category icon

Gestion

Déconnecter: bon pour l’exploitation et la santé

La charge de travail élevée et la forte pression économique peuvent devenir une charge pour les agricultrices et les agriculteurs qui y sont confrontés. Il est d’autant plus important de reprendre des forces. Mais que faire quand l’exploitation doit continuer à tourner alors que le chef d’exploitation est en vacances?

Pour les chef(fe)s d’exploitation, il est très important de se détendre et de prendre du recul.

Pour les chef(fe)s d’exploitation, il est très important de se détendre et de prendre du recul.

Publié le

Actualisé le

Responsable de la communication, mooh société coopérative

Vacances et santé

Se détendre, admirer le coucher du soleil sur la mer ou effectuer une marche de plusieurs jours. Ce qui peut sembler tout à fait normal pour les personnes salariées reste souvent une exception pour les chefs d’exploitation agricoles. Il peut s’ensuivre des problèmes de santé ayant des conséquences graves.

La santé est indispensable à une bonne qualité de vie. Le progrès technique contribue à réduire la charge corporelle. La pression psychique a par contre tendance à augmenter, à cause de la charge administrative importante, ou parfois, en raison d’angoisses existentielles. Le stress augmente et les agricultrices et les agriculteurs sont toujours plus fréquemment confrontés à des problèmes de burn-out. Mais que faire pour éviter que ce soit le cas? Des périodes de repos et une détection précoce des symptômes peuvent contribuer à pallier ces problèmes.

«Je peux compter sur un auxiliaire très fiable. Grâce à lui, je peux vraiment me reposer pendant les vacances.»

Beat Bachmann, agriculteur

Prévention

Selon le rapport agricole 2013, dans le secteur agricole, le temps de travail est nettement supérieur à celui des autres branches économiques. Plusieurs études scientifiques démontrent qu’il existe un lien indéniable entre burn-out, charge de travail et manque de temps. L’épuisement émotionnel est étroitement lié à la quantité de travail à accomplir. Les travailleurs soumis à un emploi du temps chargé ont plus de risques d’être victimes d’un burn-out. Dans la brochure de l’ifa (institut de médecine du travail) sur le burn-out, l’experte Simone Albrecht explique que les symptômes avertisseurs tels une dépense extrême d’énergie et l’épuisement sont des indices avant-coureurs du burn-out.

Les personnes qui souffrent d’hyperactivité, qui ont le sentiment d’être irremplaçables, de n’avoir jamais suffisamment de temps, qui ne tiennent pas compte de leurs besoins, qui répriment leurs échecs et leurs déceptions ou qui ne peuvent pas arrêter de travailler, qui manquent d’énergie et qui dorment mal peuvent potentiellement souffrir d’un burn-out. Le burnout et le stress sont des phénomènes qui surviennent fréquemment simultanément. Bien que le stress ne génère pas à lui seul un burn-out, ces deux phénomènes sont souvent étroitement liés. Cornel Rimle, conseiller spécialisé, recommande aux personnes souffrant de problèmes de stress de partir en vacances et de prendre congé à intervalles réguliers (lire également Revue UFA 3/16).

alt_text

Que les vacances se déroulent à la mer ou à la montagne n’a pas d’importance. Ce qui prime, c’est d’avoir du temps pour soi et sa famille.

Travail, famille et temps libre

Sur une exploitation agricole familiale, la vie de famille et la vie professionnelle sont fréquemment étroitement liées. Le ou la partenaire collabore souvent et il arrive que l’exploitation devienne le centre de tout. Il est alors difficile d’accorder suffisamment de place à la relation de couple et à la vie de famille. Les conseils suivants peuvent contribuer à trouver un équilibre entre travail, famille et temps libre (fiche tech- nique «Relations et qualité de vie», Agridea, 2014; non exhaustif): 

  • Prendre du temps pour soi, tenir compte de ses propres besoins. 

  • Prendre du temps pour son ou sa partenaire, organiser des soirées, des week-ends et des vacances. 

  • Réserver des soirées et du temps libre dans le programme hebdoma- daire, à des moments fixes. 

  • Réaliser les travaux nécessaires de manière rationnelle et moins stres- sante grâce à des formations et des formations continues.

Prendre du recul

Associé à un emploi du temps très chargé, le travail quotidien à accom- plir sur l’exploitation peut «aveugler» le chef d’exploitation, qui ne fait alors plus qu’accomplir la masse de travail auquelle il est confronté et n’a plus le temps de réfléchir à l’évolution possible ou aux objectifs stratégiques de l’exploitation. Le temps nécessaire à cet effet fait tout simplement défaut. Des périodes de pause, qu’il s’agisse de jours de congé isolés ou de vacances, aident les chefs d’exploitation à prendre du recul. Ces pauses permettent de sortir de la routine quotidienne. Il arrive alors que le chef d’exploitation considère différemment son exploitation et revoit sa manière de faire.

Après des vacances, les personnes concernées sont nettement plus satisfaites, en meilleure santé et se sentent mieux, comme l’explique le Dr Christine Syrek, du département pour la psychologie du travail, de l’entreprise et de l’organisation de l’Université de Trier, dans une interview accordée au quotidien suisse Tagesanzeiger. Les personnes qui reviennent de vacances sont également plus créatives, plus flexibles mentalement, plus prêtes à aider et plus performantes.

Organisation des vacances

Pour pouvoir vraiment se couper de l’exploitation pendant les vacances, il faut que cette dernière continue à fonctionner de manière irréprochable. L’organisation du remplacement est donc un élément essentiel. Dans les grandes exploitations comptant de nombreux employés, cela s’avère plus facile à réaliser. C’est aussi le cas lorsque des membres de la famille ou des amis peuvent se charger des travaux en cas d’absence du chef d’exploitation.

Les exploitations qui ne disposent pas de telles possibilités doivent s’adresser à un service de dépannage agricole. Ces services sont parfois rattachés aux chambres d’agriculture cantonales ou à des cercles de machines. Le site Internet de l’Union suisse des paysans fournit un aperçu des différents organismes de contact (www.sbv-usp.ch Services vousavez besoin d’aide?).Engager un auxi liaire supplémentaire engendrera des coûts, ce dont il faut tenir compte au moment d’établir un budget pour les vacances.

Le bon dépanneur agricole

La LANDI Sursee aide également les agriculteurs à trouver des dépanneurs. «Le service de dépannage agricole est une prestation en faveur de nos clients et de nos membres. Nous faisons office d’organisme de placement», explique Franz Vogel, responsable du service de dépannage agricole à la LANDI. Selon lui, les prestations du service de dépannage sont surtout demandées en cas d’accident ou de maladie. Dans un tiers des cas, il s’agit toutefois de demandes de remplacement pour des vacances. «Il est très important pour moi de connaître nos clients et les dépanneurs qui entrent en ligne de compte», explique Franz Vogel. «Un agriculteur ne laisse en effet pas sa ferme à n’importe qui.» Beat Bachmann, agriculteur à Hildisrieden, s’est adressé au service de dépannage pour la première fois il y a quelques années, pour partir en vacances. Depuis, il se fait chaque année remplacer par le même dépanneur lorsqu’il part en vacances pour deux semaines, en automne.

La famille Bachmann prend deux semaines de vacances par an. «Pendant les vacances, j’ai vraiment du temps pour ma famille», explique l’agriculteur. «Pendant l’année, travaillant seul sur l’exploitation, je n’ai pas beaucoup de temps et je ne peux pas prendre congé à intervalles réguliers». Après avoir pris des vacances, Beat Bachmann explique qu’il se sent plus énergique dans son travail. Les vacances lui permettent donc de recharger ses batteries, pour autant qu’il puisse laisser l’exploitation à une personne de confiance. Son exploitation très diversifiée avec bétail laitier, chevaux en pension et 70 truies mères pour l’élevage nécessite une personne expérimentée. «L’exploitation continue à tourner, que je sois là ou non», explique Beat Bachmann. Il se réjouit déjà de ses futures vacances d’automne avec sa femme et leurs trois enfants. 

AuteureGabriela Küng, Revue UFA, 8401 Winterthour

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Commander ici

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.