un fort intérêt. Obtenue par sélection classique, elle est tolérante aux herbicides de la classe des sulfonylurées. Les essais ont également montré l’efficacité et la compatibilité de divers herbicides en comparaison directe. A. Bärtschi a expliqué que cette année, le moment de l’application a été particulièrement décisif: dans les régions où les traitements ont été appliqués peu avant les gelées de printemps, les betteraves ont subi en partie des dommages considérables.

alt_text

Les LANDI locales ont à chaque fois veillé au ravitaillement.

alt_text

A La Rippe, Serge Amiguet a expliqué le profil pédologique.

alt_text

Markus Bopp a évoqué les rendements découlant de diverses variantes de fumure et de protection des plantes, dans la culture d’orge d’automne.

Colza et orge d’automne

A Hochfelden, les visiteurs ont obtenu des informations sur les essais de colza et d’orge d’automne du Strickhof et de fenaco. Hanspeter Hug, de Semences UFA, a expliqué les avantages et les inconvénients des onze variétés de colza semées spécialement pour l’essai. Martin Schärer, de fenaco Protection des plantes, a présenté diverses stratégies contre les maladies des plantes, notamment la sclérotiniose. Markus Bopp, du Strickhof, a évoqué les rendements découlant de diverses variantes de fumure et de protection des plantes, dans la culture d’orge d’automne.

alt_text

Répartis en groupes, les visiteurs sont passés de poste en poste à travers les parcelles d’essai.

Le sorgho comme alternative?

A Märstetten, le centre de formation et de vulgarisation d’Arenenberg a présenté son essai «Du sorgho au lieu du maïs?» Cet essai a été motivé par le changement climatique. Il faut s’attendre à une baisse des précipi tations et au rallongement des pé rio des de sécheresse, a expliqué Viktor Dubsky, vulgarisateur en production végétale et professeur à Arenenberg. Le sorgho a un métabolisme semblable à celui du maïs, puisqu’il s’agit d’une plante en C4. Il a besoin de nettement moins d’eau, puisque 400 à 600 mm de précipitations lui suffisent. Mais dans les bonnes années à maïs, son rendement quantitatif n’est pas plus élevé que celui du maïs, a-t-il averti.

alt_text

Thomas Kämpfer expliquant les différences entre les variétés de blé.

Valoriser les prairies

A Ersigen, Mike Bauert, de Semences UFA, a présenté des mélanges de fleurs et de graminées susceptibles d’augmenter la valeur écologique des prairies. A cet effet, Mike Bauert a également donné des astuces pour le semis et l’entretien. Il a également rappelé qu’il ne faut pas oublier de demander une autorisation au service officiel compétent avant de lancer les travaux. Un autre poste était consacré au maïs. Walter von Flüe, du service technique Landor, y a présenté diverses variantes de fumure. Fritz Leuenberger, de Semences UFA, a finalement présenté plusieurs variétés de maïs. 

AuteursRedaction Revue UFA, 8401 Winterthour

PhotosRevue UFA, zvg

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.