Gestion

Des projets qui recèlent un potentiel élevé pour toute une région

Chaque projet de développement régional (PDR) commence par une esquisse de projet suivie d’une étude préliminaire. Il vaut la peine d’y consacrer assez de temps et de ne pas trop embellir les choses. En effet, ce qui demeure inexpliqué au cours de la phase initiale devra faire l’objet d’un rattrapage ultérieur.

Vue sur le Pays-d’Enhaut

Vue sur le Pays-d’Enhaut. Un PDR est actuellement en cours dans cette région du canton de Vaud. Outre les alpages et les exploitations agricoles, des entreprises de transformation, le tourisme et le canton y participent également.

(Parc naturel régional Gruyère Pays-d’Enhaut)

Publié le

Actualisé le

Flury&Giuliani GmbH

Économiste agricole, Flury&Giuliani GmbH

L’esquisse de projet est l’étape la plus simple d’un projet de développement régional. Conseiller et coach du projet PDR Pays-d’Enhaut Authentique, dans le canton de Vaud, Alexandre Repetti décrit la première étape d’un PDR : « Il s’agit de mettre toutes les idées sur la table. Chacun peut y participer. » Sa description reflète un élément important du concept spécifique aux PDR : le dépôt et l’examen de l’esquisse doivent pouvoir être réalisés le plus facilement possible. Les exigences envers le contenu de l’esquisse de projet sont restreintes. Mais c’est voulu : les initiateurs ont ainsi l’opportunité d’approfondir des idées innovantes.

L’évaluation intermédiaire des PDR réalisée en 2017 sur mandat de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) confirme cette large accessibilité. Plus de 80 % des esquisses de projet soumises à l’OFAG ont été approuvées. Les initiateurs de projets régionaux dont l’esquisse a été approuvée reçoivent une contribution à l’encadrement (coaching) qui leur permettra de bénéficier d’un appui technique pour l’étude préliminaire.

Appui à un stade précoce

Malgré les exigences restreintes évoquées plus haut, il est important de consacrer assez de temps à l’esquisse de projet. Tout en veillant à préserver un maximum d’ouverture pour les phases ultérieures du processus, il convient d’identifier assez tôt les idées qui sont susceptibles de receler un potentiel économique ou justement celles qui n’en ont pas ou pour lesquelles des doutes sont permis.

Dans certains cas, au cours de cette phase, les initiateurs peuvent déjà avoir intérêt à rechercher un premier appui, que ce soit de la part de la vulgarisation agricole, des services PDR existants dans plusieurs cantons ou d’un coach bien informé des processus liés aux projets PDR. Les parcs naturels, comme dans le cas du projet Pays-d’Enhaut Authentique, et d’autres institutions régionales peuvent aussi être approchés.

Esquisse de projet et étude préliminaire

Le lancement d’un projet de développement régional (PDR) est le fruit d’une idée innovante et créative à l’intersection entre la production agricole et sa mise en valeur en tant que produit ou service. Plus les éléments suivants seront définis tôt et précisément, meilleur sera le résultat : 

  • le résultat commercial attendu 
  • qui veut et peut faire quoi (prestations et ressources) 
  • déroulement du processus jusqu’au succès sur le marché

Ces points-clés devraient déjà être inclus dans l’esquisse de projet. Si l’Office fédéral de l’agriculture juge que l’idée à la base du projet mérite d’être étudiée de manière plus approfondie, les initiateurs bénéficient d’une aide au démarrage maximale de 20 000 francs ou représentant au maximum 50 % des coûts de l’étude préliminaire.

La phase d’étude préliminaire sert à analyser l’environnement, à préciser le concept et le modèle commercial, à réaliser une analyse de marché et de concurrence et à procéder aux premières clarifications économiques et techniques. Ces clarifications doivent permettre de déterminer si le projet envisagé offre un potentiel de valeur ajoutée suffisant et s’il correspond aux objectifs écologiques, sociaux et culturels définis.

Informations supplémentaires

Evaluation intermédiaire, guide pour la planification et directives concernant les PDR sous www.ofag.admin.ch  Instruments Développement rural  PDR

Des opportunités à saisir

L’étude préliminaire est plus exigeante que l’esquisse de projet. Il s’agit de concrétiser les idées, de prendre en compte des nouveaux concepts et de définir les projets qui doivent être poursuivis et ceux qui seront abandonnés. C’est au cours de cette phase que l’on s’aperçoit que les projets PDR sont complexes. Cette complexité résulte surtout de la nécessité de collaborer avec des branches hors agriculture et d’augmenter la valeur ajoutée pour l’ensemble des branches de l’économie. Selon Alexandre Repetti, toutes les personnes intéressées doivent être prêtes, dès le début, à se lancer dans un processus lourd et à y contribuer personnellement.

fromage d’alpage

Le fromage d’alpage L’Etivaz, la tomme Fleurette, le miel, le sirop, le lard, les saucisses, la viande séchée, etc. : le PDR « Pays-d’Enhaut, Produits Authentiques » englobe plusieurs entreprises actives dans le domaine de la production et de la transformation ainsi que le tourisme du Pays-d’Enhaut.

(Alexandre Repetti)

Les PDR sont une opportunité pour l’agriculture, pour toutes les branches de l’économie et pour la région. En tant que projets communautaires englobant de nombreux intérêts, ils ne sont toutefois pas planifiables à l’avance, et l’étude préliminaire ne peut généralement pas être réalisée selon un calendrier fixe. Le contenu du projet évolue continuellement, principalement à cause des nouvelles idées qui se greffent au fur et à mesure. La concrétisation du projet et le regroupement des sous-projets supposent donc un solide engagement de la part des différents acteurs et la volonté de poursuivre le processus de manière ciblée. Il s’agit d’une condition essentielle pour que les bases décisionnelles puissent être consolidées et pour poser les jalons nécessaires à la mise en œuvre ciblée du projet.

Instruments PDR : soutenir le développement régional

Les projets de développement régional (PDR) sont un instrument de soutien relativement nouveau en politique agricole. Cet instrument sert à accroître la contribution de l’agriculture au développement rural et à consolider l’ensemble des maillons de la chaîne de valeur ajoutée allant du producteur au consommateur, en passant par la transformation, le commerce, la restauration et le tourisme.

Du producteur au consommateur

Les PDR servent à soutenir les efforts commerciaux du secteur agricole. Ils s’étendent à l’ensemble de la valeur ajoutée, du producteur au consommateur. Cela nécessite d’intégrer d’autres acteurs, qu’il s’agisse d’entreprises transformant des produits agricoles ou actives dans les domaines de la restauration et du tourisme.

Les PDR sont souvent complexes. Ils doivent permettre d’intégrer des exploitations agricoles très différentes et plusieurs sous-projets. Cette complexité recèle également un potentiel élevé. L’agriculture peut ainsi s’intégrer avec succès aux « avant-postes » dans des projets réussis et commercialiser de manière autonome ses produits et ses prestations jusqu’au consommateur final. Les projets PDR répondent ainsi aussi aux exigences de la société, qui souhaite disposer de denrées produites et transformées dans la région.

Projet en quatre étapes

Un PDR s’accompagne d’un processus qui se déroule en quatre étapes, pour permettre la mise en place structurée du projet global et des projets partiels avec leurs réseaux ainsi que des porteurs de projet :  1. Un groupe de personnes intéressées ayant une idée de projet peut déposer une esquisse de projet auprès de l’OFAG et demander à bénéficier d’une aide pour une étude préliminaire. Le processus débute avec cette étape.  2. Dans le cadre de l’étude préliminaire, les porteurs du projet élaborent les bases nécessaires pour la future planification détaillée du projet. Il est important de vérifier et de préciser le concept commercial en se basant sur une analyse du contexte.  3. Au cours de l’étape de documentation, l’ensemble du projet et de ses sous-projets est planifié de manière détaillée. C’est aussi au cours de cette étape que sont planifiés les bâtiments et les installations à construire, et les businessplans pour l’ensemble des sous-projets sont établis et analysés de manière critique.  4. L’étape de réalisation commence une fois que la phase de projet est terminée et peut durer entre quatre et six ans. Considérée comme une phase start-up, cette étape continue à bénéficier d’un suivi et d’un appui.

Réalités commerciales

L’analyse de l’environnement, le développement de businessplans succints, l’ancrage régional du projet, le choix des porteurs de projet et la clarification du financement de la phase de réalisation sont des éléments centraux de l’étude préliminaire. Pour éviter que le projet soit plombé dès le départ par des problèmes de rentabilité, il faut se préoccuper assez rapidement des opportunités commerciales et de la compétitivité des produits et des prestations que l’on envisage de proposer.

L’évaluation intermédiaire de l’OFAG montre que les projets sont prioritairement axés sur la production et qu’une orientation commerciale claire fait souvent défaut. Par conséquent, plusieurs projets ont mis beaucoup de temps pour s’imposer sur le marché, alors que d’autres n’ont pas permis d’atteindre tous les objectifs escomptés.

Appui de la Confédération

L’évaluation intermédiaire des PDR montre que la définition et la mise en place des porteurs de projet prennent du temps. L’étude préliminaire dure en moyenne deux ans, voire beaucoup plus longtemps. Les PDR n’impliquent pas seulement un énorme investissement personnel et temporel : le coaching et le suivi technique sont eux aussi complexes. Il peut donc arriver qu’une étude intermédiaire coûte entre 60 000 et 100 000 francs. La Confédération prend une partie de ces coûts à sa charge, en octroyant une contribution pour le coaching. Certains cantons soutiennent aussi financièrement l’étude préliminaire ou mettent à disposition des ressources en personnel. Le solde des coûts doit être assuré par les parties prenantes.

Un travail qui en vaut la peine

Bien qu’ils impliquent un travail et des investissements importants ainsi que des processus complexes, les PDR en valent la peine. L’expérience démontre que l’impact de nombreux projets PDR dépasse le seul secteur agricole et que leurs retombées sont déterminantes pour l’économie régionale. Les processus liés aux PDR ont aussi un impact « interne » bénéfique : ils favorisent une meilleure compréhension entre les parties prenantes et consolident les réseaux qui se tissent au niveau régional. Les PDR contribuent à mieux faire connaître le projet aux milieux externes, ce qui est essentiel pour toutes les parties prenantes. 

Série consacrée aux PDR

Favoriser le développement des régions rurales tout en promouvant les produits régionaux indigènes, tel est l’objectif suivi par la Confédération avec le lancement, en 2007, des « projets de développement régional (PDR) », qui est l’un de ses instruments de politique agricole. Esquisses de projet et étude préliminaire : dans le cadre d’une série de trois articles, la Revue UFA explique à l’aide d’exemples de projets concrets tous les aspects importants du lancement d’un PDR jusqu’à son application réussie.

Newsletter

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter dès maintenant et gagnez de superbes prix !

Offres lecteur

Offres lecteurs

Commandez dès maintenant l'une de nos offres lecteurs.

Voyage de lecteurs en Sicile reporté à septembre 2021

11. - 18.09.2021

Voyage de lecteurs en Sicile reporté à septembre 2021

Ce site utilise des cookies.

Certains de ces cookies sont essentiels, tandis que d'autres nous aident à améliorer votre expérience en vous donnant un aperçu de la manière dont le site est utilisé.

Pour des informations plus détaillées sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Déclaration de confidentialité.