category icon

Technique agricole

La motofaucheuse avec système de direction actif

La mécanisation utilisée en zone de montagne est très spécifique. Sur les motofaucheuses, les équipements destinés à améliorer le confort et la sécurité s’avèrent également utiles lors d’un emploi en région de plaine. Sur la série Reform Motech RM, la direction et les commandes sont particulièrement agréables.

Un peigne de 3 m de largeur équipe cette motofaucheuse dotée d’un moteur deux cylindres.

Un peigne de 3 m de largeur équipe cette motofaucheuse dotée d’un moteur deux cylindres. La commande DualDrive permet de gérer le sens de marche d’une main et la vitesse d’avancement de l’autre.

(Jean-Pierre Burri)

Publié le

Actualisé le

Rédacteur, Revue UFA

Le canton des Grisons est réputé pour ses magnifiques paysages propices au tourisme estival et hivernal. La commune de Breil / Brigels n’y fait pas exception. Pour l’agriculture, et principalement la production laitière, les équipements doivent être spécialement adaptés à la zone de montagne. Sur son exploitation, Alfred Cathomas utilise une motofaucheuse Reform, modèle Motech RM 22.23.

Moteur et entraînement

La Reform Motech RM 22.23 est équipée d’un moteur Briggs & Stratton à essence à quatre temps de deux cylindres et développant 23 CV. Grâce au carter de l’hydrostat qui est l’élément porteur de la machine situé en position centrale et dans lequel l’essieu est intégré, le monoaxe est bien équilibré pour fonctionner avec des outils lourds et dans les pentes. La transmission est réalisée par une pompe qui envoie l’huile dans un moteur hydraulique monté directement sur chaque roue, assurant un entraînement continu.

La transmission hydrostatique permet le réglage de l’outil avant à un régime de travail optimal et indépendant de la vitesse d’avancement. Ce monoaxe est équipé de série d’un embrayage électromagnétique. Utilisés fréquemment en montagne, les modèles RM sont équipés d’un système de lubrification par barbotage, d’une pompe à essence et d’un filtre à air sec ainsi que d’un démarreur électrique.

Direction

La motofaucheuse Reform RM 22.23 peut être conduite directement par le biais du guidon ou par leviers, en sélectionnant un commutateur. Dans les deux modes, le changement de direction est produit par la modification de la répartition de la quantité d’huile de la pompe hydraulique vers les moteurs des roues. Le guidon réglable en hauteur et latéralement peut être tourné de 180 degrés. « J’utilise uniquement la direction sur les poignées qui est beaucoup plus sûre dans nos terrains en pente. Et sur ma nouvelle faucheuse, les vibrations sont désormais nettement moins marquées que sur les anciennes machines. J’apprécie également la fonction Zero-Turn qui permet de faire demi-tour sur place avec le sens opposé », explique Alfred Cales roues qui tournent chacune dans thomas lors du test pratique effectué sur le terrain.

Commande

Cette nouvelle faucheuse est disponible chez Rapid avec une commande de l’avancement à poignée tournante et chez Reform avec le système Dual-Drive. « J’ai choisi la commande Dual-Drive. Je gère le sens de marche avec une molette crantée sur le manchon gauche, soit la marche avant, arrière ou la position neutre et la vitesse d’avancement précédente reste en mémoire. Sur le manchon droit, je règle la vitesse d’avancement à l’aide d’une molette. Le bouton servant à actionner la prise de force est aussi situé sur ce manchon », poursuit Alfred Cathomas.

Ce monoaxe équipé d’un système de chenilles fixées sur le pneu et munies de pointes est principalement utilisé pour la fauche et dans les très fortes pentes pour pousser le fourrage vers le bas. Alfred Cathomas est aussi équipé d’un porte-outils Mounty 100 et d’un Muli avec une autochargeuse PrimAlpin. Il aime travailler avec ses machines Reform et apprécie le service assuré par la marque et son conseiller régional. 

« Je n’utilise qu’une seule faucheuse pour toute l’exploitation »

La commune de Breil / Brigels dans la région de Surselva dans les Grisons est située à 1300 m d’altitude et regroupe cinq villages. Le trajet depuis Coire avec la ligne des chemins de fer rhétique passant par des gorges impressionnantes vaut déjà le détour.

Il y a 22 ans, Alfred Cathomas a construit une ferme en bordure du village de Breil / Brigels. Il a été le premier agriculteur du village à opter pour la production biologique. Actuellement, tous les agriculteurs du village produisent sous le label bio. Aux yeux d’Alfred Cathomas, outre les valeurs éthiques et humaines, dans le domaine professionnel et dans la vie sociale, l’unité revêt une grande importance. Il y a plus de cinquante ans, la société d’alpage et de laiterie a investi et œuvré en faveur du développement local en construisant un pipeline depuis l’alpage, pour acheminer le lait vers la fromagerie du village. Actuellement, un jeune fromager loue les installations appartenant à la société et produit du fromage bio de montagne des Grisons ( Bündner Bio Bergkäse ). Le petit lait sert à engraisser des porcs dans la porcherie de la société louée par quatre agriculteurs dont Alfred Cathomas.

Située en zone de montagne 3, l’exploitation d’Alfred Cathomas est constituée de parcelles souvent en forte pente. Cela fait désormais plus de vingt ans qu’Alfred Cathomas utilise des machines du constructeur autrichien Reform. Sur son exploitation, l’ensemble de la surface de foin et regain pour les 43 UGBFG est fauchée avec une motofaucheuse. Cette année, il a changé son ancienne machine pour la nouvelle Reform Motech RM 22.23. « Avec la barre de coupe de 3 m, je peux faucher toutes les pentes et également les terrains plats. Je n’ai donc besoin que d’une seule faucheuse pour toute l’exploitation », explique Alfred Cathomas lors de la visite de la Revue UFA sur sa ferme, d’où l’on dispose d’une vue imprenable sur la vallée en direction de Disentis / Mustér. « La seule chose que je souhaiterais encore, c’est que la machine puisse avancer plus vite sur les terrains plats », poursuit Alfred Cathomas.

Sur l’exploitation, le travail ne manque pas entre le bétail laitier et la nouvelle installation pour les 2000 poules pondeuses dont la moitié sont de race blanche et l’autre moitié de race brune. La famille Cathomas se réjouit ainsi du retour sur le domaine de leur fils Toni qui vient de terminer son apprentissage agricole.

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.