category icon

fenaco-LANDI

Renforcer le rôle des femmes

Dans de nombreuses branches d’activité et plus particulièrement dans les fonctions de cadre ou de direction, les femmes sont encore nettement sous-représentées. L’agriculture, et donc le groupe fenaco-LANDI, ne font pas exception. Cette situation s’explique par les structures traditionnelles propres à la branche, mais aussi par l’engagement plutôt discret des femmes. Souvent, elles jouent pourtant un rôle incontournable.

Les femmes occupent souvent des fonctions importantes au sein des entreprises agricoles. 

Les femmes occupent souvent des fonctions importantes au sein des entreprises agricoles. 

Publié le

Actualisé le

ehemalige Mitarbeiterin UK fenaco

Encourager les femmes cadres

Aujourd’hui, dans les exploitations agricoles, les femmes sont bien davantage que de de nombreuses responsabilités en s’occupant notamment des finances, en dirigeant des branches d’exploitation entières et en accomplissant des tâches importantes. Les femmes travaillent aussi souvent en dehors de l’exploitation, pour compléter le revenu familial. Bref, elles exercent peu à peu des tâches précédemment considérées comme la «chasse gardée des hommes». Leur rôle est toutefois perçu différemment par la société, si bien que l’impression et la réalité ne concordent pas toujours. C’est simples auxiliaires. Elles assument une des raisons pour lesquelles les femmes hésitent à exercer des fonctions dirigeantes dans les LANDI ou dans les exploitations.

Peu de présidentes de LANDI

Exprimés en chiffres, les postes de présidente de Conseil d’administration de LANDI et de gérante de LANDI sont occupés par 5, respectivement 18 femmes seulement (situation décembre 2016). A la même date, 167 hommes occupaient la présidence d’une LANDI et 153 la gérance. Geneviève Gassmann, membre de la Direction de fenaco société coopérative et cheffe de la région Suisse romande, explique cet écart important de la manière suivante: «Les femmes doutent trop souvent de leurs capacités. Nous devons approcher activement les paysannes et les agricultrices pour leur faire prendre conscience de leurs qualités et de leur potentiel.» Geneviève Gassmann ajoute encore que les LANDI, l’agriculture ainsi que les entreprises du secteur agro et de l’industrie alimentaire ont longtemps été la «chasse gardée des hommes», à tous les niveaux hiérarchiques. A ses yeux, c’est regrettable: les femmes sont en effet souvent amenées à prendre d’importantes décisions d’achat et elles sont aussi en contact direct avec les consommateurs. Augmenter la proportion de femmes occupant des postes dirigeants et susciter un changement de mode de pensée, également chez les femmes, nécessite donc un certain temps.

Les jeunes femmes disposent d’une solide formation

Le nombre de professionnels de sexe féminin a tendance à augmenter, du moins en ce qui concerne la relève agricole. Ainsi la formation « agro-commerçant ES » dispensée au centre de formation Feusi est suivie par près de 40% de femmes, avec une légère tendance à la hausse ces dernières années.

Au centre de formation Inforama, la proportion de femmes accomplissant une formation de base dans les métiers agricoles est considérée comme constante au cours des quelque sept dernières années. Dans les formations supérieures, la proportion d’agro-techniciennes ES augmente: d’environ 5 % à la création de cette formation, elle est passée à 20% aujourd’hui. Dans les cursus menant au brevet de paysanne et de spécialiste de la filière équine, les femmes sont plus nombreuses que les hommes, avec un pourcentage oscillant entre 50 et 100 %.

Au Strickhof, la proportion de femmes suivant une formation de base en agriculture est de 20%. Cette proportion s’élève à 10% pour les formations supérieures.

A Grangeneuve, l’Institut agricole du canton de Fribourg, la part de femmes s’est élevée à 26 % pour les cursus de formation 2017. Ce chiffre est en légère hausse par rapport aux trois années précédentes: en 2014, la part de femmes était de 19 %.

Privilégier les équipes mixtes

fenaco société coopérative s’est fixé pour objectif de miser davantage sur des équipes mixtes et ce à tous les niveaux hiérarchiques, en sensibilisant les décideurs et les membres des Conseils d’administration des LANDI à cette question. «De nombreuses études démontrent que les équipes mixtes, que ce soit au niveau des équipes de travail ou des Conseils d’administration, améliorent l’efficience des entreprises», explique Geneviève Gassmann. Le sexe et l’âge des personnes sont également des composantes importantes pour la mixité au sein des entreprises.

Egalité salariale

Au 31 décembre 2016, 45 % des postes chez fenaco étaient occupés par des femmes (38% des cadres et 7% des cadres supérieurs). La tendance est à la hausse. Les changements sont également visibles au niveau des échelons de conduite supérieurs du groupe : première femme nommée à la Direction de fenaco, Geneviève Gassmann occupe son poste depuis 2015 ; Karin Per-raudin-Bertholet est quant à elle membre du Conseil d’administration de fenaco depuis 2016. « Pour Martin Keller, président de la Direction de fenaco, la promotion des femmes est un élément important de la politique du personnel de l’entreprise. L’objectif n’est pas de fixer des quotas mais d’engager davantage de femmes à qualifications égales », explique Christian Widmann, responsable des ressources humaines chez fenaco. fenaco entend encore développer cette approche et amener davantage de femmes aux positions dirigeantes. Par ailleurs, l’entreprise a franchi une étape importante dans sa politique du personnel, appliquant désormais le principe à travail égal, salaire égal. « Nous avons à cet effet poursuivi un dialogue sur l’égalité des salaires avec les syndicats et nous avons réalisé cet objectif à la fin 2016. Nous en sommes fiers. »

Que peut-on entreprendre?

« Les femmes devraient être encore plus conscientes des capacités qui sont les leurs et être fières de ce qu’elles ont réalisé au cours de leur carrière professionnelle. Trop souvent, les femmes craignent malheureusement encore de ne pas être à la hauteur. Lorsque c’est le cas, l’entreprise se doit de les soutenir et de les motiver », estime Geneviève Gassmann en rappelant qu’« avoir de l’ambition est bien une qualité ». Les femmes devraient se fixer ellesmêmes les objectifs qu’elles souhaitent atteindre et définir les moyens nécessaires pour y parvenir. De l’avis de la cheffe de la région Suisse romande, même s’il n’est pas exclu que cela suscite des réactions inhabituelles de la part de proches, toutes les femmes ont intérêt à évoluer sur le plan professionnel. Geneviève Gassmann donne le conseil suivant aux femmes (et aux hommes) qui souhaitent accéder à une fonction dirigeante : «Travaillez dur, for-mez-vous et n’hésitez pas à demander de l’aide lorsque vous en avez besoin pour atteindre votre objectif personnel .» 

Auteure   Sarah Sinn, Communication d’entreprise fenaco 8401 Winterthour

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.