category icon

Technique agricole

Produire du bon fourrage et préserver les insectes

De nombreux insectes périssent au cours de la fauche avec un conditionneur. Une bonne planification et l’utilisation d’engins préservant les insectes permet cependant de les protéger.

La combinaison d’une faucheuse frontale et d’un conditionneur arrière permet d’employer celui-ci seulement lorsque les abeille...

La combinaison d’une faucheuse frontale et d’un conditionneur arrière permet d’employer celui-ci seulement lorsque les abeilles ne volent pas.

Publié le

Lors de la récolte du fourrage destiné aux animaux de rente, celui-ci passe très souvent par un conditionneur qui écrase les plantes fauchées, accélérant ainsi l’évaporation de l’humidité. Cependant, les plantes ne sont pas les seules à être brisées par le conditionneur : les insectes et les petits animaux qui vivent dans les prairies se font eux aussi écraser. Ainsi, deux fois plus de chenilles et de sauterelles sont tuées lorsqu’on utilise un conditionneur. Par ailleurs, sur un hectare de prairie de graminées et de trèfles, le conditionneur peut décimer jusqu’à trois colonies d’abeilles. Que faire pour remédier à ces problèmes ?

La planification fait la moitié du travail

Deux mots d’ordre prévalent en matière de protection des insectes lors de la fauche : planification et technique. Pour la planification, il s’agit de renoncer au conditionneur durant les heures d’intense activité des insectes. Pour ce faire, on peut par exemple compter le nombre d’abeilles (voir encadré).

D’autres mesures s’appliquent pour les chenilles, sauterelles et les petits animaux qui ne peuvent pas voler pour s’enfuir. On peut par exemple faucher du centre vers l’extérieur (pour que les animaux puissent s’échapper), installer des bandes refuges en laissant environ 10 % par coupe ou procéder à une fauche échelonnée des prairies voisines.

Faucheuse à double lame

S’agissant des équipements techniques, seuls les appareils à barre de coupe peuvent toujours être utilisés, quel que soit le moment de la fauche. Une faucheuse papillon à double lame offre une capacité de travail élevée et une bonne adaptation au sol. Une telle machine pèse nettement moins qu’une faucheuse rotative et nécessite beaucoup moins de puissance avec 1,5 kW (2 CV) par mètre de largeur de travail.

Comme cette machine fauche moins rapidement et ne provoque pas d’aspiration, les insectes et les petits animaux peuvent s’échapper plus facilement. Sur le plan agronomique, la coupe « en ciseau » assure un sectionnement propre, permettant aux plantes de mieux se régénérer et de repousser plus rapidement.

La combinaison d’une faucheuse frontale et d’un conditionneur arrière est une bonne option, car elle permet de faucher sans conditionneur en présence de nombreux insectes.

Equipements et réglages

S’agissant des aspects techniques, deux impératifs doivent être suivis pour protéger les insectes. D’une part, le recours à des équipements adéquats (p. ex. dispositif d’effarouchement des insectes, faible surface de contact au sol) et, d’autre part, les réglages. Comme les machines ne disposent pas toutes d’équipements spécifiques ou ne permettent pas tous les réglages, il vaut la peine de considérer les aspects suivants :

Un emploi ciblé du conditionneur ménage les insectes.

Equipements

– Effet de surprise : les insectes cherchant du nectar sont si profondément absorbés par leur tâche qu’ils ne perçoivent ni le bruit ni les vibrations de la machine. Ainsi, un dispositif installé à l’avant de la faucheuse pour alerter les insectes contribue à les protéger.

– Passage : la pression sur le sol se répercute sur les insectes et les petits animaux. Il existe un potentiel d’amélioration au niveau des pneus et avec l’emploi de roues d’appui / rouleaux en contact.

Réglages

– Aspiration : l’aspiration de la faucheuse et du conditionneur entraîne les insectes et petits animaux dans la machine avec le fourrage.

– Vitesse d’avancement : sur les faucheuses rotatives, un nombre de tours et une vitesse élevés occasionnent nettement plus de dégâts. A une vitesse de 10 à 15 km / h, les insectes et petits animaux ont de meilleures chances de s’enfuir.

– Conditionneur : cet appareil écrase l’herbe, mais aussi les insectes et les petits animaux. Il est possible d’y renoncer (p. ex. lors de longues périodes de beau temps ou lorsque les insectes sont très actifs) ou alors, de l’enclencher seulement si nécessaire.

– Hauteur de coupe : une hauteur de coupe d’environ 10 cm augmente les chances de survie des insectes ou animaux qui vivent sur le sol et améliore la qualité du fourrage (moins de souillures) ainsi que les teneurs en énergie et en nutriments.

Les gyrobroyeurs, qui hachent finement le fourrage, font partie des machines provoquant le plus de dégâts chez les insectes et les petits animaux. Il vaut la peine de se demander quand l’utilisation d’un broyeur est judicieuse.

Utilisation ciblée du conditionneur

La protection des insectes dans les cultures fourragères est en plein essor. Il est donc important que les chef·fes d’exploitation « fauchent futé » en réfléchissant à la manière de protéger les insectes et les petits animaux dans leurs prairies.

« Faucher futé », c’est produire du fourrage de bonne qualité tout en réduisant au maximum les pertes d’insectes et de petits animaux. L’utilisation ciblée du conditionneur, la fauche à des périodes de faible activité des abeilles ou encore l’adaptation de la hauteur de coupe ainsi que de la vitesse d’avancement sont autant de mesures pour y parvenir. 

Notre conseil

Mesures pour protéger les abeilles

– Utiliser le conditionneur uniquement lorsqu’on observe moins d’une abeille par mètre carré.

– A partir d’une abeille par m 2 : renoncer au conditionneur (il est possible d’utiliser la faucheuse rotative).

– Plus de deux abeilles par m 2 (soit plus de 20 000 abeilles / ha !) : faucher uniquement à l’aide d’appareils à barre de coupe.

– Avec une faucheuse équipée d’un conditionneur : faucher avant 7 h ou après 18 h (l’activité des abeilles est alors en principe réduite).

Plus d'infos sous  https://schlaumaehen.ch/fr/   

Activité de loisir

Activité de loisir

Au printemps, les activités de loisirs en plein air reprennent. Testez vos connaissances sur le droit d'accès libre, le droit foncier, les questions de responsabilité ou les offres et événements agrotouristiques à la ferme en participant au quiz agricole de la Revue UFA.

Vers le quiz
Quiz Agri: Le lisier - Un engrais de haute valeur

Quiz Agri: Le lisier - Un engrais de haute valeur

Testez vos connaissances en participant à l’Agri Quiz de la Revue UFA. Pourquoi est-il obligatoire de stocker le lisier en hiver ? Quel système d’épandage réduit le plus les pertes d’ammoniac ? 

Vers le quiz

Articles les plus lues

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous fournissant des informations sur la manière dont le site est utilisé. Pour plus d'informations, consultez notre politique en matière de cookies.

  • Les cookies nécessaires permettent la fonctionnalité de base. Le site ne peut pas travailler correctement sans ces cookies, qui ne peuvent être désactivés qu'en modifiant les paramètres de votre navigateur.