category icon

Production végétale

Utilisation de champignons du sol

Une solution se dessine pour lutter contre le principal ravageur dans la production de pommes de terre. Trois produits permettant de lutter contre le ver fil de fer sont actuellement en phase de test. Ces trois produits se basent sur l’efficacité de champignons entomopathogènes.

Trois semaines après l’application de l’orge traitée, l’attaque sur les vers fil de fer par le champignon entomopathg&#xE...

Trois semaines après l’application de l’orge traitée, l’attaque sur les vers fil de fer par le champignon entomopathgèneMetarhizium brunneum est clairement visible.

Publié le

Actualisé le

Projektleiter «Biologische Schädlingsbekämpfung im Ackerbau und Grasland», Agroscope

Professor für Ackerbau und Pflanzenzüchtung, HAFL

Focus: culture des pommes de terre  Lutte biologique contre le ver fil de fer

En production de pommes de terre, le risque de vers fil de fer est très difficile à prévoir. Leur habitat souterrain les rend pratiquement invisibles et leur développement peut durer de nombreuses années. Ils se cachent souvent durant des mois dans les couches plus profondes du sol et réapparaissent affamés et de manière inattendue. Ils ne sont alors pas difficiles et se nourrissent de racines de graminées, de céréales ou de légumes, de même que d’oignons, de betteraves ou de pommes de terre. Les vers fil de fer disparaissent à nouveau après quelques semaines, aussi vite qu’ils sont apparus, en laissant passer les mauvaises conditions météo ou les interventions superficielles.

Mieux vaut prévenir que guérir

Depuis l’interdiction des insecticides du sol persistants, il n’existe plus de méthode de lutte à la fois simple et efficace contre les vers fil de fer. Les mesures préventives de réduction de ce ravageur gagnent en importance. Les deux mesures les plus importantes sont une rotation adaptée et les interventions ciblées au niveau du travail du sol.

Les vers fil de fer sont les larves du taupin, qui pond ses œufs de préférence dans les herbages. Il faut donc planter les pommes de terre trois ou quatre ans après le labour de la prairie. A la fin de l’été, après les moissons, un travail superficiel peut apporter de bons résultats dans la lutte contre les vers fil de fer. A cette période, les chances sont grandes que les œufs ou les jeunes larves à un stade sensible soient ramenés à la surface et se dessèchent.

alt_text

Le granulé Attracap peut être dosé précisément avec les épandeurs conventionnels lors de la plantation des pommes de terre 

Champignons entomopathogènes

Ces dernières années, plusieurs travaux de recherche se sont penchés sur le recours aux champignons entomopathogènes pour lutter contre les vers fil de fer. Ces champignons sont présents naturellement dans le sol et sont les meilleurs adversaires naturels de ce ravageur. Dans le cadre d’un projet commun de la HAFL et d’Agroscope (encadré), l’utilisation de champignons entomopathogènes constitue un axe de recherche important.

Agroscope mise sur l’efficacité d’une souche isolée en Suisse du champignon Metarhizium brunneum. Le champignon peut être cultivé sur des grains d’orge et semé avec ces derniers au moyen d’un semoir, comme on le fait en production biologique contre les vers blancs. Le semis de cette orge «traitée» juste avant la plantation des pommes de terre n’a jusqu’à maintenant pas donné de résultats probants. On estime que la culture intensive des champs de pommes de terre a freiné le développement du champignon et rendu l’efficacité de la lutte contre les vers fil de fer insuffisante. L’application de cette orge «traitée» en fin d’été ou en automne avant la plantation des pommes de terre, dans un essai semi-naturel et en technique simplifiée s’est par contre avérée être un succès. Quelques semaines seulement après l’application, près de 60% des vers fil de fer avaient succombé au champignon. Agroscope va donc intensifier ses recherches ces prochaines années en réalisant une série d’essais en plein champ, pour améliorer l’efficacité d’un semis d’orge traitée en conditions pratiques. Cette méthode de lutte biologique contre les vers fil de fer devrait être introduite sur le marché dès 2020. Elle bénéficie du soutien financier de la Commission pour la technologie et l’innovation (CTI). L’entreprise Eric Schweizer AG s’est engagée comme partenaire pour sa mise en œuvre.

Duper les vers fil de fer

Dans le cadre d’un projet partiel, la HAFL collabore avec l’Université de Göttingen et l’entreprise Biocare en Allemagne au développement de la méthode «attract & kill». Avec cette méthode de lutte, les vers fil de fer sont attirés par du CO2 émis par des capsules, puis infectés par le champignon Metarhizium brunneumcontenu dans les capsules. Une fois que les capsules ont absorbé l’humidité du sol, le CO2 commence à être libéré (durant plus de cinq semaines) et les spores du champignon se développent. Les capsules peuvent être déposées avec un épandeur à granulés conventionnel sous les pommes de terre lors de la plantation. Dans les essais réalisés dans le cadre du projet, le degré d’efficacité a atteint 40 à 50%.

Ces valeurs sont du même ordre que celles constatées avec les préparations chimiques autorisées en Europe. Le produit commercialisé sous le nom Attracap est autorisé provisoirement depuis le printemps 2017 en Allemagne et en Autriche. Une demande d’autorisation pour Attracap a été déposée en Suisse.

Dans le cadre du projet, la HAFL a testé un autre produit présentant un fonctionnement similaire. Lors de la plantation, le champignon Beauveria bassianaest appliqué sous forme liquide sur le sol. Simultanément, des capsules attirant les vers fil de fer sont disposées en bande avec les pommes de terre. Les degrés d’efficacité atteints dans les essais sont comparables à ceux du produit Attracap. Le produit de la firme BASF dispose pour 2017 d’une autorisation provisoire en Allemagne sous le nom commercial Velifer.

Le développement des vers fil de fer sous terre est un processus qui prend de nombreuses années, ce qui rend la lutte très difficile. La longue durée de développement permet en revanche de lutter à plusieurs reprises et à des moments différents contre la population de vers fil de fer, par une rotation de cultures variée, et de réduire ainsi leur nombre. Les nouveaux produits à base de champignons entomopathogènes sont des outils importants dans la perspective d’une lutte durable et à long terme contre les vers fil de fer.

Projet de recherche

Dans un projet de recherche commun (2015-2017), la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires de Zollikofen (HAFL) et Agroscope travaillent au développement de moyens de lutte efficaces et ménageant l’environnement contre les vers fil de fer dans la culture de pommes de terre. Les axes de recherche portent sur l’essai de diverses matières actives insecticides applicables en traitement des semences pour cultures intercalaires avant pommes de terre ainsi que sur l’utilisation de champignons entomopathogènes. Ce projet est financé par Swisspatat, l’Union suisse des producteurs de pommes de terre (USPPT), l’OFAG et l’entreprise Stähler.

AuteursGiselher Grabenweger, chef du projet «Lutte biologique dans les grandes cultures et les cultures fourragères» au sein du groupe de recherche «Ecologie des organismes nuisibles et utiles», Agroscope, 8046 Zurich, giselher. grabenweger@ agroscope.admin.ch

Andreas Keiser, professeur pour les grandes cultures et les cultures fourragères, Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires HAFL, 3052 Zollikofen, andreas.keiser@bfh.ch

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.