category icon

fenaco-LANDI

Les chauffeurs Anicom à la première place

Sur mandat du commerce de détail et des prestataires de label, la Protection suisse des animaux (PSA) réalise chaque année quelque 250 contrôles de transports d’animaux pour s’assurer de la qualité de ces transports. Sur la base des résultats obtenus, la PSA établit un classement en fin d’année. L’an dernier, la première place est revenue à Anicom.

Anicom mise sur des chauffeurs bien formés et expérimentés dans la manu


tention des animaux.

Anicom mise sur des chauffeurs bien formés et expérimentés dans la manu tention des animaux.

Publié le

Actualisé le

Classement de la Protection suisse des animaux concernant les transports d’animaux

Les transports d’animaux sont un sujet sensible. Ainsi, la façon de traiter les animaux et le bon déroulement du chargement et du transport ont une importance prépondérante. La PSA procède à des contrôles pour vérifier que les prescriptions légales sont respectées. Elle distingue deux types de contrôles: les contrôles d’accompagnement et les contrôles de réception. Les contrôles de réception se déroulent exclusivement à l’endroit où le déchargement a lieu, alors que dans le cas des contrôles d’accompagnement, le contrôleur de la PSA étend son suivi à l’ensemble du trajet. Ces deux types de contrôles s’effectuent à l’improviste.

Qu’est ce qui est contrôlé ?

Les contrôles s’effectuent à l’aide de check-lists élaborées par la PSA et basées sur les prescriptions légales, voire sur des prescriptions plus restrictives. Le contrôle prend en compte la manière dont les animaux sont traités, le respect des densités d’occupation, l’aménagement des installations de chargement et des compartiments de transport, l’exhaustivité des documents ainsi que le respect des temps de transport et le mode de conduite du chauffeur.

Les manquements se soldent par des points négatifs. Un document d’accompagnement incomplet est par exemple considéré comme un manquement léger et sanctionné par un point négatif. Un camion surchargé ou un traitement peu respectueux des animaux est par contre considéré comme un manquement grave ou très grave, sanctionné par 5 à 15 points. Plus le nombre de points est élevé, plus le résultat enregistré par le transporteur est mauvais. Pour l’entreprise de transport, les résultats du contrôle peuvent se traduire par des sanctions financières représentant un montant à quatre chiffres. Les manquements les plus fréquents sont les effectifs en surcharge, la manutention inappropriée des animaux ou des couloirs d’acheminement inadéquats. Durant le contrôle, le chauffeur ne reçoit aucun feed-back concernant les résultats, qui lui seront communiqués seulement après que le contrôle aura été entièrement traité. En fin d’année, la PSA établit un classement selon les points négatifs des entreprises de transport. Avec une moyenne de trois points négatifs, Anicom a été classé meilleur transporteur de Suisse en 2017. Ce résultat nettement supérieur à la moyenne, qui est de six points négatifs, s’explique par le professionnalisme des chauffeurs.

Bonne formation et expérience

Anicom est exigeant envers ses chauffeurs, la qualité des transports dépendant du chauffeur et de sa façon de travailler. Le lien avec l’agriculture et l’expérience dans la manutention des animaux sont des critères incontournables pour être engagé. L’accompagnement par des chauffeurs au bénéfice d’une longue expérience est un élément central de la formation. Tous les chauffeurs suivent régulièrement des formations continues. Des séances internes sont par ailleurs organisées deux fois par an.

« Anicom est fier des bons résultats obtenus et continuera à investir dans la formation des chauffeurs afin de pouvoir maintenir les standards élevés atteints dans le domaine sensible du transport d’animaux », explique Christian Probst, responsable de la logistique et membre de la Direction d’Anicom. « En respectant les standards les plus élevés au monde en matière de transports d’animaux, nous sommes convaincus de créer un critère de différenciation et par conséquent un argument de vente en faveur de la viande suisse », précise-t-il. 

Auteur   Stefan Schwab, président de la Direction, responsable des achats, Anicom SA, 3052 Zollikofen

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.