category icon

Production végétale

Une histoire d’équilibre

De nombreux espoirs reposent sur les biostimulants et micronutriments pour améliorer la santé des plantes. Mais dans quelle mesure ces derniers peuvent-ils suppléer des substances chimiques de synthèse ? Plusieurs facteurs peuvent influencer leur efficacité, et une bonne stratégie d’application est déterminante.

Pour qu’une plante puisse exprimer tout son potentiel, de nombreux facteurs entrent en compte, tels que le nombre d’heures d’ensoleillement et l’équilib...

Pour qu’une plante puisse exprimer tout son potentiel, de nombreux facteurs entrent en compte, tels que le nombre d’heures d’ensoleillement et l’équilibre hormonal.

(pixabay.com)

Publié le

Conseiller de vente, Landor

Une plante en bonne santé, fertilisée de manière équilibrée et bénéficiant de conditions météorologiques idéales sont les bases d’une récolte de qualité et de bons rendements. Toutefois, il ne faut pas exclure d’autres facteurs difficiles à contrôler qui peuvent jouer un rôle important. Pour prendre des mesures visant à améliorer le rendement d’une culture, il faut considérer les facteurs individuellement, à savoir le sol, la fertilisation, les mi-cro-organismes, les oligo-éléments et les hormones. La santé des plantes dépend de l’ensemble des facteurs.

Azote et lumière

De nombreuses plantes ont besoin d’un certain nombre d’heures d’ensoleillement. Si celui-ci n’est pas suffisant, essayer de compenser avec beaucoup d’azote ne servira à rien ; certes la plante formera une masse foliaire plus importante, mais le rendement sera quant à lui peu affecté. Selon les conditions et la culture, cette masse foliaire trop importante risque d’attirer les pucerons et on se retrouvera alors dans un cercle vicieux. Avec un biostimulant, la plante activera ses propres mécanismes si les cellules sont intactes et correctement alimentées.

Prévenir le stress

Une plante bien fertilisée et pas stressée possède d’extraordinaires mécanismes de défense contre les stress biotiques et abiotiques. En règle générale, il vaut mieux utiliser des stimulants et des nutriments avant l’apparition d’un stress. Les effets synergiques des diverses substances peuvent jouer un rôle décisif. Parfois, ce sont les hormones qui perturbent le développement de la plante. Un apport trop important d’azote durant la phase de maturation (ou une période de sécheresse prolongée) inhibe la production des hormones de maturation, l’acide abscissique et l’éthylène. Les gibbérellines, des hormones de croissance, sont alors produites, ce qui provoque aussi un stress et se répercute négativement sur la qualité de la récolte.

Equilibre hormonal

Les hormones (tableau 1)ont une fonction importante à tous les stades de développement de la plante. Les jasmonates, par exemple, sont des hormones aux fonctions biostimulantes. Ces hormones favorisent la communication de la plante avec son environnement et les autres plantes ; un véritable réseau est alors mis en place. C’est ainsi que la plante produira des substances pour attirer les parasites de ses prédateurs.

Il semblerait que les préparations à base d’algues aient les mêmes propriétés. Mais attention : des applications de biostimulant avec des dosages exagérés peuvent aussi créer un déséquilibre hormonal et donc avoir un effet contraire au but recherché. Il est donc important de suivre les recommandations d’applications de ce type de produits et de s’appuyer sur des conseils avisés.

Mode d’action des extraits d’algues

La part d’hormones dans les algues n’est pas plus élevée que dans les plantes terrestres. Les algues recèlent en revanche 60 différentes formes de sucre. La concentration est particulièrement élevée chez Ascophyllum nodosum. Ces formes de sucre déclenchent des réactions dans la plante, lesquelles ont un effet positif sur les hormones. Le métabolisme des protéines et des acides aminés s’accélère, ce qui favorise la production d’hormones de la plante. On observe particulièrement bien ce phénomène sur les raisins à grappes serrées.

Traitée au bon moment, la panicule s’étire, ce qui permet aux grains de se desserrer un peu et a un effet positif contre le Botrytis. Un produit à base d’algues, tel Hasorgan Profi, est un bon auxiliaire. Par contre, si l’on traite un cépage sensible à la coulure au mauvais moment, celle-ci s’accentuera. Certains biostimulants et micronutriments utilisés pour améliorer la santé des plantes sont commercialisés depuis 30 ans par Landor. Vos conseillers techniques vous aideront à adopter la bonne stratégie avec ce type de produits. 

Agri Quiz: santé intestinale porcine

Agri Quiz: santé intestinale porcine

Testez vos connaissances: Quel est le poste de coûts le plus important dans une entreprise d’élevage porcin ? Ou alors quel facteur a une grande influence sur le prix d’abattage des porcs ?

Vers le quiz
Quiz sur les céréales

Quiz sur les céréales

Testez vos connaissances en participant à l’Agri Quiz de la Revue UFA. Les questions portent sur l’origine du blé, ses caractéristiques ainsi que les pratiques agronomiques en la matière.

Vers le quiz

Articles les plus lues

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous fournissant des informations sur la manière dont le site est utilisé. Pour plus d'informations, consultez notre politique en matière de cookies.

  • Les cookies nécessaires permettent la fonctionnalité de base. Le site ne peut pas travailler correctement sans ces cookies, qui ne peuvent être désactivés qu'en modifiant les paramètres de votre navigateur.